Le blog de Mel_CreativeGirl

J’aime la vie - J’aime aimer

Rédigé par Mel Publié dans #Jaimeaimer, #Jaimelavie, #Jaimetoi

Illustration de Dadachyo

J’aime faire plaisir – 09/01/2019

C’est un truc qui me définit depuis toute petite. J’aime faire plaisir car c’est ma façon à moi de ressentir du plaisir. Ce qui me vaut souvent le qualificatif de gentille pour ceux qui me connaissent et surtout auprès de mes élèves. Souvent très discrète et secrète, on ne me remarque pas tout de suite, mais je suis là et j’observe. J’apprends des gens en les regardant, en les écoutant, en les admirant ou en les encourageant. Il faut un minimum d’empathie, de curiosité, de disponibilité, d’altruisme et surtout aimer donner. En effet, pour faire plaisir, il faut savoir donner de son temps, de son attention, de son talent, de son aide, de ses conseils, de ses réflexions, de ses recherches, de son affection, de son amour… Oui, c’est la générosité même de l’âme et elle passe par le cœur, parce que c’est un don d’Amour.

 

Vient le moment de la surprise, où tu sors de l’ombre, où l’autre te voit enfin, mais certainement d’une façon différente. L’instant du « faire plaisir », qui me procure autant si ce n’est plus de plaisir qu’à la personne concernée ^.^ Parce que j’ai touché juste émotionnellement parlant, parce que j’ai su déclencher ces sensations qui resteront gravées en nous toute notre vie. Celles des souvenirs, beaux et immuables, d’enchantement et de ravissement, qui contribuent à notre bonheur. De ces émotions et ressentis qui marquent les gens en bien de façon durable.

« Faire plaisir c’est flatter l'autre et lui montrer que l’on tient à lui, qu’on le voit dans ce qu’il est, et que son bien-être nous importe. »

 

C’est aussi ce côté émoustillant de la surprise, celui qui fait qu’il nous tarde l’instant de la mise en joie, après avoir tout méticuleusement préparé. J’aime faire plaisir parce que j’aime aimer. Je suis une sensible, je donne de l’importance aux sentiments tendres et les manifeste volontiers, avec franchise et entièreté. Si tu savais comme chaque fois que je touche juste cela me remplit d’une immense joie ! Oui, pour moi,

« Il n’y a rien de plus beau que de rendre heureux les gens que l’on aime. »

09 janvier 2019

… et je t’aime tant Mel

J’aime donner – 09/02/2019

Oui, j’aime donner, mais... Tu te rappelles certainement, j’aime créer, et j’ai offert quasiment toutes mes créations. J’aime aussi faire plaisir, parce que cela m’en apporte autant sur l’instant présent. J’ai toujours donné sans compter mon affection et mon amour. Être généreuse est dans ma nature et je ne le regrette pas, car il est évident que j’ai fait des heureuses et des heureux. Pourtant, je sens bien que l’équilibre n’y est pas. La plupart des gens sont sincères sur le moment, leur plaisir n’est pas feint. Mais ils sont aussi égoïstes ou hypocrites, ils prennent et ne donnent rien en retour, ils ne savent pas aimer, ils ne sont pas comme moi. Malheureusement,

« Les gens ne s’aiment pas assez pour se faire du bien, alors aux autres, n’en parlons même pas... »

 

Les seuls qui me l’ont toujours bien rendu, ce sont les enfants, car ils sont authentiques et vrais dans leur réaction et l’expression de leur émotionnel. Ils sont très sensibles aux marques d’affection et aux petites attentions que tu leur fais. Ils aiment et développent davantage de liens et de complicité avec ceux qui savent passer du temps avec eux, s’intéresser à leurs loisirs, pallier leurs préoccupations ou leur ennui, et répondent à leurs besoins de toutes sortes. Ils sont très observateurs et se construisent à nos côtés ; ils ressentent, ils apprécient, ils admirent, et ce qui les touche émotionnellement et positivement les modèle. Il n’est pas rare après de les voir agir comme nous et de nous rendre la pareille avec leurs propres moyens. Ils donnent en retour leur affection et leur amour, leur temps, leur aide, leurs petites mains pour nous peigner, nous masser... prendre soin de nous, nous faire du bien. Là où l’adulte qui réprime tous ces beaux sentiments, déçoit. Là où j’ai souffert pendant tant d’années me refusant de penser à moi, auprès d’un homme qui ne m’a quasiment rien donné en retour. Là où l’affection et l’amour m’ont tellement manqué et me manquent encore tellement aujourd’hui, que maintenant que je suis enfin libre de lui, je suis un véritable trou noir avide de sentiments vrais et sincères. Oui,

« J’ai besoin de l’Amour que je suis prête à donner. Je sais que celui qui saura combler ce manque sera l’être le plus aimé qui soit. »

 

J’ai toujours un immense besoin d’amour et d’affection. Je voudrais des bras autour de moi, que mon corps soit touché, désiré, aimé, presque à en avoir mal s’il le faut, pour que je me sente importante et exister aux yeux de quelqu’un. Je me sens si seule dans ma tête et au quotidien et ce, depuis si longtemps... Jamais la solitude ne m’a autant pesée de ma vie car j’y ai eu trop souvent recours lors des replis sur moi, suite aux rejets et dévalorisation sur ma personne. Je ne suis pas seule sentimentalement puisque je suis comblée par l’Amour de mes enfants. Mais je manque de cette autre forme d’amour, celui que l’on ressent pour une personne extérieure à soi et pourtant si familière. Celui qui te donne la soif de découverte de l’autre et son désir le plus intense. Cette magie qui nous appelle au plus profond de notre être pour lui faire du bien. Je suis à la fois un véritable réceptacle et un vortex radieux, prêt à exploser et répandre tout l’Amour que je porte en moi…

« J’aimerais tant rencontrer quelqu’un qui n’a pas peur d’aimer ! Je me sens si seule dans mon désir d’aimer et d’être aimée. C’est pour moi la véritable solitude, celle du cœur. »

 

Je pense vraiment que la vie m’a beaucoup apporté, que j’ai eu beaucoup de chance. Je ne perds pas espoir, je sais qu’elle m’apportera ce dont j’ai besoin, ce qui me correspond, ce que j’aime en moi mais en dehors de moi. Aujourd’hui, on peut dire que je n’ai plus besoin de rien matériellement. Il ne me manque plus que toi pour l’épanouissement total. Toi, la personne en qui je peux avoir une confiance absolue, avec qui je me sens en sécurité et aimée, avec qui je pourrais tout partager, toi que je pourrais rendre heureux, combler de bonheur et d’Amour.

9 février 2019

Mel

Illustration de Lauri Blank

Illustration de Lauri Blank

J’aime aimer – 31/12/2019

Aimer est ce qu’il y a de plus beau dans cette vie. Aimer nous rend heureux. J’éprouve de l’Amour dans ce que je suis, dans ce que je fais, dans ce qui m’entoure, comme les autres formes de vie et notre planète, ainsi que dans mes relations avec les autres personnes. C’est ce sentiment qui nous rend vivant dans tout ce que l’on est et faisons. Je me permets d’aimer, je m’autorise à libérer ces beaux sentiments, car si je ne les exprime pas, je m’interdis de les éprouver pleinement et je m’interdis de les recevoir par là-même.

« Celui qui réprime son amour et ne l’exprime en aucune façon ne veut ni le vivre ni faire exister l’être aimé dans sa réalité. »

Il est assez inconcevable d’avoir peur d’aimer ; peur de donner de l’amour et peur de le recevoir, car ce sont les plus beaux sentiments à ressentir en tant qu’être humain tout au long de notre courte vie sur Terre...

Avoir peur d’aimer c’est accorder encore trop d’importance à ses propres souffrances, c’est aussi les prioriser sur celles éprouvées par la personne qui nous aime en retour. C’est également souffrir par anticipation et inutilement à propos d’un avenir dont on ne sait rien. C’est une souffrance basée sur un vécu douloureux, un passé qui aurait dû nous rendre plus fort et non plus faible par l’expérience acquise en la matière.

« L’incapacité d’aimer est liée à l’expression de nos peurs à la place de notre amour. »

C’est tout détruire de cet amour avant de pouvoir lui donner sa chance. Mais c’est aussi décevoir et blesser l’être chéri d’une manière inconsciente et inimaginable, puisque c’est lui faire éprouver toutes ses souffrances et peurs à sa place…

 

Tu veux savoir comment accéder au bonheur et être heureux ? La clé se trouve à l’intérieur de toi : libère l’amour que tu as en toi, pense-le, exprime-le, ressens-le, ose-le ! Ta vie prendra alors une autre direction et un autre sens. Sans l’attente d’un retour, ouvre-toi à l’amour, expérimente-le pleinement, exprime-le tel que tu l’as toujours rêvé. Tu te sens vulnérable d’exposer ainsi tes sentiments ? Mais au contraire, tu en deviens plus fort et tu atteins ainsi la meilleure version de toi-même.

« Exprimer ses sentiments d’Amour est extrêmement libérateur et source d’un bien-être intense au niveau du corps (légèreté), de l’esprit (apaisement) et du cœur (élévation). »

Libère-toi de tes peurs, de tes doutes, de ta négativité et de tes souffrances liées aux attachements qui te limitent dans ton ascension. Pour commencer, accorde-toi l’Amour que tu mérites, pardonne-toi et va de l’avant dans le jour présent pour exprimer la meilleure version de toi.

« Avec l’Amour, rend l’impossible possible et deviens celui que tu as toujours rêvé de devenir. »

31 décembre 2019

« L’amour est ce sentiment qui nous rend vivant dans tout ce que l’on est et faisons. » - Mel

J’aime aimer – 16/01/2020

« Aimer, c’est dire à l’autre : Je veux tout de toi et je t’offre tout de moi ! »

 

Je veux tout de TOI

Aimer c’est voir la personne aimée dans son entier, dans ses qualités et ses défauts, vouloir tout savoir d’elle, c’est être là pour elle, et toujours, dans les bons moments comme dans les plus sombres. C’est faire passer sa santé, son bien-être, sa sécurité, son bonheur, son plaisir avant le sien, c’est prendre soin d’elle et des siens, c’est savoir la rendre heureuse et créer du souvenir à travers de beaux moments de partage. C’est savoir aimer, exprimer et communiquer son Amour par les paroles et par les actes. C’est vouloir marcher ensemble dans la même direction et se soutenir main dans la main sur un chemin commun. C’est lui faire une place unique dans sa vie, le lui dire encore et encore, lui donner de l’importance et en faire sa priorité. C’est accepter son passé, savoir l’écouter et l’aider à recoller les morceaux éparpillés de son cœur brisé et de son âme martyrisée.

« Je préfère être pauvre avec toi, que riche sans toi. Car si je suis riche de ton Amour, alors je suis riche de tout. »

Ce n’est pas être là pour que cette personne comble ton désamour ou la faible estime que tu te portes, car aimer vraiment, c’est être capable de donner de l’amour sans condition, sans l’attente d’un retour pour combler ce genre de manque. Elle n’a pas à absorber ta négativité, ni à subir tes états d’âme meurtrie, maladive d’un passé non surmonté et de peurs non dépassées. Il doit y avoir une volonté de vivre avec elle pour lui apporter le meilleur et de la joie au quotidien. Oui, car la personne que tu aimes, n’est ni un deuxième parent, ni un docteur, ni un psychologue…

C’est avoir fait table rase de ton passé, avoir dépassé tes peurs, tes doutes et être prêt à t’engager avec pour seul objectif la réussite de cette relation. Ce n’est pas non plus lui dire Je t’aime et attendre qu’elle décide de tout à ta place. L’Amour c’est aussi des actes, pas seulement des paroles, c’est l’expression d’une volonté, d’un courage et d’une détermination, tout le contraire de l’indécision, de l’hésitation, du doute et de la peur du rejet. D’ailleurs, si tu accordes davantage d’importance à tes peurs qu’à ton amour, ce sont tes peurs qui se réaliseront et non tes vœux d’amour…

« Un je t’aime prend du sens quand il est motivé à la fois par le besoin et le soin de l’autre. »

 

Je t’offre tout de MOI

Aimer c’est savoir se donner tel que l’on est, être conscient de sa valeur et s’aimer suffisamment pour partager cet Amour de soi avec l’autre. Car comment comprendre qu’on puisse nous aimer si on ne s’aime pas déjà soi-même ? Que l’on puisse prendre soin de la personne aimée si on ne prend pas soin de soi ? Sache que, comme tout le monde, je suis riche de ce que je suis, et ainsi je suis capable de t’offrir mon âme, mon cœur, mon temps, mes valeurs, ma vie… c’est même inestimable, intarissable et totalement gratuit ! J’ai tout de moi à t’offrir : ma tendresse, mon affection, mon énergie, mon amour pour toi… et je n’ai pas peur de te le prouver, car je sais bien que

« Sur cette Terre et dans cette vie, rien n’est plus beau que d’exister aux yeux de la personne que l’on aime. »

Dès que je peux, mon temps, je veux le passer avec toi. Je t’offre ma présence à tes côtés, mes bras, mes mains pour te soutenir, te protéger, te réchauffer.

« Je t’offre mon âme à travers mon regard qui ne voit que toi. »

Oui je ne vois que toi et je te veux dans ma vie, j’ai tout préparé pour cela. T’aimer c’est être honnête envers toi, te respecter énormément, te considérer, t’apporter ma loyauté et ma fidélité. En effet, je me suis libéré/e de mon passé, et dépouillé/e de mes anciennes relations amoureuses pour t’accueillir pleinement dans ma nouvelle vie. Je n’oublie pas mes expériences passées, bonnes ou mauvaises, je m’en sers pour savoir ce que je veux et ce que j’attends d’une relation épanouie. Je ne veux pas, je ne veux plus gâcher mes chances de réussite, je veux pouvoir montrer mon vrai visage avec toi et ne plus avoir à me cacher derrière un masque. Je me suis détaché/e de mon ancienne vie et je veux partager la suivante avec toi. Je sais ce que je peux te proposer, ce dont je suis capable et je suis prêt/e à tout donner pour être avec toi. Oui j’en ai le courage.

Ce n’est pas avoir peur de quitter ce qui ne te convient plus, ou proposer un partage de vie avec une autre personne, par peur du rejet ou de l’abandon. Ce n’est pas te trouver des excuses - pas le temps, pas le moment, trop de différence d’âge, pas le même niveau social – Je ne te mérite pas ou tu mérites mieux que moi, j’ai déjà quelqu’un, des enfants, etc. – pour détruire cet amour et prendre des décisions que tu risques de regretter toute ta vie. Ce n’est pas penser n’avoir rien à offrir à l’autre, car penser cela, c’est ne pas s’accorder l’amour, ou encore ne pas se pardonner, ne pas s’accepter comme on est. Ce n’est pas non plus lui mentir, lui donner de faux-espoirs ou la fuir sans explications, la repousser ou l’ignorer. En ce cas, ce serait même la blesser car l’indifférence est à l’opposé de l’Amour, ainsi qu’à l’origine des pires souffrances et blessures de l’âme. Si tu l’aimes, tu ne la blesses pas. En effet,

« Quand celui que tu aimes ne sait pas te protéger de lui-même, c’est qu’il ne t’aime pas. »

 

Aimer c’est un plein, un trop-plein même ; on s’aime suffisamment pour aimer les autres inconditionnellement – cela déborde sur les autres ! L’Amour est communicatif, il n’y a pas de honte à l’exprimer, à y être sensible. On est prêt à cela, quand on réalise que le bonheur de l’être aimé passe avant le nôtre et que plus aucune de nos peurs ne nous limite dans nos rêves d’Amour. On connaît sa valeur et on ne ferait jamais de mal à ceux que l’on aime.

« L’Amour c’est quand tu regardes l’autre plus que toi-même, tout en l'aimant autant que toi. »

16 janvier 2020

« Aimer c’est donner dans l’acte de recevoir. » - Mel

J’aime aimer – 30/07/2020

Aimer c’est se tourner vers l’autre avec empathie. Cela demande d’abord d’en éprouver pour soi, c’est-à-dire se demander ce qui est bon pour nous, et non pour les autres dans un premier temps, puis se l’accorder. C’est s’accepter et exprimer qui on est vraiment, c’est donc s’aimer.

« Tu ne peux aimer si tu n’as pas d’amour pour toi, car on ne peut donner que ce que l’on possède. »

 

Avant de comprendre l’autre en se mettant à sa place et se demander ce qui le rendrait heureux, tu dois donc te connaître et savoir toi-même ce qui te rend heureux/se et te contente. Car aimer c’est savoir (se) faire du bien et (se) rendre heureux. Ce n’est qu’en identifiant tes ressentis, en libérant ton émotionnel, et en voulant changer pour devenir quelqu’un de meilleur, que tu y arriveras.

« Tu n’es déjà pas une bonne personne pour toi, alors pourquoi en serais-tu une pour moi ? »

Tu ne dois pas enfouir tes (re)sentiments. Que ce soit bon ou mauvais, que cela t’affecte encore fortement, que cela te fasse éprouver culpabilité, colère, rancune, regret, honte… libère et accepte pour que ce soit derrière toi. Oui, lâche prise sur ce qui a été. Ne te laisse pas dépasser par ton passé douloureux, lié à tes erreurs, tes échecs, tes blessures. Autorise-toi à ne plus en faire ton présent, pour ne plus y penser, et avoir un avenir. Accueille l’Amour pour chasser les mauvais comportements et changer en bien. Gagne en expérience et en maturité pour refuser les errances des boucles de souffrances. Prends confiance en toi pour te responsabiliser. Il faut que tu saches que de toute façon, si tu vas dans la relation en étant encore dans la peur de t’aimer, celle-ci ne fonctionnera pas. Et quelque chose de plus dangereux pourrait même se produire : tu pourrais blesser la personne que tu aimes, parce que tu ne t’aimes pas. De fait,

« Ne pas lui exprimer l’Amour que tu éprouves, c’est s’interdire la relation en la rendant impossible ou en la blessant. »

Car avant de vouloir faire du bien à l’autre, il faut savoir s’en faire. On ne trouve son bonheur qu’après avoir connu la souffrance et identifié au moins, tout ce que l’on ne veut pas ou plus dans sa vie, à défaut de savoir ce que l’on veut vraiment.

« Toute souffrance doit être reconnue comme nécessaire à notre évolution personnelle vers quelqu’un de bien. »

Nous avons un seuil de souffrance qui nous est propre. Certains ayant suffisamment souffert à leur goût, s’autorisent à la faire cesser et à se tourner vers le bien. Ils s’en servent comme tremplin pour accéder à une personne plus forte et en meilleure santé, plus valeureuse et bien plus heureuse, en se donnant l’Amour de Soi.

« Tu connais le bonheur quand tu t’accordes l’Amour et donc ton droit de vivre en étant libre et maître de ta Vie. »

C’est ainsi que la résilience mène à la sagesse en passant par la connaissance de soi. Enfouir ses sentiments et ses peurs, n’agir que pour vouloir plaire et satisfaire les autres, persister dans ses mauvais comportements… ne mènera qu’à davantage de souffrances. Ce sera une existence où tu ne contrôles rien, où tout est subi comme une malédiction, où le temps passe sans saveur. Oui, il faut te donner ta chance de vivre et avoir le courage de la réaliser. Combien de fois ai-je entendu : Je n’ai pas de chance dans ma vie, Tout arrive au mauvais moment, C’est trop tard, maintenant je suis trop vieux/vieille, Je suis trop nul/le, je ne réussis rien... Ce que l’on est et ce que l’on ressent, doit être exprimé sinon on meurt à petit feu, on développe des maladies physiques, mentales, et on dépérit. En effet,

« Comme nous sommes Vie et Amour, ne pas vivre et aimer ce que l’on est, c’est mourir. »

Parfois j’en viens à penser que c’est ce que certains veulent : mourir. Mais si tu leur demandes, ils te diront qu’ils ont très peur de la mort, et qu’ils veulent vivre le plus longtemps possible. Pourtant, à y regarder de plus près, c’est déjà ce qu’ils vivent : une mort lente par l’extinction de ce qu’ils sont, par la rétention de l’amour qu’ils ont en eux, par les mauvais traitements qu’ils infligent à leur corps.

« Les évènements et les rencontres de notre vie nous portent vers ce que nous sommes amenés à devenir, il faut donc les accepter et changer pour le meilleur de nous sans retenir l’amour. »

 

Avant d’aimer l’autre, il faut s’estimer et se respecter.

« On trouve beau à l’extérieur ce que l’on a à l’intérieur. »

Pour certains, le monde doit être bien laid. Quelqu’un qui ne s’attribue aucune valeur ni aucun respect ne pourra pas t’en donner. De plus, il estimera certainement le plus riche à la belle montre ou le plus beau à la peau tatouée… L’image qu’il a de lui n’est pas celle d’une belle personne. Il te traitera comme de la merde, parce que c’est comme cela qu’il se voit. Quand tu aimes, tu donnes de ton temps, de ton attention, de ta confiance, de ton amour… il faut savoir que c’est inestimable, c’est un véritable don, un cadeau de valeur offert à l’autre. Rien à voir avec les faux-semblants et les richesses illusoires de l’ego. C’est aussi savoir recevoir en retour, se trouver méritant de l’Amour que les autres peuvent nous donner. C’est donc s’estimer suffisamment pour accepter cela. Certains sont prêts à beaucoup donner mais ne se laisser pas aimer en retour. C’est peut-être parce que leur estime d’eux-mêmes est très faible. Mais cela mène inévitablement à des abus, des privations, beaucoup de colère et de déceptions, par accumulation des émotions négatives, et donc une vie de souffrance.

« Laisse l’Amour te pénétrer et trouver écho en toi. Tu mérites de le recevoir et as le devoir de l’exprimer à ton tour. »

Se respecter est nécessaire dans la vie pour être suffisamment fort en cas de rejet et d’abandon suite à ce don de soi et d’amour sans retour. Être conscient de sa valeur permet de rebondir après l’échec et ne pas être trop affecté par le comportement des autres, c’est-à-dire se libérer des dépendances génératrices de souffrance. Cela permet aussi de savoir dire non et de fixer ses propres limites afin de garder sa dignité et son amour propre en toute occasion.

 

L’Amour que l’on se porte c’est de l’empathie envers soi-même, elle se développe avec la connaissance et l’estime de Soi. Elle permet de t’accorder ce qui est bon, en libérant l’émotionnel, en exprimant tes sentiments et ressentiments, et en sachant fixer tes limites auprès des autres. Elle te rend libre et maître de tes choix et volontés, heureux dans l’instant sur ton chemin. Elle te donne le temps de t’aimer, prendre soin de toi, et de ressentir le bonheur de vivre ta vie comme bon te semble. Enfin,

« Aimer c’est être prêt à accorder à l’autre, l’Amour que l’on se porte. »

30 juillet 2020

Aimer = s’aimer - Mel

 

Illustration de Panda Capuccino

J’aime aimer – 25/09/2020

L’empathie et la compassion sont les chemins menant au pardon et à l’Amour, celui authentique et inconditionnel qui part d’abord de soi. Nos relations avec nos semblables, en toute humilité, indulgence et générosité, sont nécessaires pour se pardonner et changer en vue d’exprimer le meilleur de nous et faire le bien dans notre entourage.

 

« L’autre est mon miroir, s’y reflète ma peur ou mon amour selon ce que j’exprime en moi. »

Tant que tu auras des peurs en toi, tu ne verras que leur reflet chez les autres. Dès lors, toute rencontre et toute relation n’aura que pour seul but l’acceptation et le dépassement de toutes tes craintes, croyances et illusions. L’expression de tes peurs dans ta réalité empêche celle de ton amour que tu réprimes ; il te faudra donc te débarrasser de toutes tes peurs pour pouvoir le libérer pleinement. Quand tu te tournes vers l’autre avec empathie et compassion, tu te détournes de ton ego et des sentiments négatifs de colère, d’amertume, d’hostilité etc. Quand tu commences à remplacer tes ressentiments par de l’amour, tu tends vers une relation épanouie, car tu voies en l’autre cet Amour que tu te portes et non plus tes peurs. Les peurs sont source de souffrances comme l’Amour est source de joie. 

« La joie est l’expression de l’Amour, tout comme la souffrance est celle de la peur. »

Aller vers l’autre c’est faire preuve de courage et de volonté pour affronter ses propres craintes, les accepter et se pardonner. En effet, l’autre étant le reflet de tes peurs, c’est en l’acceptant dans ses différences et dans ce qui te dérange chez lui, que tu verras ce que tu es aussi et ce que tu dois changer en toi. La réciproque est tout aussi vraie : l’autre étant le reflet de l’Amour en toi, c’est en allant vers lui et en acceptant de recevoir son Amour que tu pourras donner le tien en retour.

« Accepter et aimer l’autre tel qu’il est, permet de t’accepter et de t’aimer tel que tu es. »

Malheureusement, tant que tu exprimes tes peurs, tu ne voies pas l’autre tel qu’il est vraiment car ce que tu voies de lui n’est que le reflet de ce que tu as en toi. C’est un miroir qui te renvoie à ce que tu es et qui t’interroge : Que crains-tu ? Comment te vois-tu ? Il ne faut pas fuir ce face-à-face, bien au contraire, il faut y répondre en toute honnêteté. Il faut accepter avoir des peurs, être celui que l’on pense en bien comme en mal, accepter avoir une image horrible de soi avec des défauts, des faiblesses, mais aussi reconnaître ses qualités et son potentiel… Le nier ou le fuir ne fera que reporter le changement et entretenir les illusions dans la souffrance.

« Avant de devenir ce que tu veux être, accepte d’avoir été ce que tu ne veux plus être. Ainsi tu pourras changer. »

L’acceptation c’est aussi réaliser qu’à partir de maintenant, dans le temps présent, tu ne veux plus être cette personne, avec cette mauvaise image de toi, tu ne veux plus souffrir d’un passé révolu ou du pouvoir que les autres exercent sur toi. Ce qui s’est produit appartient au passé et rien ne peut le changer, alors il faut arrêter de l’entretenir. C’est la puissance du pardon : se détacher du passé et des autres afin de reprendre le contrôle de sa personne, de ses émotions, de sa vie. Le pardon est extrêmement libérateur, car il brise le cercle vicieux de la souffrance auto-entretenue pour l’ouvrir sur un chemin nouveau, celui de la guérison. C’est vouloir changer, de vie, de relations, se dépouiller de tout ce qui ne nous convient plus ou nous fait souffrir, c’est s’accorder ce qui est bon pour nous et pouvoir exprimer l’Amour trop longtemps réprimé. 

La résistance à briser les boucles infinies d’illusions et de souffrances occasionne des troubles physiques et psychologiques plus ou moins sévères, apparentés au stress, à l’anxiété, à la tristesse et à la dépression. Se pardonner c’est guérir de tout cela en apportant de la compassion à soi-même. Précisément, c’est ressentir, accepter sa souffrance et tout mettre en œuvre pour la faire disparaître. La compassion tout comme le pardon est l’expression de l’Amour que tu te portes, elle ne s’exprime donc, que lorsque tu parviens à surmonter tes peurs, c’est-à-dire à lever les blocages émotionnels et briser les résistances qui les entretiennent.

« Le changement est l’expression du courage à accepter ce qui est, à se pardonner et à guérir de ce qui a été, puis à s’accorder ce qui est bon. »

Quand enfin tu n’as plus de peurs, tu ne portes et exprimes que l’Amour ; c’est alors là, dans la quiétude du moment présent et de ta paix intérieure, que ta vraie vie commence.

« Il n’y a que dans l’Amour que la Vie prend tout son sens. »

25 septembre 2020

Compassion = Mel

 

Illustration de Shiitake

J’aime aimer – 30/10/2020

J’aime aimer. C’est ma volonté, ma force d’Amour, par laquelle je veux faire du bien, à moi, aux autres. Mes enfants ont beaucoup contribué à la développer, car on est capable de se surpasser pour ceux que l’on veut rendre heureux et ce, malgré le fait de se retrouver seul/e pour s’en occuper. Mais à bien y réfléchir, cela a toujours été le cas et mon Amour a toujours été inébranlable, inconditionnel. Ils me le rendent bien, je suis aimée, je suis une maman chérie. Les enfants, comme tous ceux que l’on aime, il faut être heureux soi-même pour qu’ils le soient et savoir les faire rester près de nous. C’est-à-dire être en capacité de s’aimer pour savoir les aimer et surtout, en avoir la volonté. Car ne pas s’aimer, c’est ne pas vouloir s’aimer. Et cela, ils le ressentent, quoi que l’on fasse pour ne pas le montrer, quoi que l’on fasse pour les rendre heureux. D’ailleurs, pourquoi vivraient-ils dans la joie si ce n’est pas ton cas ?

 « Que ce soit consciemment ou inconsciemment, le mal se propage par la communication des peurs et des souffrances non acceptées par le parent. »

Certains croient aimer comme ils croient être ce qu’ils pensent et donnent à voir d’eux. Pourtant, tout ce qu’ils affichent est à l’image de leur ego traumatisé, terrifié par la peur d’aimer. Ils ont fait l’amalgame de l’Amour et de la souffrance alors que les deux s’opposent. En effet, tu exprimes soit l’un, soit l’autre, jamais les deux en même temps.

« Celui qui pense aimer le plus car le plus souffrant des deux, est justement celui qui en est incapable. »

Oui car aimer n’est pas souffrir. Aimer c’est se sentir vivant et heureux. Aimer c’est savoir reconnaître sa chance de l’être en retour, et ne pas la laisser filer juste parce qu’on a peur pour soi… Aimer c’est savoir faire preuve d’acceptation et de volonté. Alors rends-toi heureux, deviens maître de ta vie, de tes choix et de ton temps. Accorde-toi ce qui est bon pour pouvoir le partager et le faire vivre à ceux que tu aimes et veux chérir. Aime-toi pour les bénir.

 

Amour de soi / Amour divin

Pouvoir qui permet l’éveil de l’Âme ou de l’Être par l’acceptation et la volonté de se faire du bien c’est-à-dire de s’aimer.

Nous devons garder à l’esprit que nous sommes des êtres sensibles et expressifs, investis du pouvoir divin d’aimer. Il suffit juste de libérer cet Amour de nous qui est en nous, pour tendre vers le bien, le bien-être, la vie heureuse et le bonheur, à l’image souhaitée, rêvée, espérée...

« Aime-toi et tu ne connaîtras plus jamais la souffrance ; aime-toi et les bonnes choses arriveront dans ta vie ; aime-toi car Dieu sera alors présent. »

Certains évènements et rencontres vont t’affecter et te faire pencher vers le côté obscur, le négatif, le mal, dans la peur et la souffrance… et d’autres vers la lumière, le positif et le bien dans l’Amour.

« Tout est une question d’équilibre dans un système de polarité. »

« Toute chose en ce monde doit avoir son contraire pour exister. »

 

Acceptation / Accepter ce qui a été, ce qui est et ce qui sera

L’acceptation est puissante car elle permet de libérer l’Amour de Soi. C’est pardonner ce qui a été, puis faire preuve de courage et de volonté pour accepter ce qui est et ce qui sera.

Le pardon – Pardonner et la volonté de le faire

Accepter ce qui a été

« Il faut aimer ce qui a été car c’est ce qui nous a mené à ce que nous sommes aujourd’hui. »

Le pardon est cette volonté ou force de (te) pardonner pour le mal qui a été fait, à toi, aux autres. C’est te donner le droit de libérer l’Amour pour (te) faire du bien et donc t’accorder ce qui est bon. C’est t’autoriser à ne plus souffrir du passé et de tes dépendances aux autres, pour arrêter de te faire du mal et cesser de le propager autour de toi.

« Le pardon permet l’accès à la guérison et à la paix intérieure en débloquant la capacité à faire le bien. »

 

Le courage / Être courageux et la volonté de l’être

Accepter ce qui est et ce qui sera

A toi d’accepter ce qui advient sans résister, à être résilient et enclin à exprimer ce que tu ressens dans le seul but de faire le bien, à toi et autour de toi. Si tu résistes en refoulant ton émotionnel, c’est que tu n’acceptes pas et donc que tu te laisses affecter et définir par ce qui t’arrive. C’est exister encore dans le passé et/ou pour les autres, vivre l’instant dans la peur, puis ressentir la crainte et l’inquiétude du lendemain. C’est oublier de s’aimer et donc souffrir. C’est appeler le mal, les malédictions, le propager autour de soi et donc maudire son entourage.

« Accepter, c’est aimer et vivre. Résister, c’est souffrir et mourir. »

Les peurs qui s’expriment, anéantissent la liberté d’être qui on est et celle de faire ce que l’on aime. Elles rendent prisonnier du temps et des autres en prenant du pouvoir sur notre vie et notre énergie, c’est-à-dire notre temps, notre amour mais aussi nos rêves et nos espoirs. Elles répriment l’amour que nous sommes et nous empêchent d’aimer, d’être maître de notre vie, donc de vivre et nous sentir vivants.

« Les peurs nous ôtent l’amour et donc la vie. »

Il ne faut pas oublier que nous n’avons qu’une vie et que

« Il n’y a que l’Amour qui rend vivant. »

Le mal se combat en faisant le bien dans l’instant présent, c’est à dire en libérant l’Amour et non les peurs. Toute chose que tu n’acceptes pas revient sans cesse dans ta réalité pour qu’elle le soit, en touchant ton esprit, ton cœur, ton corps, en bien ou en mal. Ce sera une bénédiction ou une leçon de vie. Le corps exprime alors par des maux, les peurs que tu n’acceptes pas et ne libères pas par les mots.

« Le cœur relie l’esprit au corps et soignera l’un comme l’autre par la libération de l’Amour. »

On lutte contre le mal en soi en devenant meilleur par l’Amour. Alors, sois à l’écoute de ton corps, ne te rejette pas, ne t’abandonne pas. Il faut avoir la volonté d’accepter tout ce que tu es, dans tes forces et tes faiblesses, et de l’aimer. Car c’est ainsi que tu seras en capacité d’aimer vraiment, c’est-à-dire donner ET recevoir l’amour. Oui car

« C’est en aimant ce que tu es que tu pourras aimer ce que je suis. »

Faire preuve de courage est aussi cette volonté d’aller vers ce que tu veux, prendre le risque de l’obtenir comme de ne pas l’obtenir.  Mais ne pas prendre cette opportunité quand elle se présente, c’est ne pas accepter que cela soit possible et donc la rendre impossible, tout simplement.

« Si tu n’as pas le courage de te sortir d’une situation, tu ne l’auras pas non plus pour aller vers une nouvelle. »

Cette force de te diriger vers ce qui te correspond nécessite d’une part, que tu acceptes ce qui a été, ce qui est et ce qui adviendra, en bien comme en mal. D’autre part, cela requiert également que tu en aies la volonté et la détermination. C’est faire preuve de persévérance, d’assurance, d’Amour pour se donner sa chance et se dépasser pour obtenir ce que l’on veut. Mais c’est aussi savoir rebondir après l’échec, avec résilience et sagesse, pour réussir à la prochaine tentative. Il faut donc accepter ce qui est, même l’échec, parce que c’est une possibilité de recommencer, mais en mieux cette fois-ci. Tu as le courage quand ta volonté d’aimer et de faire le bien autour de toi est plus forte que le pouvoir qu’exercent tes peurs sur toi.

 

Accomplissement de soi par l’Amour - Libération de sa Lumière et Illumination

L’acquisition du pouvoir d’aimer, c’est-à-dire la capacité à donner et recevoir l’Amour, en somme le pouvoir de faire le bien, de bénir.

« Quand l’Amour de soi éclaire qui on est, notre âme s’éveille et quand il s’étend aux autres, c’est notre Âme toute entière qui s’illumine. »

L’illumination nécessite l’éveil de l’Âme car on ne peut donner sans l’Amour de Soi. En effet, donner de toi sans t’aimer ni savoir aimer, c’est te sacrifier, souffrir et t’éteindre. C’est aussi faire semblant d’aimer. En effet, quand tu n’as pas d’amour en toi, tu ne peux pas le donner ni le recevoir, tu ne peux ni le faire, ni retirer du plaisir, de la joie, du bonheur, du moins de façon durable et intense.

« Quand on s’aime, on sait donner de Soi et de son Amour, sans souffrir. »

La volonté de s’accomplir t’amène à être et devenir meilleur par le renforcement du pouvoir de faire le bien, c’est-à-dire ta force d’aimer. C’est la force de se réaliser pleinement dans l’Amour en exprimant ce que tu es et ce que tu aimes faire, de donner du sens à ta vie à travers un ou plusieurs but/s à ton existence terrestre, pour faire le bien autour de toi. C’est faire preuve de l’authenticité la plus totale pour libérer ton potentiel et donc ton pouvoir d’aimer, pour marquer les gens en bien. C’est l’illumination. Plus tu donnes en Amour, plus tu gagnes en énergie et en intensité et plus tu libères de lumière.

Cette volonté d’aimer appelle à être seul dans l’instant présent, c’est à dire à se libérer du poids du passé ainsi que des relations de dépendance, pour être libre d’aimer à sa guise et sans plus aucune peur. Elle nécessite donc d’avoir faites siennes les composantes de l’acceptation (pardon et courage) et permettra même de les développer. Ainsi, tu gagneras en confiance et estime de toi, en instinct et intuition, en créativité et spiritualité, et enfin en générosité et illumination.

En étant faux, c’est-à-dire dans l’inconscience ou la répression de qui tu es vraiment, tu ne seras jamais seul/e mais entouré/e de personnes comme toi, en souffrance et mauvaises, parfois même très toxiques…

« Être vrai, courageux mais seul est bien plus valorisant qu’être faux, lâche mais accompagné. »

En étant vrai, tu seras souvent seul/e mais tu aimeras ces instants pour toi, dans l’Amour en conscience de qui tu es. Cependant, tu sauras reconnaître les personnes comme toi, celles qui ne trichent pas avec ce qu’elles sont, ni ne font semblant d’aimer. De ces bonnes personnes, tu en rencontreras peu, mais elles resteront près de toi, non par besoin ou nécessité mais par Amour.

« Les gens qui se font aimer sont authentiques, ce sont des personnes qui ne trichent pas avec ce qu’elles sont. »

Les gens faux et en souffrance sont définis par l’absence de volonté, le fait qu’ils subissent tout ce qui leur arrive et l’hypocrisie de ce qu’ils sont, ainsi que de leur monde. Ils ne sont pas maîtres de leur vie c’est-à-dire qu’ils ne sont pas libres d’être ce qu’ils sont vraiment et de s’accorder ce qu’ils aiment. En fait, ils croient qu’ils ne sont pas libres d’être, faire et aimer, mais en réalité ce sont eux qui se l’interdisent.

« La plupart des gens souffrent de se refuser l’amour. Sans la volonté de le ressentir pour le faire leur et se faire du bien, le temps ne peut se faire ni présent, ni vie pour eux. »

Ils se rendent dépendants des autres et prisonniers du temps pour s’enlever cette liberté. C’est ce qui entraîne leurs principaux traits de caractères, tels que la lâcheté et la fuite, l’indécision et la procrastination, le défaitisme et l’inaction, le manque et la jalousie, les privations et les frustrations, le narcissisme et la perversité, le sacrifice et la déception, l’absence de remise en question et d’évolution… Avec le refoulement de leur émotionnel, ainsi que la méconnaissance qu’ils ont d’eux suite au rejet et à l’abandon de leur vérité, tout cela concourt à la construction d’une image très négative d’eux. Ils se voient vraiment comme des merdes qui ne réussissent pas, qui n’ont pas d’assurance, de confiance et d’estime de soi, de courage et de volonté de devenir meilleur. Et malheureusement pour eux, cela s’exprime dans leur réalité, c’est-à-dire qu’ils ne réussissent pas, n’expriment pas leur plein potentiel, n’ont pas de but dans la vie (se sentent inutiles, sans importance) et se trouvent malades, aussi bien psychologiquement que physiquement, car le corps libère la souffrance de l’Âme réprimée.

On ne peut rien faire pour eux car ils se sont abandonnés et oubliés eux-mêmes.

« Personne ne peut guérir malgré toute aide extérieure si cette personne nie en avoir besoin, ne veut pas aller mieux ou ne veut pas dépasser les peurs qui sont à l’origine de son mal. »

Ils n’ont pas de volontés propres, celle de ne plus souffrir, celle de se laisser aller et de s’accorder ce qui est bon pour eux, celle de faire ce qu’il faut pour changer et devenir meilleur (acceptation et accomplissement de soi), celle d’aller vers ce qui les appelle, ce qui les séduit et les fait rêver… préférant le laisser s’éloigner d’eux en le/se maudissant.

Si la prise de conscience et l’acceptation ont lieu, même tardivement, elles permettront l’éveil de l’Âme par l’Amour de Soi retrouvé. Et en ce cas, rien ne sera plus jamais comme avant, ce sera une renaissance.

« Nous sommes parfois lents à saisir la vie, mais quand nous le faisons, plus rien ne nous arrête. »

 

La volonté de faire le bien développe également la capacité qui permet d’amener le plaisir de soi et de l’autre à son paroxysme. C’est savoir faire l’Amour en reliant tous les plans d’énergie de ce que nous sommes, c’est-à-dire en pleine conscience.

« La vie dans le corps physique permet d’expérimenter et exprimer l’Amour en pleine conscience de façon plus intense. »

Toute l’intensité de l’Amour éprouvé pour l’autre et libéré sans retenue, est ainsi distribuée de l’esprit au corps par le cœur. L’exacerbation a lieu avec la montée du désir dans l’esprit et la volonté de (se) faire du bien (don d’amour), avec l’augmentation du rythme cardiaque et de la température, ainsi que des flux d’énergie dans tout le corps. La jouissance au moment de l’orgasme, de façon spontanée et coordonnée, mêle les plaisirs harmonieux de ces trois composantes (esprit, cœur et corps). L’extase est décuplée lors de la fusion des deux partenaires et le partage d’énergie sur tous ces niveaux.

« Cela peut paraître utopique ou onirique mais l’Amour est bien la seule chose importante dans la vie. Ceux qui le répriment vivent leurs peurs d’aimer dans la souffrance, et ceux qui l’expriment vivent leur Amour dans le bonheur. »

30 octobre 2020

« Aimer est une mise à nu émotionnelle, un don d’Amour sans garantie aucune mais porteur de l’espoir qu’il éveillera la réciproque dans l’aimé. » - Mel

 

Quelqu’un qui t’aime…

Quelqu’un qui t’aime…

« Quelqu’un qui t’aime n’a pas peur que tu ne l’aimes plus parce qu’il s’accorde déjà l’Amour de Soi… Il veut simplement partager ce bonheur avec toi. »

02/12/2020

Rêverie de Mel

 

Illustration de Guangjian Huang

Illustration de Guangjian Huang

J’aime aimer – 06/12/2020

Aimer l’autre, c’est se tourner vers lui, lui accorder confiance et respect. C’est le faire exister, lui donner de l’importance, l’accepter pour ce qu’il est, en vue de le rendre heureux. Quand il y a peur d’aimer, il n’y a ni confiance ni respect qui ne soit offert à l’autre. L’incapacité d’aimer (= aphilie) est alors source de souffrance. Et pour cause,

« Aimer est la seule chose qui fait du bien. »

 

Pas mal de gens considèrent leur situation amoureuse compliquée.

« Ce qui rend la relation compliquée et malheureuse, c’est de persister à ne pas s’aimer, mais vouloir quand même l’amour de l’autre. »

Cette résistance à s’aimer, va conduire inexorablement à se rendre prisonnier de l’autre et du temps passé avec lui. En effet, c’est s’engager dans une relation d’attachement où l’on attend que l’autre nous aime et nous rende heureux, au lieu de le faire par soi-même. C’est compter sur lui pour qu’il nous aime, en lui accordant tout ce qu’on devrait se donner. Puis c’est dépendre de lui et perdre progressivement sa liberté d’être et d’aimer, parce que l’on pense tout lui devoir, et que l’on n’existe que par lui. Et si par malheur, cet autre se libère de nous, c’est tout notre monde qui s’écroule car on ne vit qu’à travers lui. Alors, on s’identifie à l’échec, c’est-à-dire que l’on devient l’échec lui-même. On essaie par tous les moyens de retrouver cet amour, on se dévalorise, on ne se croit plus méritant. On perd encore plus sa dignité et son amour de soi, surtout quand on réalise que c’est peine perdue (souffrance en conscience). Parfois même, on cherche à se faire encore plus de mal en se rendant malade, de ces maux psychosomatiques, ou par l’addiction (alcool, tabac, sexe…), et en dégradant davantage notre image de soi. Il faut savoir qu’aucun médicament extérieur ne viendra à bout de ces pathologies dont on se fait victime. Le seul remède est l’Amour de Soi par la volonté de ne plus en souffrir et d’accepter ses peurs. Tous tes maux s’envoleront quand tu t’autoriseras à le libérer, car il faut bien savoir que

« L’aide est extérieure mais la guérison est intérieure. »

 

« Aimer s’apprend ou se réapprend, à tout âge, mais il faut en avoir la volonté. »

Pour cela, il est bon d’accepter et de se rappeler, que l’on est seul d’une part, et que l’on ne peut compter que sur soi d’autre part. Nous avons chacun notre vérité, notre vie, notre propre chemin, et notre destinée n’attend que nous. Et ce sera toujours ainsi.

« L’essentiel est d’aimer sa vie, parce qu’à part toi, qui l’aimera ? »

Accepte ces vérités. Récupère tes libertés d’être et d’aimer, sois courageux pour les exprimer, certes en étant seul, mais dans le bien-être de l’authenticité retrouvée. Aie confiance en ce que tu dois devenir. Crois en toi et en toi seul. Tu peux y arriver mais garde à l’esprit que tu es bien le seul à le pouvoir…

 

« Tu attires à toi ce que tu es, à travers pensées et comportements, en bien comme en mal. »

Nous attirons à nous ce que nous sommes et ce que nous exprimons. Si nous sommes aphiles, nous attirons à nous ce même genre de personnes qui sont en souffrance de ne pas s’aimer, à cause de leurs peurs d’aimer non dépassées. De ces personnes qui contentent leurs besoins par la satisfaction des fiertés de l’égo et des dictats de la société, c’est à dire le plus souvent par le travail et l’argent. De celles qui accordent plus d’importance à posséder des biens que de partager un moment heureux avec toi.

D’un autre côté, si nous avons accepté nos peurs et avons la volonté de ne plus en souffrir, nous sommes en capacité de pardonner et de nous libérer de nos dépendances aux autres, pour évoluer librement vers qui nous souhaitons être. En ce cas,

« L’expression du courage à s’accomplir est celle de l’Amour en nous. »

Ta force d’aimer est ton courage. Plus tu te permets d’aimer, plus ton amour libéré est puissant, et plus tu es courageux. Y a-t-il une limite à cela ? Non, ou seulement si tu penses et crois qu’il y en a une. Y a-t-il un risque à être courageux ? Oui, celui de se trouver pour s’aimer…

« Aimer c’est prendre le risque de se trouver en l’autre par l’expression du courage et de sa liberté à le faire. Et si cela échoue, c’est se trouver Soi pour s’aimer. On a donc tout à y gagner. »

C’est en ayant confiance en soi et en se sachant méritant, que l’on s’aime et que l’on peut aller vers l’autre en lui accordant ces deux valeurs. Il doit donc y avoir volonté de libérer et de satisfaire nos besoins par l’Amour de Soi. A ce moment-là, tout ce que je m’accorde de bon, tout ce que je fais mien dans mon intérêt, tout ce qui me définit et me contente, je vais pouvoir le trouver chez l’autre et aussi, le lui accorder sans souffrir. Cela nécessite bien sûr, une volonté de se connaître et de se faire priorité, pour identifier ses besoins, ses désirs, ses aspirations, ses espoirs, etc. Mais en même temps,

« Celui qui ne passe pas de temps à se connaître et s’aimer, ne saura pas t’en accorder non plus. »

Ainsi, une personne qui s’aime, propose de la joie, de l’Amour, du bonheur, à partager avec l’autre. Elle est également libre de l’exprimer et de le vivre avec qui elle veut, avec qui saura l’apprécier. Et si l’autre ne sait pas le voir ou lui en donner le retour, elle ne lui en voudra pas. Elle n’essaiera pas de forcer ou mendier la présence de l’autre, en aucune façon. En effet, la capacité à (s’)aimer permet de comprendre l’autre dans la possibilité qu’il ait trouvé son bonheur ailleurs, ou dans celle qu’il soit en souffrance de ne pas savoir aimer par aphilie. Quoi qu’il en soit, dans ces deux situations,

« Aimer vraiment, c’est savoir renoncer et dire adieu. »

 

L’Amour véritable est inconditionnel, il se donne ouvertement car il est le reflet de nos volonté, liberté et authenticité à l’exprimer. Il sous-entend nos désirs, nos choix libres et notre courage à les révéler. En conséquence, un amour, qu’il soit forcé ou mendié, n’en est pas. Pour certains, montrer leur amour, c’est être vulnérable, alors ils perdent beaucoup d’énergie à le réprimer et à contrôler leurs émotions. Ils sont rigides et froids comme des glaçons. Ils te diront peut-être qu’être ému, avoir la larme facile, se montrer authentique dans sa sensibilité ou hypersensibilité…, c’est pour les faibles. Pourtant, même si donner l’amour a l’apparence de la faiblesse, c’est en réalité une vraie force. C’est même la seule vraie force en ce monde, car c’est celle qui donne la vie, à travers liberté et santé.

« L’Amour t’apporte santé et liberté, les deux ailes de la Vie. »

 

Une personne qui s’aime, sait bien que la vie est trop courte pour la passer dans la souffrance, à attendre d’être aimée par quelqu’un d’autre qu’elle-même. Elle sait se libérer de toute situation qui ne dépend pas d’elle par le lâcher-prise et l’expression de l’Amour de Soi. Car être dans l’attente des autres ou ne vivre que par eux, c’est se bloquer à d’autres opportunités d’une part, mais c’est aussi s’empêcher de prendre le temps d’être Soi et de s’aimer. C’est se rendre prisonnier des autres et ne pas pouvoir profiter de l’instant. Elle sait très bien aussi que recevoir un amour forcé ou mendié, n’est que de la souffrance déguisée, qui ne saurait la rendre heureuse durablement.

« Peu m’importe que tu m’aimes si tu n’es pas capable de me rendre heureux/se. »

En effet, il ne suffit pas de dire je t’aime à l’autre, il faut aussi que les comportements et la présence, attestent de cet amour. Les actes, les attitudes, les regards, les gestes, sont parfois bien plus révélateurs et évocateurs des beaux sentiments que la simple parole. Certains ne trouvent pas les mots pour exprimer la profondeur ni la puissance de leurs ressentis. Le corps prend alors le dessus sur l’esprit, pour libérer l’Amour venant du cœur, en exprimant le langage sensuel du désir, les figures de style de la tendresse, le lexique affectueux du regard… Un langage intense et bien plus authentique qu’un alignement de quelques mots.

Avant d’aimer quelqu’un, il faut donc se donner cet Amour et devenir la personne que l’on aime pour la retrouver en lui et savoir la chérir. Ce n’est que comme cela, que l’on pourra correctement l’aimer, en lui accordant tout ce qui est bon, comme on le fait déjà pour soi.

 

« L’Amour est pour ceux qui ont le courage de le libérer, pas pour ceux qui ont peur de le vivre. »

Il y a des gens qui font beaucoup de bien autour d’eux. Mais bien souvent, ils ne se permettent pas de s’en faire directement à eux. En conséquence, ils ne sont pas vraiment heureux de leur existence. Ils ne se sentent pas vivants, ils sont vite fatigués, ils n’ont pas de volonté, ni de motivation, pas beaucoup d’énergie. Leur principal problème vient du fait qu’ils ne s’accordent pas de temps pour eux. Ils ne se sentent pas vivants parce qu’ils ne prennent pas le temps de s’aimer. Il est bon de rappeler ici que vivre est le temps d’aimer. Ils doutent de leurs capacités, de leur valeur, de leur potentiel à faire le bien. Ils ne se pensent pas méritant à recevoir l’Amour et ne veulent pas être aimés.

« S’aimer est force de vie qui fait du bien. S’aimer est un pouvoir qui permet de vivre libre, heureux d’être et d’aimer. »

S’aimer c’est être capable de (se) donner l’amour et de le recevoir sur une même mesure. Cet équilibre est très important. En effet, tout déséquilibre dans la capacité d’aimer, par privation ou abus, va être source de souffrance. Beaucoup donnent tout et se contentent de recevoir très peu ou pas du tout (privation). Et d’autres, prennent tout ce qu’ils peuvent sans donner en retour (abus). On ne peut être satisfait, contenté dans ses propres besoins d’amour et d’estime, quand on traite l’autre comme un roi, alors que lui nous voit comme un bouffon. En effet, celui qui se donne peu, souffre de son incapacité à recevoir l’Amour, et montre aux autres comment le faire souffrir. Malheureusement pour lui,

« Celui qui se contente des miettes ne connaîtra jamais le goût du pain. »

Et à l’inverse, celui qui s’aime et s’accorde ce qui est bon, montre aux autres comment l’aimer et le rendre heureux.

« Montre comment tu as besoin d’être aimé/e en t’aimant toi-même. »

 

Finalement la seule crainte que l'on devrait avoir est celle de ne pas être en capacité d’aimer correctement l’autre. Celle de lui manquer de respect ou de lui refuser sa confiance. Car ce sont là, les blessures les plus douloureuses qui soient, de ces blessures de l’âme qui nous marquent à vie, en bafouant nos besoins d’appartenance, d'estime et d’amour. De celles qui blessent ceux que l’on voudrait aimer, comme par exemple, nos propres enfants. Si toi-même tu ne te relèves pas de tes souffrances et les perpétues, que peut-on dire de ceux qui acceptent d’être blessés pour t’aider à les dépasser ? Ainsi, l’empathie et la compassion mènent au pardon et à la libération d’Amour en étant courageux, pour les autres et pour soi. Et si tu n’as pas la volonté, ou si tu n’es pas assez courageux pour accepter l’Amour qui vient à toi, sois-le au moins pour ceux que tu aimes et ne veux plus voir souffrir par ta faute. Oui, car bien évidemment,

« C’est en faisant du bien aux autres que l’on se fait du bien ; c’est aimer. »

6 décembre 2020

« Il est important de s’aimer pour espérer être aimé. » - Mel

 

 

Aimer

 

Ce n’est pas aimer

de se lever pour souffrir de ses peurs et non vivre pour donner de Soi,

de ne pas accueillir l’imprévu, l’inattendu ou le mystérieux,

de ne pas accepter ce qui est, de le forcer ou de s’y opposer,

de ne pas respecter ni prendre soin de notre Terre et de sa vie,

de ne pas être gratitude ni humilité au quotidien,

et de ne pas vouloir le bien à travers l’Amour.

 

Ce n’est pas m’aimer

de me dévaloriser ou de me déresponsabiliser,

de ne pas devenir meilleur/e ni m’accomplir dans mes potentiels de vie,

de bafouer mes besoins ou de satisfaire uniquement les tiens,

de ne pas vouloir me connaître et de me refuser ce qui est bon,

de ne pas appeler dans ma réalité ce que j’aime et qui me correspond,

de suivre mes peurs attisées par l’ego plutôt que l’intuition de mon cœur,

de ne pas croire en moi, en ma chance et en mon Dieu intérieur,

mais aussi, de confondre souffrance et Amour.

 

Ce n’est pas t’aimer

de ne pas faire preuve de compassion envers toi ni de courage impérieux,

de ne pas respecter tes libertés d’être et d’aimer selon tes volontés,

de te refuser ce que je suis, mon bonheur et ma générosité,

de ne pas te faire exister dans ma vie ou trahir ta confiance,

de te faire partager mes peurs et mes souffrances,

de ne pas t’accorder ma considération ni chérir ton Amour.

 

Ce n’est tout simplement pas de l’Amour

sans la réciproque d’aimer l’autre autant que Soi.

 

31 décembre 2020

Rêverie de Mel

 

Illustrations d'Annie Stegg

J’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
J’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimerJ’aime la vie - J’aime aimer
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :