Le blog de Mel_CreativeGirl

J'aime la vie - Amour de soi

Rédigé par Mel Publié dans #Amourdesoi, #Jaimelavie, #Jaimetoi

 

S’aimer

 

A vous, prisonniers d’une situation

qui ne vous convient plus,

vous rend malheureux

vous fait souffrir

vous asservit

vous humilie

Sachez que vous avez droit

à être heureux

et au bonheur de vivre.

 

Accordez-vous la permission de vous en libérer

En vous autorisant le droit de vous aimer.

 

♥♥♥

 

Osez sortir de l’ombre,

Vous en avez la lumière

Osez affronter vos peurs,

Vous en avez le courage

Osez vous libérer de vos chaînes,

Vous en avez la clé

Osez tomber le masque,

Vous en avez l’envie

Osez dépasser vos souffrances,

Vous en avez le pouvoir

Osez vous détourner de votre passé,

Vous en avez la détermination

Osez apprendre de vos erreurs,

Vous en avez la sagesse

Osez voir la vérité en face,

Vous en avez la lucidité

Osez retrouver votre valeur,

Vous en avez l’estime

Osez envisager un jour meilleur,

Vous en avez l’éveil.

 

Osez le changement qui s’annonce,

Vous en avez l’élan

Osez voler vers qui vous voulez être,

Vous en avez la force

Osez accéder à vos rêves,

Vous en avez la magie

Osez demander l’impossible,

Vous en avez le miracle

Osez exprimer vos sentiments,

Vous en avez le besoin

Osez vous accorder ce qui est bon,

Vous en avez la faim

Osez suivre le chemin qui s’ouvre à vous,

Vous en avez la volonté

Osez prendre la main qui vous est tendue,

Vous en avez la confiance

Osez répondre à l’appel de votre cœur,

Vous en avez l’intuition

Osez ressentir l’enfant qui est en vous,

Vous en avez l’Amour.

 

 19 avril 2020

Rêverie de Mel

 

Illustrations par Anna Dittmann

 

Amour de Soi

 

Quand l’attachement à toi

Devient souffrance et prison,

Quand les mois sont habitude,

Rude est la transformation

Pour échapper à cette servitude,

De se trouver dans le pardon,

La solitude et l’Amour de Soi.

 

11 mai 2020

Rêverie de Mel

 

Illustration de 大葱君

Amour de soi – 10/08/2020

« Tu te sentiras vivant quand tu t’aimeras et heureux quand tu aimeras ta vie. »

L’Amour de Soi est le début d’une belle histoire, celle de ta vie. C’est pour commencer savoir prendre soin de toi. Cela paraît assez basique et je pense que tu penses sincèrement que tu prends soin de toi ^.^ Mais tu te trompes. Prendre soin de soi c’est se connaître suffisamment pour savoir ce qui est bon pour nous. Ce premier palier n’est pas si évident à franchir car dans nos vies où on n’a le temps de rien que c’est déjà la fin, on n’a justement pas le temps de se poser la question et d’apprendre à mieux se connaître. Il faut donc l’avouer, prendre soin de soi, c’est déjà prendre du temps pour soi. C’est être un peu égoïste et se donner le temps de méditer sur soi et sur sa vie. A partir de là, un bloc-notes et un stylo seront peut-être nécessaires pour noter les réflexions, les besoins, les essentiels, les idées et autres, qui vont affluer en quantité. Cela va tourner autour de la santé comme l’alimentation et la dépense physique ; des loisirs et de l’épanouissement créatif ; des moments de détente et de bien-être (se ressourcer, prendre l’air et voyager) ; de passer du temps avec ceux qui comptent pour nous ; de l'amélioration du quotidien (rangement de la maison, confort de vie, prendre le temps d'apprécier les petites choses...). En gros, c’est un retour à tes essentiels de Vie et d’Amour. Dans un premier temps, il s’agit de les voir et les identifier et dans un second temps, de te les accorder pour les combler.

« L’Amour de Soi est la volonté de se connaître et de se contenter. »

Personnellement j’ai mis du temps à m’accorder certaines choses que j’aime, comme m’offrir des vêtements ou de la lingerie, une séance chez le coiffeur… avec toujours, l’excuse de la famille, mari et enfants avant soi, aussi bien en temps qu’en argent. Cela peut être aussi un rendez-vous chez le kiné ou l’ostéo, le dentiste, le docteur ou un petit tour à la pharmacie. On repousse, on ignore, on attend d’avoir bien mal et parfois c’est trop tard. Prendre soin de soi c’est également faire le nécessaire pour apparaître sous son meilleur jour (garde-robe, soins du corps…), cela contribue à avoir une belle image de Soi, augmente et conforte l’estime et la confiance que l’on se porte, puis surtout fait gagner en assurance.

 

« Prendre soin de soi c’est penser et agir pour soi et non que pour les autres. »

En effet, cela demande d’arrêter de penser et d’agir en fonction des autres, tout leur donner et ne rien se donner, c’est du sacrifice et cela ne conduit qu’à la souffrance. Il faut donc s’accorder le droit de le faire rien que pour nous : notre intérêt, notre santé, notre bien-être, nos envies, notre développement et épanouissement personnel, en somme, notre vie. Et ne pas le faire va mener à des comportements toxiques et négatifs qui vont pourrir nos relations comme le manque, la déception, ou encore, la jalousie. Par exemple, ceux qui sont mariés à leur travail ne prennent pas le temps de prendre soin d’eux, ils se l’interdisent tout simplement : pas le temps, pas l’argent pour penser à soi. C’est aussi simple que ça et très malheureux aussi… Alors ils vont le jalouser chez les autres, parfois même chez leur conjoint, ils vont être envieux de leur travail, leur réussite, leur forme physique, leurs vacances, leurs voyages, leurs avantages etc. c’est à dire jaloux du bonheur des autres. Oui,

« Ce que tu ne t’accordes pas, tu le jalouses chez les autres. »

Cela peut mener aussi aux frustrations, à l’apitoiement (plaintes) et à la colère, car ne pas s’accorder soi-même ce qui est bon pour nous est une forme d’attente de ce don d’amour de la part des autres. Et malheureusement, ce sera l’effet inverse que tu obtiendras car

« Quand tu donnes aux autres en t’oubliant, tu leur apprends à t’oublier. »

 

A agir pour les autres, on oublie très souvent de se contenter, de s’exprimer, de dire si cela nous convient. On se plie aux volontés des autres, en sacrifiant nos propres besoins et envies. On se met tout seul hors-jeu, en ne se permettant pas de vivre notre vie selon nos choix. Pourtant,

« Personne ne sait ce qui est bon pour toi. Alors accorde-toi le toi-même. »

Les autres vont prendre, il faut savoir fixer ses limites et savoir dire non, car pour eux cela ne sera jamais assez. Si ces personnes à qui tu donnes ne sont pas heureuses par elles-mêmes, tu auras beau donner, cela ne sera jamais suffisant. Elles vont prendre sans limite et ne se souviendront que de la fois où tu n’as pas été là pour les satisfaire, elles vont avoir tendance à abuser de toi et tu ne t’en rendras même pas compte.

« Si tu fais des choses pour plaire aux autres ou parce qu’ils te le demandent, ils ne t’y forcent pas pour autant. Toi seul décides, il n'y a aucun mal à dire non, ni à se faire priorité, quitte à déplaire à certains. »

Et de ton côté, tu seras toujours dans l’attente de leur gratitude ou de leur consentement. En fait, tu leur donnes le pouvoir de t’estimer à ta place et malheureusement cela ne peut que te desservir. Il est possible alors que la colère te submerge mais c’est contre toi que tu en as. Il est possible aussi que tu te plaignes souvent de cette vie qui n’en est pas une. Pourtant tu es le seul responsable de ta vie.  Comme tu n’as pas le temps de prendre soin de toi, en te plaignant, tu espères que les autres vont le faire : te donner du temps pour t’écouter, te conseiller… donc t’aimer. Mais voilà, c’est ton travail de t’aimer, de t’estimer et de te rendre heureux car vivre pour les autres ne te rendra jamais heureux.

« C’est pas mon travail de t’accepter, c’est le tien. »

 

Ton comportement vis-à-vis des autres définit la façon dont ils vont te voir. Si tu accordes de l’importance à ce qu’ils pensent, si tu les estimes plus que toi-même, tu leur donnes du pouvoir sur ta personne. Ainsi, les choses qui nous offensent mais que l’on tolère confortent les autres à nous traiter de la sorte.

« Si tu ne t’aimes pas par manque de confiance et d’estime envers toi-même, tu apprends aux autres à te traiter de la même façon. »

Comme je l’ai déjà dit S’aimer est un pouvoir, celui d’être maître de sa vie. Si tu attends des autres qu’ils t’aiment à ta place, tu leur donnes ce pouvoir et c’est donc eux qui te dirigent. C’est pour cela qu’il est important de se libérer des autres, et tout particulièrement de ces dépendances toxiques et liens négatifs (même familiaux), ceux qui n’apportent aucune joie et même parfois seulement de la souffrance. Tout le monde ne mérite pas le respect et l’amour et personne ne vaut mieux que toi. Même nos parents n’ont plus le droit d’influencer nos choix quand on ne dépend plus d’eux. Toute éducation présente des défaillances mais la plus grande est celle qui consiste à faire des enfants pour les laisser seuls et sans amour.

« L’amour envers nos parents ne leur est pas dû ; comme pour tout le monde il se mérite par la confiance, la présence et les actes. »

 

Oui, il est bon de s’éloigner des personnes qui ne nous rendent pas ou plus heureux, de ne plus leur laisser de pouvoir sur nos vies. Il est bon de s’affranchir de tout ce qui nous pèse au quotidien, nous maintient dans le passé et nous prive d’un avenir radieux, auprès des personnes qui nous sont chères. Il est bon de récupérer nos libertés à exercer nos volontés, celles d’être qui on veut être et d’aimer qui on veut aimer. De fait, dis-toi bien que

« Ta vie t’appartient. Trace ton propre chemin et dirige-toi vers qui tu veux être. »

10 août 2020

« Celui qui se donne trop aux autres, ne sait pas prendre soin de lui. »  - Mel

 

Partir

 

S’ouvrir à d’autres horizons de toute nature et beauté,

Prendre le large, emprunter le sentier de la vérité.

 

Quitter une vie que l’on ne veut plus, ne garder que le meilleur,

A la source de tout, pénétrer son moi profond, pour le suivre aller en son cœur.

 

S’accorder un nouveau départ, les compteurs à zéro, se trouver seul pour se retrouver,

Se donner l’amour de soi et de sa vie, un bonheur d’enfant ravivé.

 

Se libérer des liens négatifs de contrôle et de dépendance,

Couper les attachements karmiques et mettre fin aux récurrentes errances.

 

Croire en soi et ne plus se reposer sur les autres pour s’aimer,

Faire de soi sa priorité de pensée et d’action, un éveil passionné et enflammé.

 

Avoir son unique bonheur de chemin,

Faire ce qui nous plaît et être qui on veut dès demain.

 

Avancer sans un seul regard en arrière sur le passé

Ni trébucher sur les incertitudes tellement ressassées.

 

Réaliser ses souhaits, ses rêves, délier la magie originelle,

Ne rien voir d’impossible et embrasser le miracle de l’éternel.

 

Avoir le goût du risque, rattraper le temps de l’enfance

Redevenir intrépide, insouciant, se redonner sa chance.

 

Trouver une terre, une personne ou une énergie qui nous caractérise,

Cette vision de la vie, de l’amour et des belles valeurs qui nous individualise.

 

Partir à la rencontre de soi en d’autres êtres de vie,

Réciprocité de cœur et d’amour l’envie.

 

Partir pour découvrir son véritable foyer,

Partage et création de vie choyée.

 

12 août 2020

Rêverie de Mel

 

Illustrations de Kuri Huang

Illustration de 大葱君

Amour de soi – 21/08/2020

« L'Amour de Soi : aime ce que tu es, fais ce que tu aimes. »

L’Amour de Soi peut être défini simplement par le fait d’aimer ce que l’on est et ce que l’on fait. Les enfants savent généralement s’aimer, à moins qu’ils ne vivent des évènements traumatisants qui le leur fassent perdre prématurément. Avec le passage à l’âge adulte et les années qui nous apportent les bonnes et mauvaises choses de la vie, il a tendance à s’estomper, à s’affaiblir. Progressivement, on se délaisse, on renonce à nous, on se donne trop aux autres, on se sacrifie. On s’identifie à nos échecs, on se culpabilise, on se sous-estime. On s’empêche de ressentir ce qui est bon, de s’accomplir. Cela peut conduire au désamour complet de sa personne, à travers rejet et oubli. On ne prend plus le temps de s’aimer et la souffrance remplace l’amour, le déclin remplace la vie, jusqu’à la perdre finalement, par abandon total de soi.

« La plupart des gens meurent sans avoir réparé leur cœur brisé, c’est-à-dire sans avoir retrouvé la capacité à s’/aimer en se donnant l'Amour de Soi. »

Avant qu’il ne soit trop tard ou d’attendre passivement cette échéance, il est important de se reprendre en main, d’avoir au moins la volonté d’aller mieux ou si on a des enfants, de pouvoir s’en occuper. Je pense donc que s’aimer s’apprend, ou se réapprend. Autrement dit, mais de façon plus approfondie cette fois-ci, cela revient à vouloir ressentir et à accueillir son émotionnel d’ordinaire refoulé, puis à le libérer par l’expression de tout ce qui nous définit, en vue de (se) faire du bien. Cela concourt à s’accepter tel que l’on est, dans ses différences, vulnérabilités et valeurs, puis à se responsabiliser par la connaissance et la maîtrise de Soi, ainsi que de sa vie. Oui, à l’évidence,

« Il n’y a que l’Amour qui peut faire encore grandir en étant adulte. »

 

Ressentir et accueillir l’émotionnel

Souvent, avec les personnes qui ne s’aiment pas, le problème vient du fait qu’elles ne s’autorisent pas à ressentir. Elles rejettent leurs sentiments, les méprisent, les nient, comme si elles ne voulaient pas les assumer et les faire leurs. Pourtant

« Nous sommes par nature des êtres sensibles et expressifs. »

Des êtres capables de percevoir une multitude de stimuli, de ressentir une variété incroyable d’émotions et de s’exprimer à travers de nombreux langages. C’est donc s’opposer à sa propre nature que de ne pas accepter ce que l’on ressent et de s’empêcher de l’exprimer.

En outre, les réprimer occasionne des troubles physiques et psychologiques. En effet, la santé du corps et de l’esprit peut être grandement affectée par le refoulement de l’émotionnel. Ne pas prendre le temps d’analyser ses ressentiments en gardant son calme, peut entraîner un passage à l’action dans la précipitation, en se laissant emporter par l’impulsivité de l’ego. Par exemple, en laissant la peur ou la colère nous gagner, en ayant un jugement rapide, en étant dans le reproche ou l’irrespect, en fuyant une situation, en n’étant pas digne de confiance, ou encore, en n’assumant pas ses responsabilités… Ces mauvais comportements peuvent engendrer par la suite, de lourds regrets et remords à porter.

« A quoi cela te sert de ressentir culpabilité, honte, manque, jalousie, regrets, remords… si tu ne les acceptes pas pour ne plus en (faire) souffrir ? »

A n’importe quel moment de la journée, il est donc important de s’accorder du temps pour analyser ce que l’on ressent, de se sensibiliser à soi-même. Concentrons-nous sur nous, soyons réceptifs à ce qui vient de nous et à nous. Développons notre intellect émotionnel, afin de nous connaître dans nos manques, nos besoins et nos volontés. Prenons conscience et soyons attentifs à ce que nous éprouvons. En effet,

« C’est l’acceptation de notre sensibilité, qui nous amène à libérer l’Amour que nous sommes. »

 

Accepter pour se connaître, se pardonner et donner du sens à sa vie

Quand on le pourra et si possible dans le silence, il faut revenir sur les situations et faire le point. A tête reposée, essayer de se comprendre, et surtout penser positivement, pour cesser de broyer du noir en continu.

« Ce que tu penses et crois s’exprime dans ta réalité, alors pense positivement et crois en tes rêves. »

C’est tendre vers une meilleure version de Soi, par le biais de l’acceptation, du pardon, de la résilience et de la sagesse, toujours dans l’optique de faire le bien, en partant de nous. C’est par exemple, prendre conscience d’avoir mal agi, et y remédier, s’excuser, s’améliorer, devenir une bonne personne. Apprendre à fixer ses limites et à dire non, savoir se rendre moins disponible, pour avoir davantage de temps pour soi. L’objectif est simplement de se libérer des autres, de briser les dépendances toxiques, afin de mieux se connaître et se contenter par nous-mêmes. C’est ne plus attendre qu’ils nous aiment à notre place, qu’ils nous donnent ce que l’on doit se donner, à savoir du temps pour s’aimer. C’est identifier ce qui nous plaît, déterminer ses volontés et désirs, notamment du point de vue de sa personnalité (belles valeurs à consolider ou à acquérir) et de sa vie (y donner du sens, des buts, s’accomplir). Et vouloir se l’accorder, bien évidemment.

« L’Amour de Soi révèle ton potentiel et ta valeur pour peu que tu veuilles l’exprimer et non le réprimer, car aimer c'est vouloir. »

C’est aussi arrêter tout simplement de se faire du mal et d’entretenir ses propres souffrances, en évitant de penser abondamment et négativement. A quoi bon éprouver de la culpabilité, se dévaloriser pour un rien ou penser ne pas mériter ? A quoi bon repasser en boucle les événements et gâcher l’instant présent ? Pourquoi se laisser affecter et définir par ce qui nous est arrivé ? Ce qui est fait est fait, nous devons nous pardonner et nous libérer du passé, de nos mauvaises actions, de ce que les autres disent sur nous… Cela revient à se débarrasser de tout ce qui nous limite et nous oppresse, le sortir de nous pour ne plus l’appeler à soi. Oui, nous pouvons faire des erreurs, nous avons le droit de tomber, de nous relever, de nous accorder le pardon en vue de s’améliorer. Nous ne valons pas moins que les autres, nous ne sommes pas moins méritants, ni indignes de leur confiance. Nous n’avons pas à penser cela. Au contraire, nous avons toutes les raisons de nous accepter, c’est-à-dire de s’autoriser à aimer ce que nous sommes.

« Les gens ne voient pas comme ils sont beaux, combien ils brillent, comme ils ont tort de ne pas s’aimer. »

Il s’agit bien d’accueillir et se permettre de ressentir tout ce qui vient à nous et tout ce qui sort de nous, que ce soit bon ou mauvais.  Mais aussi, d’arrêter de saboter ce que l’on est, de gâcher sa chance de réussir, de se priver du bien pour se faire du mal. En effet, tout est bon à prendre quand il s’agit de mieux se connaître, car c’est en se connaissant que l’on arrive à donner du sens à sa vie et à l’aimer.

« Il ne tient qu’à toi d’extérioriser tes émotions quand elles sont mauvaises, de les faire tiennes quand elles sont bonnes. »

 

Libérer pour devenir qui on veut être et aimer sa vie

« S’aimer c’est faire sien chaque jour qui passe, c’est prendre le temps pour donner du sens à sa vie et atteindre son propre bonheur. »

Pendant ces moments à nous, il est bon d’amener de la matière à nos propres réflexions et points d’intérêts. Cela permet de développer ce qui nous plaît, ce que l’on aime, mais aussi de rejeter ce que l’on ne veut plus, ce qui ne nous rend pas heureux ou nous fait souffrir. Identifier et accepter ses besoins, ses volontés, c’est se donner la chance d’accéder à ses objectifs, ses espoirs, ses rêves. C’est un peu comme une toute nouvelle programmation de soi, sa version avancée 1.1 avec sa deuxième vie à télécharger ^.^ Pour prendre conscience de sa valeur et de son potentiel, il faut nourrir son Âme, en passant du temps à s’aimer.

« Accepter notre sensibilité rétablit le lien entre le cœur, le corps, l’esprit, et révèle notre Vérité. »

Le corps se fait le reflet de l’Amour que l’on se porte. Prendre le temps de (se faire à) manger, c’est prendre soin de soi. Avoir une alimentation sans abus (addictions, excès) ni privations (apports variés et suffisants), revient à s’aimer en sachant donner et recevoir de façon harmonieuse. Tout déséquilibre dans la capacité d’aimer, se répercute irrémédiablement sur la santé et le bien-être psychique. Les troubles digestifs et se sentir mal dans sa peau, en sont deux exemples caractéristiques. Le corps se nourrit aussi par l’entraînement physique intense (jogging, fitness par exemple) ou la méditation active, terme que j’utilise pour qualifier ce qui mêle l’exercice assez peu intense du corps à celui de l’esprit : yoga, stretching, randonnée, jardinage, rangement… L’activité physique est effectuée en tâche de fond comme un automatisme. Pendant ce temps, l’esprit vagabonde de pensées agréables en idées diverses, ou se vide totalement de toute réflexion, pour laisser place à la contemplation et au sentiment de sérénité engendré par le lâcher-prise et le fait de se ressourcer. Il est également alimenté par la curiosité, l’observation, l’imagination, la visualisation, la création, le rêve, la réflexion positive. Lire des citations ou des ouvrages sur les thèmes qui nous intéressent, se faire ses propres réflexions, les noter ou tenir un journal. Lire, écrire. Enfin, le cœur a besoin de libérer l’Amour. S’autoriser à le ressentir et à l’exprimer par le corps et l’esprit, permet de retrouver la capacité d’aimer. C’est accepter de l’être en toute réciprocité, c’est-à-dire savoir donner et recevoir l’amour. C’est d’abord faire preuve de sollicitude et de compassion envers soi-même, savoir se pardonner. C’est vouloir ne plus souffrir de ce que l’on a été, en vue de s’accorder ce qui est bon. C’est se sentir responsable de ce que l’on ressent et de ce que l’on exprime par la maîtrise de son émotionnel. C’est être fort de l’Amour que l’on se porte, ce qui développe foi, assurance, confiance et estime de Soi. Oui, assurément,

« Tu es ton plus bel espoir, car si tu ne crois pas en toi, tu ne peux croire en rien d’autre. »

De plus, cela nous permet de nous ouvrir aux autres à travers le langage de l’Amour. Ce dernier s’épanouit sur la réciprocité de valeurs (confiance, respect) et de volonté d’aimer, sur laquelle vient se greffer la maturité de l’esprit (responsabilité, intellect émotionnel), qui développe l’empathie et la compassion, menant à la connaissance de Soi et donc de l’autre. Car évidemment,

« Nul ne peut voir les souffrances des autres tant qu’il n’accepte pas les siennes. »

Et il en est de même pour l’Amour. En effet, tu ne peux voir en l’autre que ce que tu as fait tien. Tout dépend donc de ta volonté à t’aimer ou ne pas t’aimer. Cette volonté qui s’exprime dans ta réalité et qui fait que tu vis soit dans l’Amour, soit dans la souffrance.

 

Il s’agit donc de libérer cet Amour qui est en toi, le faire tien. Rien ne nous oblige à adhérer à ce que les autres nous disent ou écrivent. Nous sommes libres d’exprimer qui on est, sans subir leurs limites, leurs contraintes et leurs souffrances. Libres de ne rien leur devoir, d’intégrer ce qui nous plaît et sortir ce qui nous déplaît, de s’éloigner de ce qui nous fait souffrir, ne nous rend plus heureux. Libres de rêver, penser, croire, visualiser, projeter… en faire un nouveau départ, car l’inclure dans ce que l’on est, c’est le devenir. Libérer c’est d’abord s’aimer, pour pouvoir ensuite aimer correctement les autres. Puis c’est exprimer, ce que nous sommes (Vie) et ce que nous aimons faire (Amour), par le biais de divers langages et supports de l’espace-temps.

« Nous sommes des créateurs en étant qui nous voulons être et en réalisant ce que nous voulons accomplir. »

Oui, il est important de s’aimer pour pouvoir vivre sa vie en étant pleinement heureux et épanoui. Et tu as tout à fait le droit d’aimer pour vivre.

21 août 2020

« Construis-toi en pensant à la joie future et non à la peine passée. » - Mel

 

Illustration de Guangjian Huang

Amour de soi – 20/09/2020

« La souffrance est cachée derrière les relations d’attente, de contrôle et de dépendance aux autres. »

Se faire des idées au sujet des gens, penser qu’ils agiraient comme nous ou espérer d’eux des comportements, des décisions, des choix, identiques aux nôtres, est à l’origine des pires déceptions qui soient. Si tu ne veux pas souffrir, les seules attentes que tu peux avoir sont celles envers toi-même. Oui, tu dois apprendre à ne compter que sur toi pour satisfaire tes propres volontés et besoins de toutes sortes, à commencer par l’amour…

« Celui qui attend ne comprend pas encore que cela ne sert à rien, car il faut se donner l’Amour au lieu de l’espérer auprès des autres. »

 

Très peu de personnes dans ta vie ne s’intéresseront vraiment à toi pour te connaître aussi bien que tu peux le faire. De la même façon, personne ne pourra combattre tes peurs et ton mental en mode négatif à ta place. En effet, c’est à toi de te libérer de toutes tes peurs et souffrances car tu es le seul à les entretenir en y croyant, tout comme tu es le seul à les générer en y pensant. C’est à toi de tout faire pour changer, en vue d’être meilleur qu’hier, d’aller mieux dans ton corps, ton esprit et ton cœur, de tendre vers le bien-être par l’expression consciente et voulue de l’Amour dans ton présent. C’est à toi de faire toute la lumière sur ce que tu ne veux plus et tout ce que tu veux désormais dans ta vie. C’est à toi de prendre conscience qu’il te faut contenter par toi-même tes volontés, au lieu de perdre ton temps, tes libertés et ta santé, à l’attendre des autres.

« Ce n’est qu’en acceptant de s’aimer tout seul et d’être seul à s’aimer, que l’on peut faire la lumière sur qui on est vraiment. »

Nous sommes chacun responsable de ce que nous sommes et faisons. Il est important de le comprendre et de l’assimiler pour se débloquer des situations qui nous lient aux autres, nous privant du pouvoir sur notre personne et sur notre vie. C’est également la base du respect et de la confiance de toute relation saine, sans jugement, sans attente et sans contrôle sur son prochain. En conséquence,

« Il n’y a que toi qui peux te permettre d’attendre quelque chose de toi et de fait, qui peux te décevoir. »

De plus, il vaut mieux rester seul que d’avoir à subir l’autre dans ses souffrances, ses peurs et croyances non dépassées, dans ses comportements et jugements malsains, dans l’expression négative de son ego et de ses craintes auto-entretenues. Oui,

« Vivre avec quelqu’un qui ne s’aime pas, c’est partager ses peurs, ses souffrances et ses malheurs, à la place de l’Amour, de la joie et du bonheur. »

Alors autant s’en passer, quitte à ne plus l’aimer pour ne plus souffrir avec lui. De toute façon, qu’avons-nous à perdre, quand on sait qu’il ne se donne rien et ne nous fait rien connaître de beau, de bon ou de bien ? Exactement.

 

L’Amour entre deux personnes authentiques et sincères, ayant fait ou faisant un travail sur soi pour identifier, accepter et dépasser leurs peurs, est le seul durable et vrai. Tant qu’il y a des peurs, il n’y a pas de vie heureuse à partager. Ainsi, ne pas avoir la volonté ni le courage de les accepter, c’est en souffrir encore dans le présent et les faire vivre aux personnes de son entourage. Les laisser nous affecter et nous définir, c’est les appeler à soi et les rendre concrètes dans sa réalité.

« Il n’y a aucune bonne relation sans le respect, aucune raison de rester sans la confiance, aucune envie de partage sans l’authenticité. »

L’acceptation et la prise de conscience de nos peurs, c’est réaliser notre incapacité à aimer, celle qui blesse ceux que l’on voudrait justement aimer. C’est apprendre ou réapprendre à s’aimer en acceptant de s’occuper de soi, en se donnant le temps de se connaître, c’est-à-dire en faisant de soi sa priorité. C’est faire la lumière sur toute cette souffrance, son origine, et bien sûr, se pardonner par compassion. Car c’est en partant de soi que l’Amour devient inconditionnel et non l’inverse.

« L’Amour chasse la souffrance quand on décide de lâcher prise sur ce qui nous fait souffrir, pour aller vers ce qui nous fait du bien. »

Et effectivement, ce n’est pas aimer l’autre que de le faire passer avant sa personne et ne rien se donner. Dévouement, sacrifice et dépendance, jalousie et contrôle, inquiétude et partage de la négativité… Cela ne mène qu’aux déceptions, aux frustrations liées aux attentes et aux attachements malsains, car ces comportements sont dictés par nos peurs et non par l’amour. C’est par exemple, la peur de perdre l’autre, d’être rejeté ou abandonné, ou les deux… en somme peur d’être seul, peur d’être aimé dans sa vérité, peur de donner son amour pour se faire du bien. Au final, nous n’avons jamais peur pour l’autre, nous avons peur pour nous-même. Les peurs non acceptées génèrent ton mal et ton impuissance à faire le bien. Et malheureusement pour toi,

« Si tu ne t’aimes toujours pas, c’est que tu n’as pas encore assez souffert d’abuser de ce qui te fait du mal et de te priver de ce qui te fait du bien. »

 

Avoir peur d’être seul est certainement la peur première, celle qui touche tout le monde. Dès que nous naissons, le lien maternel est coupé et cette séparation nous laisse seul jusqu’à la fin de nos jours. Sachant cela, il est bon de s’affranchir au plus vite de cette crainte d’être et de vivre seul, puisque c’est une Vérité. De surcroît,

« Il n’y a qu’en Soi que l’on trouve son bonheur ; c’est en cela qu’il faut accepter la peur d’être seul et avoir le courage de l’être pour l’atteindre. »

Il ne sert à rien d’attendre quoi que ce soit des autres et surtout en amour. En effet, la plupart des gens qui nous entourent sont brisés, soit ils ne savent pas donner l’amour, soit ils ne savent pas le recevoir, alors que la capacité d’aimer est bien celle qui combine les deux.

« Il y a des mains qui savent recevoir et d’autres donner, mais celles qui aiment savent faire les deux. »

C’est ce qui fait que je suis bien plus forte aujourd’hui par l’Amour que je me porte, mais que je ne suis plus sûre de rien vis-à-vis des autres. Rappelons qu’ils nous laissent voir d’eux ce qu’ils veulent bien nous montrer et que nous ne les connaitrons jamais aussi bien qu’eux le peuvent. D’ailleurs, se connaissent-ils vraiment eux-mêmes ? Je n’attends donc plus rien des autres car au fond, je ne les connais pas. Et s’ils ne viennent pas à moi, c’est qu’ils n’ont pas la volonté de me connaître non plus, ni de partager mon temps de Vie et d’Amour. Je laisse donc s’éloigner les indifférents et les lâches, ceux pour qui je n’ai pas d’importance ni de valeur, car ils ne s’en accordent pas. Je donne de mon absence aux belliqueux et aux jaloux, ceux qui prennent plaisir à me voir souffrir, en me méprisant ou me trahissant, car ils se rejettent et s’abandonnent eux-mêmes... C’est tout le contraire de ce que je veux d’une relation. J’aime l’authenticité, la réciprocité et l’intensité. Alors quand l’autre me fait sentir indésirable malgré l’Amour que je lui porte, il est bien normal que ma volonté de l’aimer se brise.

« Donne de ton absence à ceux qui ne savent pas apprécier ta présence, ton importance et ta valeur, c’est-à-dire ce que tu es et l'Amour que tu peux donner. »

Particulièrement, je suis désolée d’avoir eu des attentes envers toi. Je me pardonne et me libère de cet attachement pour avancer vers celle que je suis et celle que je veux être. J’ai dépassé la peur de le faire sans ta présence à mes côtés, celle de devoir renoncer à toi, car j’ai réalisé que c’était déjà le cas, c'est à dire que je vivais cette peur depuis ta rencontre. Oui,

« Ce que l’on craint se réalise tant que nous n’en prenons pas conscience. »

 

Accepter ses peurs c’est réaliser que nous les vivons déjà et se permettre alors de s’en libérer par le pardon. Les identifier nous amène à les confronter, puis à gagner en volonté et en courage pour les affronter. La libération d’Amour par ce gain de confiance, éclaire notre route et nous conduit vers ce que nous sommes amenés à devenir, en toute sérénité.

« Je poursuis mon chemin en pleine lumière de l’Amour que je me porte, dans la paix de l’esprit et du jour présent, en toute authenticité. »

20 septembre 2020

A l’évidence, « Pour trouver l’Amour il faut d’abord le trouver en Soi. » - Mel

 

Mon chemin

 

J’avance sur mon chemin vers ce qui doit être,

en acceptant et aimant tout ce que je ressens comme tout ce qui vient à moi,

afin d’évoluer positivement et d’affirmer mon authenticité,

en ayant le courage d’agir dès maintenant,

par l’expression de mon amour pour moi et son extension envers ceux que j’aime,

pour mon propre bonheur ainsi que le leur.

 

04 octobre 2020

« La vie s’aime et l’amour se vit. » - Rêverie de Mel

 

Illustrations de Selenada

 

Amour de moi

 

Qui me voit ?

Qui me comprend ?

Qui s’intéresse à moi ?

Qui m’estime ?

Qui m’accepte ?

Qui me veut du bien ?

Qui me respecte ?

Qui me fait confiance ?

Qui me connaît ?

 

Où est ma famille ?

Où est mon foyer ?

Où est ma place ?

 

Qui se soucie de moi ?

Qui m’offre son temps ?

Qui me prend dans ses bras ?

Qui me donne sa vie ?

Qui me désire ?

Qui se réjouit pour moi ?

Qui veut de moi ?

Qui est là pour moi ?

Qui m’aime ?

 

Qui suis-je ?

 

9 octobre 2020

Qui aime Mel ?

 

 

Illustration de Wendy NG

Amour de soi – 10/10/2020

« Se retrouver seul est indispensable en vue de s’accorder l’Amour de Soi, c’est-à-dire le temps pour se connaître et s’aimer. »

La solitude et l’égoïsme sains sont nécessaires pour répondre à nos propres besoins, à savoir les identifier et se les accorder soi-même. A l’inverse, la solitude et l’égoïsme malsains nous amènent à aller vers l’autre pour prendre et non donner l’amour. En ce cas, on attend des autres qu’ils comblent nos besoins à notre place : qu’ils nous valorisent, nous aiment, ou nous appartiennent. On ne va exister qu’à travers eux en leur cédant beaucoup de pouvoir sur notre vie, ou les faire souffrir en abusant de leur amour pour nous. Mais cela génère forcément les déceptions, frustrations et souffrances liées aux attentes et aux mauvaises relations qui en découlent, celles de la dépendance et du parasitisme affectifs.

Se détacher des autres et se donner du temps en solitaire permet alors d’avancer sur son chemin, avec pour seul objectif celui de s’aimer. C’est l’appel à être maître de sa personne et de sa vie, en étant libre de ses choix et volontés, pour devenir la meilleure version de Soi.

« Lâcher prise par le pardon et accepter la solitude de la liberté d’être et d’aimer qui on veut, sont les clés de tout changement. »

S’aimer apporte la possibilité de se trouver heureux d’abord tout seul, à savoir créer son propre bonheur de vie, en exprimant qui nous sommes vraiment. S’aimer est nécessaire pour changer et s’améliorer, en s’autorisant ainsi l’accès à son authenticité et au pouvoir de faire le bien. S’aimer permet de se donner sa chance, d’agir avec courage pour se révéler et s’accomplir. S’aimer permet le rêve et l’espoir de rencontrer la ou les personne(s) avec qui partager cette réciprocité et volonté d’Amour, de valeurs et de potentiel.

 

Ceci dit, certains besoins ne peuvent être pleinement satisfaits en étant tout seuls. En effet, nous sommes des êtres sociables, qui ne s’épanouissent vraiment qu’en groupe, dans la coopération, l’entraide et le vivre ensemble. C’est en bonne compagnie que nous trouvons contentement à nos besoins d’estime, d’appartenance et d’amour, dans la réciprocité et le partage. C’est rencontrer et reconnaître les personnes comme nous, pour combler ce besoin de trouver en elles ce que nous sommes, ce même potentiel de vie et d’Amour que nous exprimons en toute authenticité.

« En vérité, tu ne peux être aimé que de toi-même. Car l’Amour que tu trouves en d’autres, et qu’ils peuvent t’exprimer s’ils en ont la volonté, n’est qu’une extension à celui que tu te portes. »

C’est l’envie de partager le temps présent, celui de la joie, de la réjouissance, de l’émerveillement... En somme, c’est avoir la possibilité d’en retirer un bonheur exalté, dans notre volonté à l’exprimer et la réciproque de ce que nous sommes. Un bonheur intense que nous ne pouvons connaître seuls.

« Les bonnes personnes pour nous sont celles qui sont prêtes à donner et recevoir le même Amour que nous et à partager leur bonheur avec le nôtre. »

 

Le sentiment de solitude peut venir du fait qu’on ne sait pas reconnaître ni voir les personnes qui sont comme nous puis s’entourer d’elles. La solitude s’éprouve en l’absence de réciprocité des besoins et volontés, d’amour notamment. Et pour cause, se connaît-on réellement nous-mêmes ? L’être qui ne s’aime pas n’est pas conscient de ce qu’il est (psychose) et il donne souvent à voir aux autres des visages et des rôles différents de sa vraie nature. Parfois, il se sait dans la souffrance (névrose) et ses comportements sont volontairement motivés par la perversité, c’est-à-dire trouver une certaine jouissance à faire du mal, que ce soit aux autres ou à soi-même. Malheureusement, dans l’inconscience ou la répression de ce que nous sommes, nous ne pouvons voir l’autre dans ce qu’il est. Tout comme,

« Dans l’incapacité à nous aimer, nous ne pouvons offrir l’amour à l’autre. »

Il faut donc apprendre à se connaître pour voir l’autre dans ce qu’il est vraiment et l’accepter dans sa Vérité, tout comme il faut s’aimer pour donner son Amour et savoir faire sien celui qui vient à nous.

« Tu n’es pas prêt/e à voir ou accepter toute chose que tu n’as pas ou ne veux pas faire tienne. »

Il faut être authentique et honnête envers soi-même pour trouver en l’autre ce qui nous définit et savoir l’aimer. Ce n’est qu’en s’identifiant et en se visualisant en elles que l’on pourra repérer les bonnes personnes de notre vie, celles qui nous feront exprimer le meilleur de nous-même. C’est également en sachant leur offrir notre amour que l’on pourra les garder près de nous… A l’inverse, la personne qui voit les autres dans leur incapacité d’aimer, ne peut rien espérer d’eux…

« Forcer l’amour c’est renforcer le constat dans la souffrance qu’il n’est pas prêt à être donné. »

 

« Refuser de t’aimer c’est refuser que l’Amour vienne à toi. »

En effet, accepter qui on est et s’aimer peut prendre des mois, des années voire toute sa vie… Oui, certains n’y parviendront pas. C’est changer et évoluer vers ce que l’on est amené à devenir en libérant l’Amour de Soi. Cela paraît si simple, pourtant non. La raison est que cela nécessite une prise de conscience et l’acceptation que rien ne va pour nous, puis une volonté, une détermination, une force qui n’est autre que le courage d’agir dans son intérêt. C’est ne plus vouloir souffrir dans un premier temps, puis reprendre en main le contrôle sur sa vie. C’est ne plus accepter subir son existence, réprimer ses sentiments, refouler sa vraie personnalité. C’est ne plus être victime de la dépendance aux autres et du pouvoir sur nous qu’on leur a donné ; ne plus vouloir être défini par son passé ou ses mauvais comportements d’hier. C’est être déterminé à choisir sa voie, quitte à être seul mais totalement libre de ses choix. Libérer ses sentiments, exprimer qui on est vraiment et se tourner vers les autres pour leur bien résulte d’un état motivé, spontané et prédisposé à le faire. Oui, à l’évidence,

« On ne peut forcer personne à vivre heureux. »

 

« Les bonnes personnes sont celles qui viennent à toi dans le seul but de t’aimer et d’être aimées, en toute réciprocité et authenticité. »

Les bonnes personnes de notre vie sont celles qui viennent à nous avec facilité et simplicité, elles sont l’évidence même. Elles nous font vibrer, rêver et battre le cœur plus fort, on se sent vivant, en sécurité et heureux en leur présence. Elles nous encouragent à nous dépasser, à grandir, à libérer l’Amour en nous et à révéler notre vrai potentiel. Elles nous apportent gaieté, passion, motivation, émerveillement, contentement, beauté, plaisir, félicité. Elles nous voient et nous comprennent sans que l’on ait grand-chose à dire. Elles nous aiment dans ce que nous sommes et nous aident à l’exprimer avec assurance, en développant foi, estime et confiance, dans l’authenticité et l’unicité de notre personnalité. Elles nous désinhibent et contribuent à l’accomplissement de Soi. Elles nous apprennent à lâcher prise, à nous détacher du contrôle et du regard des autres, à accepter l’inattendu et cueillir les petits plaisirs que nous offre le jour présent.

« Des personnes qui s’intéresseront à toi et à ta vie, tu n’en rencontreras pas beaucoup. Celles-ci, veille à les garder près de toi et à les chérir. »

Elles savent apprécier le temps passé en ta compagnie et ont hâte de te revoir pour partager de bons moments. La réciproque est vraie : tu veux passer davantage de temps avec elles pour mieux les connaître, leur faire du bien, les faire rire, les rendre heureuses… en somme les aimer. Elles t’apprennent à visualiser et donner le meilleur de toi ; elles libèrent ton potentiel de Vie et d’Amour. Tu es important à leurs yeux car elles voient ta valeur et qui tu es, tout simplement parce que c’est ce qu’elles sont aussi et aiment en elles.

« Peu de gens dans ta vie te feront du bien. Et si tu ne sais pas le leur rendre, il se peut qu’ils n’aient vraiment personne dans la leur. »

 

« La solitude la plus éprouvante est celle du cœur, elle vient de l’absence de réciprocité dans la capacité d’aimer. »

C’est se sentir seul à donner l’Amour. C’est voir que ce don n’est pas apprécié à sa juste valeur. C’est être dévalorisé, déprécié dans la nature profonde de ce que nous sommes et aimons en nous, c’est-à-dire notre potentiel de Vie et d’Amour. C’est éprouver tristesse et chagrin de ne pouvoir s’identifier à personne d’autre, ne pas trouver sa famille, son foyer, sa place. C’est ne pas pouvoir partager les sentiments éprouvés. C’est être incompris dans l’intensité de notre sensibilité à percevoir tout de l’autre et à agir pour son bien par l’empathie, la compassion, la générosité. C’est devoir accepter ne manquer à personne et que l’Amour donné soit rejeté tout autant que ce que nous sommes. C’est cheminer seul avec pour unique soutien l’Amour que l’on se porte, à travers sa joie de vivre et ses forces de vie développées suite aux épreuves et souffrances endurées : acceptation, pardon, courage, résilience et sagesse... les alliés du moment présent, de l’adaptation et du changement.

« La vraie solitude c’est quand personne n’a vu couler tes larmes, ni ce que cela t’a coûté de t’en relever seul/e. »

C’est ressentir la solitude même en compagnie d’autres personnes : être bafoué/e dans ses sentiments, son intégrité et son authenticité (dévalorisation) ou être absent, invisible, inexistant aux yeux et au cœur des autres (rejet).

« Le plus difficile est d’être contraint de vivre seul par rejet ; être rejeté par ceux qui ont peur d’aimer et devoir s’éloigner de ceux qui nous font du mal. »

10 octobre 2020

« Être seul c’est se chercher en dehors de soi sans jamais se trouver. » - Mel

Illustration de Yayashin

Illustration de Yayashin

Amour de soi – 15/11/2020

« S’accorder l’Amour de Soi, c’est se respecter et se faire confiance. »

C’est avoir la volonté de se faire du bien en s’acceptant tel que l’on est, dans ses forces et vulnérabilités. S’écouter pour s’autoriser ce qui est bon, aller vers ce qui nous appelle, nous fait rêver et nous donne la joie de vivre. C’est aussi être libre. Libre de ressentir, d’exprimer, d’agir à sa guise et dans son intérêt, en vue de faire les bons choix de vie, puis s’entourer et passer du temps avec qui on veut. Libre de réaliser ses volontés, de devenir et agir dans ce sens, c’est-à-dire s’accomplir. En somme, s’aimer permet d’être maître de Soi et de sa Vie, donc d’être heureux et de pouvoir partager son bonheur.

« Pour vivre heureux et en bonne santé, nous devons accepter ressentir et exprimer tout ce qui est Vie et Amour. »

 

Le respect - S’accepter dans ses forces – Je mérite !

Le respect passe par l’acceptation de ce que tu es, toi, dans tes forces de Vie et d’Amour, dans ta valeur et ton potentiel. C’est cet amour-propre qui te permet de dire non, de fixer tes limites et de savoir agir dans ton seul intérêt. Il ne tolère pas qu’on te marche sur les pieds, qu’on t’humilie, te ridiculise, te méprise, qu’on bafoue tes droits, tes choix, ta liberté... C’est cette dignité qui t’accorde une place, une importance ou encore un droit d’existence et de faire valoir. C'est cette force qui te rend invulnérable et intouchable, car elle permet justement aux autres de ne pas te manquer de respect, et à toi, de gagner en assurance, de t’affirmer dans tes différences et de persévérer.

« Quand tu as compris qui tu es et réalisé ta valeur, aucune méchanceté ne peut t’atteindre. »

C’est te voir dans ce que tu es, te connaître et t’estimer, c’est-à-dire savoir de quoi tu es capable et te valoriser pour sortir du troupeau.

Se respecter c’est donc être libre de ressentir et d’exprimer ce que l’on est, à savoir sa vraie nature, puisque nous sommes des êtres sensibles et expressifs.

« Je ne suis pas comme les autres mais je préfère rester seule dans ma différence que changer pour plaire aux autres. »

Le respect est la condition sine qua non à la réussite et au succès, en favorisant le trio confiance, estime et foi en Soi. Quand on est conscient de sa valeur, libre de l’exprimer et de croire en Soi, y a-t-il quelque chose qui puisse nous arrêter ? Peut-être la peur de l’échec… mais est-ce une raison pour ne pas essayer à nouveau ? Le respect développe également un bon relationnel. Il permet de s’intéresser à l’autre et de le connaître, c’est-à-dire le voir et l’accepter dans ce qu’il est, mais aussi l’estimer en appréciant sa volonté d’aimer. Au travail, il donne assurance et charisme, des qualités de dirigeant, celui qui sait déléguer et valoriser ses employés. A haut degré d’Amour, il approfondit l’empathie et la compassion, le fait de se mettre à la place des autres et de ressentir leurs émotions, en bien comme en mal. De cette force qui te fait comprendre que la relation avec l’autre est plus importante que ton ego, et que s’il te fait souffrir de quelque chose c’est qu’il en souffre déjà lui-même (tolérance). Il est donc le chemin vers le pardon en acceptant l’autre dans ses souffrances, et soi-même dans les siennes. Enfin, le respect amène humilité, à savoir traiter l'autre comme soi, sur un même pied d’égalité, avec modestie et politesse, loyauté et altruisme.

« Le respect est une force d’Amour qui nous ouvre les yeux sur la beauté du monde, et nous encourage à préserver ses ressources et sa diversité de vie. »

 

La confiance - S’accepter dans ses faiblesses – Je peux y arriver !

Se faire confiance c’est aussi de l’acceptation. Mais c’est s’accepter surtout dans ses faiblesses, ses défauts, ses peurs, ses souffrances liées aux échecs, remords, regrets, culpabilité, honte... et donc se pardonner. C’est accepter la Vérité de ce que l’on a été et de ce que l’on est. Ne plus se mentir, ne plus se faire d’illusion sur sa véritable nature. Se faire confiance c’est s’afficher tel quel, en toute authenticité et sincérité. Elle développe donc la loyauté qui mêle honnêteté et fidélité. Se montrer sous son vrai jour risque de déplaire à certains, mais nous apporte la liberté et le bien-être de ressentir et d’exprimer qui on est vraiment. Ne plus avoir à se cacher ou à réprimer quoi que ce soit. Ne plus dépendre des autres en récupérant nos pouvoirs d’être et d’aimer qui on veut. Ne plus avoir peur de décevoir… Oui,

« Être soi-même est plus important que plaire aux autres ou ne pas les décevoir, notamment vis-à-vis de sa famille. »

Elle permet alors la responsabilisation, à travers la prise de décision selon son intuition, ses propres volontés et envies. Elle nous conforte dans nos choix de vie, en se basant sur nos ressentis intuitifs et instinctifs, qui nous soufflent ce qui est bon pour nous. Elle nous libère de l’emprise des autres sur notre vie et notre personne.

« Quand on n’a plus besoin de mentir sur soi, on a alors le courage d’aller vers les autres et d’aborder l’inconnu avec défi. »

La confiance mène au courage, avec la volonté et la force de donner de Soi et de son Amour, en prenant le risque qu’elles soient toutes deux bafouées. D’ailleurs, la confiance donnée mais rejetée, consolide le respect de soi, qui ne tolère généralement pas qu’elle soit accordée une deuxième fois. Quelqu’un qui s’aime s’accorde les deux et te les accordera, car respect et confiance sont liés. Si l’un des deux fait défaut (ou les deux) dans la relation, celle-ci n’apportera que souffrance par l’absence de réciprocité de valeurs, donc d’amour.

« Celui qui s’aime se rend heureux tout seul. Rien ne lui manque parce qu’il se donne tout, en commençant par la confiance et le respect de ce qu’il est. »

La confiance et le respect décuplent l’effet des qualités suivantes : assurance et estime, charisme et séduction, liberté d’expression de son potentiel et de sa créativité, croire en Soi et en ses chances de réussite.

 

Respect & Confiance – La volonté d’acceptation de soi – Je m’aime !

Le bonheur ne dépend pas de ce que l’on a mais de ce que nous sommes, accepter cette Vérité nous permet donc de vivre heureux de ce que l’on est et de se contenter de ce que l’on a. Se faire confiance et se respecter est le combo de choc pour être heureux de ce que l’on est. Je me respecte donc je suis respectable. Je me fais confiance donc j’en suis digne. Je m’aime donc je suis aimable. Si je veux l’être, je le suis. Il permet de s’ouvrir aux autres par le renforcement de l’acceptation et de la maîtrise de son émotionnel, de la connaissance de Soi et de sa liberté d’expression en toute authenticité. Il donne alors accès au pouvoir d’aimer, c’est-à-dire à la possibilité de donner et répandre son Amour aux autres de façon inconditionnelle, sans se préoccuper de ce qui a été, ni de ce qui sera, ni d’un quelconque retour.

« Je donne en puisant dans l’Amour de celle que je suis aujourd’hui, sans me soucier de ce qu'a été hier ou de ce que sera demain. »

C’est le don brut d’amour, de la générosité même, qui se ressent sous forme vibratoire, en présence ou non du donneur. L’Amour se répand par la volonté aussi facilement et naturellement que la lumière lorsque le Soleil se lève. En ce cas, il n’y a aucune attente, aucun besoin, aucun contrôle, aucun abandon, aucune nécessité de retour. La graine d’amour est donnée. Tout dépend alors du receveur, de sa volonté et de sa force d’aimer pour en prendre soin. Mais il faut savoir que

« Ce qui prend du temps, c’est éveiller l’Âme à l’Amour de soi. »

Et profiter du temps présent, surtout quand les choses ne dépendent pas de toi, se rappeler qu’il est le temps d’aimer, celui de la patience et de la sagesse, celui de l’accomplissement de Soi. Alors, ne perds pas ton temps à attendre ce que les autres ne peuvent te donner, contente-toi par toi-même et devient qui tu veux être, dès maintenant.

 

Confiance et respect permettent tous deux, de te voir et t’accepter dans ce que tu es c’est-à-dire t’aimer. Ce que je m’accorde, je te l’accorde aussi, donc te respecter et te faire confiance, c’est t’aimer.

« Chez quelqu’un qui s’aime, tout acte est à la fois égoïsme sain et altruisme. Quand je pense à moi, je pense à toi… car tout ce qui est bon et que je fais mien, est tien. »

Nous avons tous le bien en nous, et l’exprimer n’est qu’une question de volonté. En effet, je ne pense pas avoir à t’enseigner ou te rappeler ce qu’est le respect et la confiance, même si c’est ce que je viens de faire… mais je ne pourrais jamais te forcer à en faire preuve vis-à-vis de moi par exemple. Car ce sont des valeurs du cœur qu’il ne tient qu’à nous de libérer par la simple volonté de le faire.

« Pour aimer vraiment, il faut le vouloir. Car sans volonté de faire du bien à l'autre et aussi à soi, peut-on encore parler d'amour ? »

15 novembre 2020

« Quelqu’un qui s’habille de respect et de confiance est irrésistible. » - Mel

Illustration de Guangjian Huang

Illustration de Guangjian Huang

Amour de soi – 24/11/2020

« A quoi bon apporter un peu de Lumière, quand les gens ne veulent pas ouvrir les yeux ? »

 

Nous avons tous des besoins de vie et d’amour. Savoir les satisfaire est nécessaire pour vivre heureux et en bonne santé. Outre les besoins physiologiques qui nous maintiennent en vie, nous avons besoin d’Amour à travers respect et confiance, d’estime et de reconnaissance, d’appartenance et d’identité, de sécurité et de protection, de connaissance par la recherche de la Vérité et de l’authenticité… Il y a aussi le besoin d’accomplissement de Soi, c’est-à-dire celui de se réaliser par l’acceptation et l’expression de l’Amour, libre de trouver du sens à sa vie et d’atteindre son propre bonheur. Tous ces besoins concernent l’Être que nous sommes, et permettent par leur satisfaction, d’accéder à ce sentiment de plénitude et de paix intérieure, en conscience et en présence, dans l’instant. Ce genre de bien-être lié à la liberté d’être et d’aimer, d’avoir trouvé sa place, d’être aimé de personnes sur lesquelles on peut compter, de celles qui nous apportent une identité, la sécurité d’un foyer, l’estime et l’Amour qui nous épanouissent et nous élèvent.

« L’Amour de Soi libéré éclaire ton chemin menant à l’expression de ton potentiel, en pleine conscience de ton authenticité, dans l’instant présent. »

Les peurs sont liées aux besoins. En effet, elles s’élaborent et se fondent sur les souffrances et les manques occasionnés par la non satisfaction des besoins. L’apparition de la peur de manquer de l’un d’entre eux, génère les craintes, les incertitudes, les croyances et les doutes, qui mèneront à la négativité par privation, abus, dévalorisation, jusqu’au rejet et abandon de soi (désamour). De ces souffrances toutes dictées par l’ego, qui nous empêcheront d’être et d’exprimer la Vie et l’Amour que nous sommes en nous faisant prisonniers du temps et/ou des autres.

« Ne pas s’aimer c’est souffrir de ne pas être Soi. C’est ne pas arriver à se rendre libre de ressentir et d’exprimer l’Amour de qui on est vraiment. »

Il faudra alors faire preuve de volonté et de courage pour dépasser ses souffrances et identifier les peurs originelles, pour pouvoir retrouver l’Amour de soi (s’éveiller), l’exprimer pour satisfaire ses besoins et désirs, afin d’évoluer vers qui on doit être, en étant maître de sa Vie (s’accomplir).

« S’aimer c’est être libre d’exprimer qui on est, et devenir qui on veut. »

 

S’éveiller & S’accomplir

Les trois étapes primordiales

* Lumière, conscience puis acceptation des souffrances et des peurs liées aux besoins non satisfaits, par le pardon et la volonté de ne plus en souffrir.

* Volonté de se connaître pour établir ce que l’on veut, ce que l’on ne veut pas ou plus et volonté de s’aimer par libération de l’Amour en nous, sous forme de respect et de confiance, pour satisfaire ses besoins de vie et d’amour, pour croire en Soi et en sa destinée.

* Expression du courage pour récupérer ses libertés d’être et aimer qui on veut, c’est-à-dire être maître de sa Vie en vue de s’accomplir.

La rencontre de certaines personnes te permettra de faire la lumière sur tes ténèbres par l’apport d’Amour. Tu deviendras alors conscient de tes souffrances. Ce sera à toi de les accepter, pour identifier et affronter tes peurs qui les génèrent. L’acceptation passe par la prise de conscience que tu es responsable de tes propres souffrances, ainsi que par la volonté de ne plus en souffrir. Du moment que tu fais encore des reproches aux autres, et que tu te trouves des excuses ou des raisons à tes blocages pour ne pas agir, c’est qu’il te reste des peurs à identifier. Quand tu acceptes, tu ne trouves plus rien à reprocher aux autres, donc à toi, parce que tu (te) pardonnes, et tu ne vois aucune impossibilité, aucune excuse à ne pas exprimer tes volontés, car tu te permets de libérer l’Amour de ce que tu es.

« Tant que tu fais des reproches aux gens autour de toi ou que le changement te paraît impossible ou inaccessible, c’est que tu n’as pas réussi à franchir tes propres barricades faites de peurs. »

On dit parfois qu’un reproche est une demande d’amour non formulée. Moi je dirais plutôt que c’est une demande d’amour indélicate et mal formulée et je rajouterais que c’est une demande d’amour de soi par l’intermédiaire de l’autre. Oui car

« Tout reproche que tu me fais est en réalité adressé à toi-même. Cela sous-entend de te remettre en question pour t’aimer, donc m’aimer. »

Quand tu acceptes cet effet miroir, c’est-à-dire de te voir en l’autre et qu’il se voit en toi, tu peux alors comprendre que la personne qui te fait des reproches, en a en réalité contre elle, et non vraiment contre toi. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas être affecté plus que ça par ce que les gens disent, en mal surtout. Les gens qui médisent sont aphiles, malheureux et en souffrance, ils n’ont que tristesse et douleur de rejet ou d’abandon à te proposer. En effet,

« De l’autre, tu ne peux voir, comprendre, connaître ou encore partager, que ce que tu possèdes toi-même. »

Certains s’opposent plus que d’autres et plus longtemps à l’acceptation. La résistance à l’acceptation c’est ne pas vouloir voir la vérité en face, celle qui te dit que ton mal est de ton fait, parce que tu as peur. Ne pas accepter ta responsabilité et la reporter sur les autres par le reproche et les excuses, te maintient dans tes souffrances et t’en apporte de nouvelles, avec cette impression douloureuse de toucher le fond et que s’en est fini de toi. C’est parce que tu es encore dans l’attente des autres pour t’aimer alors que tu dois t’aimer, toi et toi seul. Si cela fait encore plus mal, c’est parce que tu as pris conscience de tes souffrances mais que tu refuses volontairement de libérer ton Amour, tu persistes à le réprimer et à repousser le changement qui est bon pour toi. L’acceptation est libératrice mais sa résistance est destructrice. L’éveil par l’Amour de Soi retrouvé, s’il a lieu, sera alors une renaissance exceptionnelle et puissante.

« L’Amour est ce que tu arrives à exprimer quand tu ne veux plus souffrir de tes peurs. L’Amour est donc volonté et acceptation à travers pardon et courage. »

Nous vivons chacun pour nous, donc on ne peut reprocher aux autres, ce que l’on a été, ce que l’on est et ce que l’on devient. C’est pour cela que nous devons nous libérer d’eux, pour évoluer sereinement vers ce que nous voulons être. Nous n’avons pas à vivre pour eux et ils n’ont pas à vivre pour nous. Nous n’avons pas à attendre qu’ils nous aiment, car c’est à nous de nous aimer. De même, nous n’avons pas à leur faire partager nos peurs et nos souffrances. Et pour aller plus loin dans l’accomplissement de Soi, je dirais que nous avons le devoir de nous libérer de nos craintes et inquiétudes pour ne plus les leur faire subir.

« Aie la volonté d’accepter toutes tes peurs et souffrances si tu ne veux pas les faire subir aux personnes que tu aimes. »

Ainsi, se libérer de la dépendance malsaine aux autres et des souffrances qui nous lient à eux, c’est du pardon en toute réciprocité.

« S’affranchir des autres, c’est aussi leur permettre de se libérer de nous. »

Oui car les laisser libres de devenir et de se diriger vers ce qu’ils veulent, c’est les aimer. S’aimer, c’est retrouver la liberté d’aller vers ce que l’on veut, lâcher prise sur ses attachements et son passé douloureux, pour pouvoir se tourner vers l’avenir. Pardonner, c’est tourner la page de ce qui a été, pour s’autoriser à aller vers ce qui sera. C’est s’accorder la possibilité de profiter de l’instant et se permettre de regarder vers demain, de s’ouvrir à l’inconnu et à l’inattendu, sans en avoir peur. C’est se dépouiller de ce qui nous empêche d’être nous-même, c’est-à-dire ressentir et exprimer l’Amour que nous sommes, et donc, accéder à la paix intérieure.

« Profiter de l’instant présent en se tournant vers l’avenir, n’est possible qu’avec le pardon et la liberté d’être soi-même en toute authenticité. »

Finis le sacrifice, l’oubli, le rejet ou encore l’abandon de (l’Amour de) Soi. Car ce que nous sommes est à nous. Et c’est bien la seule chose que nous devons constamment désirer, garder, chérir pour ne jamais perdre. Car perdre l’amour de soi, c’est souffrir et perdre la vie. Ainsi donc,

« Le bonheur est de toujours désirer ce que l’on est et ce que l’on a, à savoir notre vie et notre amour. »

Avoir la maîtrise de soi et de sa vie, c’est avoir la possibilité d’être et devenir, mais surtout celle de passer du temps dans ce que nous aimons être et faire, avec les personnes que nous voulons près de nous. Cela nécessite donc de se connaître et de s’aimer pour savoir le reconnaître chez d’autres et les aimer. En effet, c’est quand je m’aime, que je me donne ce qui est bon, et que je peux aussi te l’accorder, sans en souffrir ou en attendre forcément un retour.

« Exprimer notre Amour nous rend heureux car c’est le reflet direct de nos libertés et volontés à pouvoir le faire. »

Les gens aphiles sont trop occupés à se rejeter et s’abandonner, c’est-à-dire à se détruire et ne pas exister. Alors, ils ne peuvent pas se valoriser et se responsabiliser pour se construire et devenir. C’est pour cela que n’étant pas conscients de leur valeur ni de leur potentiel, et n’ayant pas confiance en eux pour l’exprimer, ils ne peuvent s’accomplir. En effet,

« Se réaliser nécessite de croire en Soi en s’apportant respect et confiance, et d’être libre, non seulement de le vouloir, mais aussi de le pouvoir. »

C’est la volonté d’évoluer, de s’élever vers sa lumière, et non plus sombrer, chuter vers ses ténèbres ; c’est donc accepter de changer en bien, et avoir la volonté de ne plus souffrir en se donnant l’Amour de Soi.

« Pour s’aimer, il faut vouloir ne plus souffrir et accepter les changements qui le permettent. »

Cela nécessite dans un premier temps, d’avoir identifié ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas ou plus. C’est arrêter de se trouver des excuses, arrêter de se voiler la face, arrêter de s’illusionner. C’est accepter la vérité de ce que nous sommes, être sincère, honnête avec soi-même. C’est vouloir se connaître pour apparaître en toute authenticité. C’est tomber le masque, avoir l’audace d’être différent, anticonformiste, pour s’autoriser à exprimer son unicité, c’est-à-dire ce que l’on est, et ses volontés. C’est se faire confiance et avoir foi en Soi. C’est se dire Je peux y arriver ! C’est également réaliser ce que l’on ne veut plus et vouloir s’en détacher pour retrouver son bien-être. C’est identifier ses défenses, ses dépendances aux autres, ses peurs et souffrances, les accepter pour s’en débarrasser, s’en libérer. C’est faire preuve d’intellect et de maturité, pour prendre conscience de ce qui est, et se responsabiliser, dans le but de s’accomplir et non plus de se détruire. C’est savoir ce qui nous fait du mal et ne nous convient plus, en nous empêchant d’être nous-même, pour se diriger vers ce qui nous rend heureux, nous appelle, nous fait envie, nous séduit, nous fait rêver... C’est réfléchir pour ne plus faire les mêmes erreurs, pour identifier ce qui n’a pas marché ou ce qui a fait souffrir, se faire résilient.

« Être libre, c’est quand ce que tu veux être et avoir, tu peux le devenir et l’obtenir ; c’est donc être heureux de vivre. »

C’est aller vers ce qui réussira et sera source de bien-être, par le biais de l’intellect, de la maturité et de la sagesse. Vouloir connaître ses volontés, sa valeur, son potentiel, c’est se donner son droit d’exister et satisfaire son besoin de reconnaissance. C’est du respect de soi, c’est s’estimer et se valoriser. C’est se dire Je mérite ! C’est aller vers la réflexion et la conscience, actionner son mental en mode positif, être optimiste, pour trouver sa place, sa valeur, un but à sa vie, donner du sens à ce que l’on est et à ce que l’on veut devenir, c’est-à-dire croire en Soi (être) et en sa Destinée (devenir).

 

Vouloir n’est qu’en pensée. Tu peux penser très fort à quelqu’un, mais ne jamais vivre avec, tant que tu n’agis pas ou que tu ne t’es pas rendu/e libre de le faire. La volonté n’est rien sans le courage de l’exprimer, c’est à dire le pouvoir de la concrétiser par l’action.

« Toute chose désirée en pensée ne peut être obtenue que par l’action ; il faut agir pour obtenir ce que l'on veut. »

Oui, tu peux en avoir l’envie, le rêve, l’espoir, autant que tu veux, tout cela est inutile tant que tu n’es pas libre d’agir à ta guise, d’exprimer ton Amour pour le vivre, le faire tien dans ta réalité. Le pouvoir d’agir dans ton intérêt est donc la récompense à l’expression de ton courage, pour s’affranchir de tout ce qui t’empêche d’être toi. C’est la volonté d’agir pour Soi, de se faire du bien, de faire ses propres choix, en vue de réussir et de s’accomplir. C’est être libre d’aller vers ce qui nous attire et nous correspond, vers ce qui nous rendra plus heureux. C’est devenir maître de sa vie.

« S’accomplir nécessite la volonté de suivre son intuition et non son ego, pour satisfaire ses besoins de vie et d’amour par ce que l’on est, et non par ce que l’on a. »

24 novembre 2020

« Les besoins de l’Être ne peuvent être satisfaits que par la volonté et la liberté d’être. » - Mel

Illustration de 青伊伊

Amour de soi – 06/03/2021

« Ce n’est que quand tu acceptes la part d’ombre de toute chose que tu accèdes aussi à sa part de lumière. »

S’aimer est le résultat d’une volonté, celle de voir la Vérité de ce qui est, d’arrêter de nier ses peurs et de se refuser l’Amour. Celle d’accepter ce qui a été, pour accéder au changement ici et maintenant, et améliorer ce qui sera. Sans cette volonté, tu restes bloqué, car tourné vers ton passé, piégé dans tes boucles de souffrances générationnelles. Tu n’as alors ni présent, ni futur. Tu erreras, perdu, mal-en-point et dépendant des autres, tant que tu n’auras pas assez souffert pour avoir la volonté de t’aimer. Tant que tu n’auras pas fait tienne, cette force de te faire priorité, c’est-à-dire de décider tout seul, avec courage et fermeté, pour toi, pour ta vie… de te rendre libre de vivre et d’aimer.

« Si tu ne t’aimes pas, c’est que tu n’en as pas la volonté. Et que malheureusement pour toi, tu n'as pas fini d'en souffrir. »

 

Oui, il faut savoir se libérer de ce qui fait souffrir. S’affranchir de ce qui empêche d’évoluer positivement vers le bien-être et le contentement de l’accomplissement de qui tu es vraiment, et pas de ce que les autres veulent que tu sois ou attendent de toi. Les gens se posent souvent les bonnes questions, et même s’ils savent au fond d’eux la Vérité, ils ne sont pas prêts à l’accepter et à agir en conséquence avec détermination et fermeté. Ils mettent un temps fou à accepter ce qu’ils ressentent par intuition et instinct depuis le début, préférant le confort et les fiertés de l’ego, c’est-à-dire faire comme tout le monde pour échapper à leurs peurs au lieu de s’y confronter.

« On passe son temps à faire et être comme tout le monde, alors que vivre c’est être authentique en exprimant qui on est vraiment. »

Ce temps à repousser l’Amour de ce qu’ils sont et qu’ils éprouvent, ils le passent dans la peur et dans la souffrance. Ainsi, ils ne vivent pas pour eux mais sacrifient leur présent pour le donner à d’autres. L’aphile souffre en s’empêchant de vivre avec ceux qu’il aime, ou en leur faisant du mal, par exemple, en contrôlant leurs libertés d’être et d’aimer. Par peur, il se refuse l’amour ou le gâche, en se privant ou en abusant de lui. Ces comportements de privation et d’abus, créent le déséquilibre entre donner et recevoir l’Amour, et occasionnent l’incapacité d’aimer. Pour cela, il se fait victime ou bourreau, en jouant sur les deux valeurs que sont le respect et la confiance. Et comme il n’en a pas pour lui, que cet amour lui fait défaut, il manque également de volonté et de courage pour rétablir cet équilibre, mais aussi, pour se sortir des situations toxiques et anxiogènes qu’il a générées lui-même.

« Sans volonté de mettre un terme à la souffrance et de s’aimer, celui qui se fait bourreau sera victime, continuellement et inversement. »

 

Celui qui a assez souffert et qui veut aimer, a également la volonté du changement. Il a le courage d’agir pour cesser toute souffrance, pour s’autoriser enfin ce qui fait du bien, aller vers ce qu’il aime et s’accorder ce qui le rend heureux de vivre. Il s’éloigne et se détourne alors naturellement de ce qui le fait souffrir, que ce soit une situation, une personne, ou les deux. Il a la force de se libérer pour retrouver ce qu’il est, ce qu’il aime, et en prendre soin par lui-même. Pour s’ouvrir au présent et au changement, il faut donc prendre conscience d’avoir suffisamment souffert de ce manque d’Amour, de respect et de confiance, pour vouloir se les accorder et ne plus en souffrir. Après la prise de conscience et l’Acceptation de ce qui a été par le pardon, l’aphile devrait avoir la volonté de mettre un terme à sa souffrance. C’est ainsi que débute l’Amour pour Soi, car savoir ce que l’on ne veut plus et le faire cesser, c’est déjà de l’Amour.

« C’est s’aimer de vouloir ne plus souffrir, car s'accorder l’Amour c’est savoir ce que l’on veut, mais aussi ce que l’on ne veut plus. »

Aimer est le résultat d’une volonté, celle de faire le bien, c’est le seul moyen de s’opposer à tout ce qui fait mal et de le stopper. Il faut donc accepter l’Amour en nous et autour de nous, le faire sien, vouloir l’inclure dans sa vie, pour en vivre, en étant heureux et en bonne santé. S’aimer est la volonté de se faire priorité, de se libérer des autres, de se dépouiller de son passé, en vue d’accomplir par soi-même ses désirs de vie et d’Amour. Toi seul peux les contenter car toi seul connais tes envies, tes rêves et tes espoirs. En effet, ta vie est tienne, tu n’es pas là pour satisfaire autre que toi ou inversement. Celui qui le fait, perd son temps à souffrir jusqu’à ce qu’il comprenne (ou pas…) qu’il faut s’aimer soi-même et non attendre de l’être par les autres.

« Il y a celui qui joue la victime et dépend des autres pour être aimé, puis celui qui veut être son propre maître et se rend libre de s’aimer lui-même. »

Celui qui le sait a mis fin à sa souffrance en se libérant de son passé et des autres, pour s’accorder l’Amour de Soi.

 

Voici quelques conseils pour se détacher d’une relation de dépendance à l’autre, dont on a la volonté de s’affranchir pour retrouver ses libertés d’être et d’aimer, parce que cette relation ne nous rend plus heureux ou nous fait souffrir.

Exprime tes volontés

Vouloir récupérer ses libertés nécessite de respecter également celles de l’autre, c’est-à-dire les lui rendre (s’en détacher). Pour cela, il faut abandonner toute idée de contrôle sur lui, en vue de lui rendre tout ce qu’il est, et de pouvoir récupérer tout ce que l’on est. C’est arrêter de se donner par peur de ne plus être aimé, parce qu’on veut se donner cet Amour par nous-même, et donc, ne plus être dans l’attente d’être aimé par lui. C’est avoir la volonté de tout faire pour retrouver son estime et sa confiance : son Amour de Soi. C’est avoir le courage de reprendre ses libertés, celles que l’on ne s’accordait plus en les sacrifiant pour l’autre. C’est avoir la force de se pardonner, pour ce qui a été et ce que l’on a été, en vue de pouvoir tourner la page et passer à autre chose de bien meilleur pour nous.

« Si tu veux vivre la vie rêvée, tu dois trouver le courage de quitter la vie qui ne te fait plus rêver. »

Pour cela,

* Il ne faut pas revenir sur le passé, ce qui est fait est fait. Assez de se lamenter et de perdre son temps. Il faut se concentrer sur le présent, car c’est le temps du changement libérateur. Ne pas évoquer du tout le futur, on ne sait rien de lui mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne l’envisage plus avec l’autre, et il faut être suffisamment clair à ce sujet pour qu’il le comprenne.

* Se préparer à exprimer sa décision à travers le Je et non le Tu ou le Nous. En effet, il ne faut plus rien lui reprocher (il n’est coupable de rien) ni plus rien lui promettre. Se libérer pleinement du nous, c’est ne rien attendre de l'autre, ne plus être dans le besoin vis-à-vis de lui, et ne plus rien envisager ensemble.

* Garder son calme, c’est exprimer tout ce que l’on a à dire, puis se taire pour le laisser réagir. Être ferme sur ses décisions, c’est ne pas se justifier, et surtout, ne laisser aucun espoir de recoller les morceaux ou de se remettre ensemble. C’est ne pas avoir peur de dire qu’il n’y a plus d’amour ressenti, qu’il n’y a plus de nous, car il faut que l’autre l’entende pour mieux l’accepter, et aussi pour qu’il ne se fasse pas de faux espoirs.

* Lâcher prise : ne pas s’inquiéter, ne pas avoir peur de ce qui sera ; il arrivera ce qu’il arrivera et rien ne pourra l’empêcher. Nous ne sommes pas responsables de sa vie, de ses émotions, de ce qu’il est et de ce qu’il deviendra. Nous n’avons aucun contrôle sur ce qu’il est et sur sa vie. Et on attend la réciproque, à savoir qu’il nous laisse libre d’évoluer vers qui on veut être, vers qui on veut aimer.

« On ne reste pas avec quelqu’un qui ne nous rend pas heureux et/ou nous fait sentir indésirable, même s’il dit nous aimer. »

Voici le genre de phrases qui peuvent être dites : Je veux retrouver mes libertés d’être et d’aimer. Je ne veux plus souffrir du manque de respect et de confiance que je me porte. Je veux pouvoir me retrouver, me faire priorité, avoir du temps pour moi, pour m’aimer, pour exprimer qui je suis et passer du temps dans ce que j’aime être et faire. Et si cela est nécessaire, on peut ajouter : Je veux me libérer de toi, car tu ne me rends pas heureux/se, tu ne me fais pas du bien. Je ne veux plus ta présence à mes côtés, car je veux être seul/e pour m’aimer et m’accomplir.

- Si tu aimes quelqu’un d’autre, que la relation ait déjà lieu ou non, il faut garder cette liberté d’aimer pour toi. Ne pas l’évoquer avec l’autre, c’est ne pas susciter la jalousie d’une part, et savoir préserver, c’est-à-dire protéger cet amour d’autre part. En effet, il faut éviter le Je te quitte parce que j’aime quelqu’un d’autre... C’est ta vie, tu es libre d’y faire entrer qui tu veux aimer, de devenir qui tu veux être. Il n’a aucun contrôle à exercer là-dessus, le mieux est donc qu’il n’en sache rien.

- S’il y a des enfants, il faut savoir que la principale chose qu’ils vont craindre dans cette séparation, c’est de perdre l’amour de leurs parents. Alors, il faut les rassurer en leur renouvelant l’Amour qu’on leur porte, et en le leur garantissant quelle que soit la nouvelle situation. Rappelle-toi, si tu t’aimes, tu lui apprends à s’aimer, si tu es heureux, il l’est aussi. Et n’oublie pas non plus que son véritable foyer, ce sont tes bras, et la meilleure preuve de ton Amour pour lui, c’est ta présence.

Laisse-le réagir comme bon lui semble

« Se libérer de l’autre, c’est le laisser seul souffrir de son désamour, et s'autoriser à aimer soi-même ce que l’on est et avons. »

* Il a le droit de réagir, c’est-à-dire qu’il est libre d’exprimer de toutes les façons possibles ce qu’il est et ce qu’il ressent suite à l’annonce de ta décision. Il faut savoir l’écouter tout en gardant son calme et en se taisant, même s’il pose des questions, même s’il fait une crise… Tôt ou tard, ses peurs vont ressortir, parfois par la violence ou/et les larmes. Mais quoi qu’il en soit, sa colère ou sa peine sont le reflet de ses peurs et souffrances, non de l’amour.

* Encore une fois, il faut abandonner toute idée de contrôle de l’autre, il est lui, pas toi. Ses sentiments et ressentiments sont siens, pas tiens. On ne doit pas se laisser affecter ni par ses ressentis ni par ses réactions. En effet, il doit accepter lui-même son émotionnel pour ne plus en souffrir et il faut du temps pour cela. Il faut lui laisser la responsabilité de gérer ses propres peurs et sa vie. En effet, tu n’es pas son psy, pas son parent, tu as le droit de te détacher de lui et de ne plus être affecté par ses réactions, de ne pas te sentir coupable ou pire encore, de souffrir à sa place ou avec lui de ses peurs.

Ne lui donne plus l’accès à ta personne

* C’est le plus important. Sois ferme là-dessus, récupère tout ce que tu es, de corps, d’esprit et de cœur, ta présence, ton temps, ta vie et ton Amour. Tout cela est pour toi, car ce que tu es est à toi, et te revient de droit. Ne le laisse plus te toucher, t’embrasser, etc. Sois fort de t’aimer et lève bien haut ton bouclier de l’Amour que tu te portes. Garde la distance et le silence.

* A toi maintenant de prendre le temps de chérir et de prendre soin ce que tu es, pour pouvoir le trouver et le partager ensuite avec ceux que tu aimes, sans jamais plus en souffrir.

Comme dans tout changement, il y a à perdre et à gagner. Mais devenir maître de sa vie est un pouvoir qui te rendra gagnant pour le reste de ta vie. Tu gagnes ton authenticité, ta valeur et ton pouvoir d’aimer… oui, à l’évidence,

« Que tu sois toi est la plus belle chose qui soit. »

C’est toi qui crées ton importance et ta place en t’accordant le respect et la confiance que tu mérites (en t’aimant). C’est toi qui te donnes le droit de vivre et d’exister, à travers l’expression de ce que tu es et de ton Amour. C’est toi qui écris la vie de tes rêves et qui y fait entrer qui tu veux pour te rendre heureux.

 

« Du manque d’Amour, tu en souffriras tant que tu te le refuseras, tant que tu n’auras pas la volonté de ne plus en souffrir. »

Plus tu tardes à accepter la part d’ombre en toi, plus tu repousses le changement pour devenir meilleur, plus tu perds ton temps en souffrant. Celui qui refuse d’aimer, refuse de mettre un terme à sa souffrance. Il laisse alors s’exprimer l’ego à travers excuses et irresponsabilités, mensonges et tromperies, reproches et apitoiements. Il se complait dans la souffrance des autres, en les méprisant et en jouant sur leurs vulnérabilités et leurs peurs (qui sont aussi les siennes), par pure méchanceté.

« Tant que tu n’es pas dans l’Amour, tu es dans la merde, car c’est en suivant ton ego, que tu finis dans l’égout. »

L’aphile se fait victime, véritablement malade, dépressive et anxieuse, qui subit sa vie comme la pire malchance qui soit. Certainement, reproche-t-il à ses parents, sa venue au monde et pense-t-il également mettre fin à ses jours…

 

Tant que tu n’acceptes pas que tu crées la réalité de ce que tu vis et de ce que tu es, tu ne peux accéder à ton potentiel et ton pouvoir d’aimer, c’est-à-dire à l’expression de l’Amour sous toutes ses formes. En ce cas, tu ne peux changer pour devenir meilleur, et malheureusement, ce sera le cas tant que tu n’auras pas assez souffert pour vouloir te faire priorité et t’aimer.

« Pour changer en vue d’être et devenir qui on veut, il faut accepter avoir été ce que l’on ne veut plus être. »

Celui qui n’accepte pas sa part d’ombre, la subit et en souffre. Car accepter, c’est ne plus souffrir. Vouloir aimer, c’est devenir aimable. C’est faire la lumière sur la Vérité, c’est prendre conscience de ce qui a été et de ce qui est. C’est emprunter le chemin du pardon qui mène à la volonté de se tourner vers ce qui est bon en nous, d’exprimer cette part de lumière (Amour) en vue de faire ressortir le meilleur de soi (authenticité et accomplissement du Soi). Cette volonté d’aimer se manifeste à travers nos passions, nos centres d’intérêts, mais aussi, le fait de vouloir se connaître pour exprimer pleinement son potentiel et sa valeur. C’est libérer l’Amour pour se faire du bien, en aimant ce que l’on est, ce que l’on fait, ce que l’on a, ce que l’on devient. C’est être dans la gratitude en estimant tout ce qui nous entoure, en sachant accorder ce respect et cette confiance autour de soi.

« Je vis avec ce qui m’entoure, ce que j’ai et ceux qui sont là pour moi. J’ai conscience des bienfaits qu’ils m’apportent au quotidien, ils ont leur importance et leur place dans ma vie. Je leur exprime ce lien de reconnaissance, cette confiance qui nous unit : ma gratitude. »

C’est savoir rendre les relations pérennes, en faisant le bien et non le mal, en améliorant les situations et non en les compliquant, en étant authentique et non dans le mensonge ou l’illusion du pouvoir sur l’autre. C’est vouloir devenir meilleur, en acceptant son émotionnel, sa sensibilité, sa vulnérabilité, ses forces. C’est se connaître pour vouloir devenir. C’est se dépouiller du mauvais pour accéder au bon en nous. C’est pardonner pour pouvoir tourner la page. C’est vouloir vivre de ses choix, sans être influencé ou dirigé par les autres. C’est avoir le courage d’exprimer ses volontés et désirs, d’atteindre ses rêves, se sortir de la maladie, pour aller vers ce qui nous correspond, nous définit, nous attire, nous rend heureux et meilleur.

 

« Quelqu’un qui t’aime te rend heureux/se et sait comment te garder près de lui, car c’est quelqu’un qui s’aime et qui veut t’offrir tout ce qu’il est (vie et amour). »

La volonté d’aimer est aussi celle de faire sien l’être aimé. Elle touche au désir, à l’envie de l’autre près de soi, de l’inclure dans sa vie, pour partager la vie et l’Amour que l’on ressent. Au besoin de le protéger et de lui apporter le soutien, l’assurance nécessaires au développement de son Amour pour lui, par le biais de sa confiance et de son estime. De le connaître pour mieux le contenter, de satisfaire ses volontés, rêves et désirs de toutes sortes, dans le seul but de le rendre heureux en notre compagnie.

 

L’Amour devient inconditionnel après Acceptation de sa part d’ombre et par volonté d’aimer, c’est-à-dire l’expression de sa part de Lumière. La Vie revient avec l’Amour de Soi retrouvé, avec l’éveil puis l’illumination. Mais aussi, l’envie de se réaliser, la joie du partage, le plaisir de faire sien ce qu’on aime, de faire entrer dans sa vie ceux qui nous rendent heureux, la motivation, l’espoir, l’optimisme, le fait de croire en Soi... pour donner du sens à sa vie. Il n’y a aucune limite à la volonté d’aimer, celui qui s’aime est puissant, libre de s’accomplir et de réussir tout ce qu’il entreprend.

« Se réaliser c’est savoir exprimer l'Amour, par le courage d'aller vers ce que l’on veut, la persévérance pour l’obtenir, et le temps passé en présence pour le garder. »

Cette force te débarrasse de la honte, de la culpabilité, des préjugés, des fausses croyances, de ces gens froids et toxiques qui te nuisent au quotidien. Elle te rend libre d’aimer en faisant tien l’Amour que tu es, et en te donnant le courage de l’exprimer. Dans la vie, les choses ne se font pas toutes seules, il faut les vouloir, les désirer, les rêver, les espérer, croire en elles et se donner sa chance de les obtenir pour qu’elles adviennent. Oui, car

« Ne pas exprimer l'Amour de vivre, c’est s’empêcher de donner du sens à sa vie et perdre sa Lumière. »

Sans volonté d’y mettre un terme soi-même, toute souffrance ne disparaîtra pas d’elle-même, toute aide extérieure ne pourra la faire cesser. Il n’y a qu’une façon de l’arrêter, c’est de le vouloir. Pour sûr

« Chacun se sauve de soi-même. »

Cette volonté d’aimer, de t’en sortir, d’aller mieux, devenir meilleur… C’est ta volonté de vivre, celle de faire tienne ta vie. Toi seul peux agir pour te dépouiller de ce qui ne te convient plus, te prive de ta liberté de choisir, d’être et d’aimer qui tu veux. Oui,

« Tu es fait pour vivre et aimer, mais il te faut le vouloir. »

6 mars 2021

Mel

J'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soi
J'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soi
J'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soi
J'aime la vie - Amour de soiJ'aime la vie - Amour de soi
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :