Le blog de Mel_CreativeGirl

J'aime la vie - J'aime l'amour

Rédigé par Mel Publié dans #Jaimelamour, #Jaimelavie, #Jaimetoi

Illustration de Sandra Winther

J’aime les Walt Disney – 03/02/2019

J’ai toujours, mais toujours aimé les films Disney, c’est un peu toute mon enfance. Dès qu’un nouveau paraissait, ma mère m’amenait souvent le voir au cinéma puis m’achetait la VHS. Je le visionnais tant et plus que je connaissais les dialogues par cœur et les chansons sur le bout des doigts. A l’époque, je m’identifiais beaucoup aux princesses et surtout à Belle. Quand j’aidais mes grands-parents pour balayer ou faire la vaisselle, j’étais Cendrillon. Quand je chantais dehors, j’étais la princesse Aurore, cueillant des mûres ou encore Blanche-Neige, entourée de nature. Quand je ressentais la solitude des journées interminables des vacances scolaires, entre deux loisirs créatifs, je me voyais telle Raiponce, se demandant où se trouve la vraie vie, ou Jasmine se morfondant dans son palais ou encore Belle, cherchant un ami qui la comprenne et des livres par centaine…

J’attends toujours cette personne qui me comprendrait mieux que quiconque, cette unique personne qui me correspondrait dans cet amour que je suis capable de donner et qui me définit, en toute réciprocité et authenticité. J’ai toujours manqué de tendresse et d’affection et depuis toute petite, j’en ai rarement eu le retour. J’ai pris conscience, j’ai accepté et pardonné ; je vais et vis bien, je n’ai pas le cœur brisé par les mauvais comportements des autres à mon égard. Je suis heureuse de ma vie car je m’aime et je l’aime. Oui, car S'aimer est un pouvoir...

« L’amour éprouvé, quand il est vrai, authentique et inconditionnel, ne permet pas aux autres de te nuire en retour, en ne tolérant aucune attente et aucun contrôle sur ta personne. »

Mais l’amour ne se force pas et cette vie ne m’intéresse pas si je dois la passer sans. Mes besoins d’amour et d’appartenance n’ont jamais été satisfaits ou seulement temporairement. Je préfère n’avoir à vivre que quelques années d’un véritable bonheur à deux plutôt que de vivre jusqu’à cent ans sans le connaître. C’est ainsi car l’amour donne du sens à ta vie, il en est la principale raison de continuer et d’espérer.

« A quoi bon vivre sans éprouver le bonheur de pouvoir chérir celui que tu aimes ? »

La solitude ne me fait pas peur, elle est même nécessaire pour se retrouver, méditer, se ressourcer, créer, s’aimer : passer du temps pour soi, se faire plaisir etc. Mais elle ne peut durer toute une vie, enfin du moins pas pour moi ; elle doit se faire le complément de l’amour partagé.

« L’amour te libère de toute souffrance, révèle le meilleur de toi-même et donne du sens à ta vie. »

J’attendais donc mon prince charmant et je rêvais déjà d’un homme sensible, rieur, débordant d’énergie, d’amour et de joie de vivre. Il aurait le regard expressif, tendre et compréhensif, au point de pouvoir se passer de paroles. Aujourd'hui encore, je trouve que le corps exprime mieux les sentiments que les mots ; en effet, ceux-ci peuvent être blessants, égoïstes, malhonnêtes et manipulateurs. De plus, les paroles expriment souvent les peurs et les doutes liés au lendemain, alors que les gestes et les yeux sont plus démonstratifs des beaux sentiments de l'instant présent ; ils ne trahissent généralement pas. Cet homme serait accessible, charmant et doux et n’aurait pas peur de venir me conquérir ni de m’exprimer ses sentiments. La musique a toujours eu une grande importance dans ma vie, alors j’aimerais qu’il soit musicien. Il serait grand, en tous cas plus grand que moi et il aimerait danser et chanter avec moi. Nous aurions une forte complicité ; il me ferait rire avec son humour bien à lui, un peu tranchant comme le mien. Il serait capable de voir celle que je suis vraiment et surtout l’apprécier, ma personne dans mon entier, se languir de moi et ne désirer que moi. J’aime ce sentiment d’exclusivité, d’être la plénitude et le zénith de l’autre. Je le rendrais optimiste et joyeux, confiant en l’avenir et heureux de vivre à mes côtés.

J’aimerais voyager et danser, mais danser seule c’est comme voyager seule, cela n’a aucun intérêt pour moi. Il me faut du partage, de l’intensité et de la profondeur.

« J’aime les gens qui ont de la profondeur en tout, de l’ouverture d’esprit, de l’énergie au corps et de la bonté d’âme. »

03 février 2019

« Accorde-toi l’amour que tu recherches et il saura te trouver. » - Mel

Illustration de Valentina Remenar

J’aime l’amour – 21/03/2019

Il n’y a pas plus beau que les sentiments d’amour. Puis que serait la Vie sans l’Amour ? Comme il est vain d’essayer de le maîtriser, cela ne se contrôle pas ! C’est une force qui nous déstabilise, qui accapare notre esprit, nous prend au cœur et au corps, nous fait trembler de peur et vibrer de plaisir à la fois. Mais ô combien merveilleuse… Oui,

« L’Amour rend heureux et meilleur, il contribue au dépassement de Soi. »

Il peut faire souffrir seulement si on se le refuse. Cela peut être par peur de l’exprimer, de le faire sien pour le vivre, de se lancer dans la découverte de l’inconnu ou encore, peur de faire du bien pour s’en faire. Le refus de l’Amour dans sa vie est le reflet de son propre désamour, c’est-à-dire de sa propre volonté à ne pas s’aimer. Et de fait,

« L’Amour n’est accessible qu’à ceux qui s’aiment. »

Pour certains, les échecs marquants et les souffrances du passé ont brisé leur cœur et leur image. Ils doutent de leur aptitude à réussir et pensent les autres meilleurs qu’eux. Ils se dévalorisent et ont une faible estime d’eux. Ils se construisent une image négative de leur personne, en s’attribuant peu de valeur, sur les plans de la confiance et de l’amour-propre. En effet, ils ne se voient pas digne de confiance ni respectable. C’est ce qui explique qu’ils sont incapables d’offrir quoi que ce soit à l’autre. Et à l’inverse, comment peuvent-ils accepter d’être aimés, s’ils n’aiment pas ce qu’ils sont ? Malheureusement, ils ne le peuvent pas, car

« Celui qui n’aime pas ce qu’il est, ne peut croire qu’on puisse l’aimer pour ce qu’il est. »

En conséquence, te refuser l’Amour par peur, c’est décevoir et blesser l’autre par ton indifférence à l’aimer et à le vouloir dans ta vie. C’est bafouer les sentiments ressentis, en le rejetant sans ménagement ou en l’abandonnant sans espoir. C’est rester dans une vie qui ne te rend pas heureux, vide de sens, d’espoir et de rêve. C’est aussi faire le choix de passer à côté de belles choses, certainement les plus belles de ton existence ! C’est également t’offrir les douleurs des morsures du regret et du manque, ainsi que l’amertume si caractéristique de la jalousie, en laissant cet Amour à d’autres que toi.

« L’amour est un sentiment et aussi un choix, puisqu’on peut l’accepter ou le refuser. Au final, tu choisis de le vivre et d’en vivre, ou d’y passer à côté. »

A l’évidence, c’est prendre le risque de l’exclure totalement de ta vie, de le perdre pour toujours.

« Ceux qui se refusent l’Amour se refusent la Vie. »

 

En amour, toutes nos cellules réclament l’être aimé - c’est la biologiste qui parle ^.^ - j’aime quand le cœur s’emballe à sa vue, quand le désir monte en force, nous donnant si chaud. A ce moment, on sait que l’on est capable de tout pour lui, pour rendre la relation pérenne dans la durée et l’intensité. C’est éprouver le désir de l’autre, celui de lui faire du bien, dans le partage d’un plaisir mené à son paroxysme et dans la création d’un bonheur exalté. L’attirance et l’attraction ressenties, répondent à une envie, un appel d’appartenance mutuelle, voire de fusion sur tous les plans, physique et spirituel.

Oui, on est capable de choses extraordinaires et de se surpasser pour l’être aimé, pour le garder heureux dans sa vie et près de nous.

« Ce qui donne de la valeur à ce qui est, c’est l’Amour que tu es capable de lui exprimer, à travers volonté et courage pour le faire tien, confiance et respect pour le faire durer. »

 

Mais pour le vivre pleinement et avoir l’opportunité de le partager pour l’amplifier, il faut être deux à le vouloir. Deux volontés à s’aimer, qui s’expriment à travers respect et confiance, en toute réciprocité. Car aimer, c’est d’abord croire en Soi et en l’autre, pour rendre le nous possible et le porter ensemble.

L’Amour nous fait exister et nous rend vivant. Il nous valorise en nous donnant de l’importance, un sens à notre vie et l’envie de s’améliorer. Il nous apporte une raison de vivre, de rêver et d’espérer le trouver en d’autres personnes. Oui, pour moi, il est évident que la vie est trop fragile, trop éphémère, pour ne pas profiter de l’Amour lorsqu’il se présente et s’offre à toi.

21 mars 2019

 « Celui qui t’aime sait se faire présent de ta vie et te faire exister dans la sienne. » - Mel

Illustration de 银色 骐骥

J’aime l’amour – 09/03/2020

Celui qui t’aime vraiment te le dit et tu ne peux en douter un seul instant. Il ne te garde pas uniquement dans ses pensées, torturé par le manque, piégé par son passé douloureux, nostalgique de souvenirs et de rêves qui ne sont plus d’actualité. Oui, car l’Amour exprimé se fait présent. Il souhaite que tu fasses partie de sa vie maintenant, et il agit en conséquence. Il ne te garde pas uniquement dans son cœur et dans son esprit, car il veut que tu sois son présent, dans les deux sens du terme.

« Aimer c’est vouloir passer son temps de vie avec l’être aimé pour le lui prouver chaque jour. »

 

Celui qui t’aime vraiment te respecte : il te voit, te considère et t’accepte dans ce que tu exprimes, ce que tu lui dis, ce que tu es, et ce que tu fais. Il aime tout de toi, dans ton entier, il connaît ta valeur et ne veut te changer pour rien au monde. Il ne force pas les choses pour qu’elles aillent en sa faveur car ton bonheur lui importe plus que le sien. Il a peur de te perdre et c’est normal, il en est même un peu jaloux mais sans trop, parce qu’avant tout, il te fait confiance.

« Quelqu’un qui t’aime, apprécie qui tu es car il te respecte, et chérit la confiance que tu lui accordes. »

 

Celui qui t’aime vraiment fait tout pour te montrer à quel point tu es important/e pour lui. Il sait trouver du temps pour toi et ne te fait jamais attendre. Il sait communiquer avec toi et ne t’abandonne pas dans le silence. Il est fier d’être à tes côtés et ne t’ignore pas. Il est honnête avec toi et ne te ment pas. Il t’aide à t’épanouir, à devenir meilleur/e, et ne te fait pas souffrir par ses comportements. Il a compris qu’aimer n’est pas souffrir et que te faire mal t’éloignait de lui.

« Celui qui dit t’aimer est là pour te le prouver, sait voir et te faire priorité quand tu vas mal, sait se remettre en question et changer s’il en est à l’origine. »

Les autres ne l’intéressent plus, il ne voit que toi et ne désire que toi. Il ne peut imaginer un seul instant vivre sans toi son temps de vie, ou te rendre malheureux/se par sa faute.

 

Celui qui t’aime vraiment fait l’impossible pour te garder dans sa vie et te rendre heureux/se. Il fera les efforts nécessaires et travaillera la relation avec toi pour qu’elle dure avec les années et ce, malgré les imprévus et les aléas de la vie. Il a la volonté de t’aimer.

« Quand tu es en Amour pour une personne, tu es là avec elle, pour lui offrir ta confiance, à travers protection, exclusivité et loyauté. »

Il ne se rend pas inaccessible et fuyant dès que cela devient sérieux, ou ne te fait pas sentir indésirable en te laissant dans le silence. Il ne joue pas avec tes sentiments en te refusant son amour pour le donner à un/e autre, et en blessant ton âme par son indifférence. Il ne te laisse pas seul/e et brisé/e.

 

Celui qui t’aime vraiment sait apprécier le temps et l’Amour que tu lui accordes. Il ne prendra jamais cela pour acquis et ne se laissera pas aller dans une routine ennuyeuse. Il fera tout pour t’apporter le sourire au quotidien même dans les moments les plus sombres et les plus chagrins. Il veut que tu sois bien avec lui et prend soin de toi.

« Celui qui t’aime sincèrement sait trouver du temps pour toi, ne serait-ce que pour te voir sourire. »

 

Celui qui t’aime vraiment a fait le choix de l’Amour, il veut le vivre et non plus seulement le rêver. Il te le prouve chaque jour qui passe pour que tu sois heureux/se avec lui. Il apparaît sous son vrai jour avec toi, il enlève le masque de son passé. Il a le courage de se dépouiller de son ancienne vie et n’a pas la crainte d’un avenir avec toi. Il a compris que rien n’est éternel, il sait chérir et préserver ce qu’il a aujourd’hui, en lui accordant sa confiance et son estime.

« Aimer quelqu’un, c’est vouloir le faire sien pour lui faire du bien et le protéger, tout faire pour le garder heureux, car on ne peut imaginer la vie sans lui ni le faire souffrir. »

 

Celui qui t’aime vraiment n’a pas peur de t’aimer car il sait que l’Amour et la peur s’opposent et se détruisent l’un l’autre.

« L’Amour s’éteint avec la peur d’aimer et les comportements qui y sont liés. »

Il a conscience que tout ce que nous vivons de beau, d’intense et de bon dans notre vie, est d’ordre sentimental, dans l’expression de ce que nous sommes et aimons, à savoir Vie et Amour. Tout le reste n’est qu’illusion de l’ego et disparaîtra forcément tôt ou tard. Aimer ce n’est pas seulement lui dire Je t’aime, c’est la volonté de lui faire du bien, de tout faire pour le retenir près de son cœur, pour le chérir.

« Aimer quelqu’un c’est savoir lui exprimer son Amour par sa présence, sa parole et ses actes ; c'est le rendre heureux ou le laisser partir si ce n'est pas le cas. »

9 mars 2020

Mel

Illustration de Dark134

J’aime l’amour – 17/04/2020

Dans la quête du bonheur de l’autre, tout est possible. Mais il faut rêver sa relation car si l’Amour se présente sans qu’on l’ait seulement désiré, on ne saura pas le voir pour ce qu’il est, ni l’accueillir dans sa vie. On ne saura pas prendre la mesure de ce qui nous arrive, l’opportunité qui s’annonce, cette ouverture, ce chemin nouveau qui s’offre à nous. On ne saura pas apprécier ses valeurs, son authenticité et son intensité. On ne saura pas accorder considération ni acceptation à ce bonheur qui frappe à notre porte. D’où l’importance de le rêver, de l’appeler à Soi…

« La magie se manifeste quand le rêve d’Amour et de Vie devient réalité. »

…d’où l’intérêt aussi de s’aimer, de se voir dans ses qualités et ses défauts, en toute sincérité et honnêteté envers soi-même. S’apporter l’Amour est le seul moyen d’apprécier celui qui vient à toi, sans le rejeter, le blesser, ou se laisser submerger par ses peurs de l’inconnu et de l’échec. Car de toute évidence, se donner l’Amour de Soi est nécessaire pour le voir en d’autres et le partager.

« S’aimer c’est savoir ce qui est bon pour soi et se l’accorder. S’aimer c’est savoir se reconnaître dans l’autre pour l’aimer de la plus belle des façons. »

Tant que tu ne le fais pas tien, tu ne peux faire tien celui extérieur à toi. Et tant que tu n’as pas la volonté de te le donner, tu ne pourras pas le vivre. C’est l’Amour de Soi avant celui de l’autre, ou rien du tout.

« Il est plus important de s’aimer que d’être aimé. Puisque de toute façon, ce n’est qu’en t’aimant, que tu pourras l’être. »

 

En amour, on est capable de se dépasser, bien au-delà de ses propres limites et de ce que l’on pourrait faire pour soi, pour rendre l’être chéri heureux. Car l’Amour est volonté de faire le bien pour s’en faire, volonté de le faire sien, et volonté de le faire durer dans le temps et en intensité… Oui,

« Je compte t’aimer au-delà du possible. »

C’est là que la magie opère, dans la force de l’Amour. C’est un appel de nos Âmes, quelque chose de très fort qui nous tire l’un vers l’autre, un désir puissant de fusion sur tous les plans. C’est vouloir réaliser ce lien et satisfaire cet appel, c’est vouloir cheminer ensemble, durablement.

17 avril 2020

« Il n’y a pas d’Amour sans volonté de le faire sien. » - Mel

Illustration de Srasa

 

Amour est Vie

 

L’amour est vie.

Nous sommes amour car nous sommes vie,

L’amour engendre la vie et la vie naît de l’amour.

Ressentir l’amour c’est se sentir vivant,

Aimer avec passion c’est vivre passionnément.

Nous vivons pour exprimer ce que nous sommes donc libérer l’amour,

C’est vivre pour aimer et donner la vie.

Le cycle de la vie n’est possible que par l’amour.

Prendre le temps d’aimer c’est prendre le temps de vivre,

Donner de son amour c’est donner de sa vie.

 

Vivre c’est prendre le temps de s’aimer

Amour de soi

Être heureux maintenant c’est aimer la vie

Saisir l’instant

Trouver son bonheur c’est aimer sa vie

Connaissance de soi

 

***

 

 

***

« Réprimer son amour c’est vouloir souffrir.

Persister à ne pas s’aimer c’est vouloir mourir.

Perdre l’Amour c’est perdre la Vie. »

***

« Toute volonté de guérir doit passer par l’Amour de Soi.

S’aimer guérit de tous les maux et permet d’atteindre la paix intérieure. »

 

19 juillet 2020

= vie - Rêverie de Mel

 

Illustration de Miv4t

J’aime l’amour26/09/2020

L’expression de l’amour inconditionnel est source de joie, de bien-être et de satisfaction c’est-à-dire de son bonheur. Cette libération d’amour passe par quatre qualités de vie, plus ou moins innées selon les personnes, mais qui peuvent également se travailler et se développer en vue de les acquérir, puis de les perfectionner.

« Accueille l’amour que tu ressens, il te mènera au bonheur. »

 

Réaliser sa chance de vivre

C’est l’aptitude à garder un état positif, à voir le bon côté des choses, en toute situation ; l’opposé de l’apitoiement et de la plainte, toutes deux caractéristiques de la personne qui se place en victime et subit sa vie. Cette capacité repose sur les valeurs telles que la gratitude. C’est être content de ce que l’on a et l’aimer, à commencer par notre vie et ce que nous sommes. C’est apprécier ressentir, prendre plaisir à exercer nos cinq sens, à être en bonne santé. C’est savoir se contenter de ce qui nous a été donné, sans éprouver de convoitise, d’envie ou de jalousie. C’est cueillir l’instant, se lever chaque jour, réaliser sa chance de pouvoir le vivre ; savoir s’émerveiller et se réjouir pour soi et pour les autres ; laisser de la place à l’inattendu au lieu de vouloir toujours tout contrôler.

« Accepter, ce n’est ni attendre, ni contrôler, ni abandonner ; c’est vivre l’instant comme il vient, qu’il soit bon ou mauvais. »

C’est envisager l’avenir avec positivisme et espoir. C’est savoir relativiser et lâcher prise par l’indulgence, la compassion, le pardon ; c’est éviter les accès de colère, les hostilités puis les regrets. C’est pratiquer l’humour et l’auto-dérision, rire de nous-même, ne pas nous prendre au sérieux pour faciliter l’acceptation. C’est, en toute simplicité et humilité, se considérer l’égal de l’autre, aller vers lui, dans un but de partage, de considération et de respect mutuel. C’est échanger, accepter apprendre de chacun, c’est être ensemble, s’amuser et rire. Comme dirait Columbus, c’est savoir apprécier les petites choses de la vie (Zombieland survival rules / n°11 – Enjoy the little things).

« Le mieux est de ne rien prévoir, accepter de ne pas tout contrôler car le bonheur est aussi dans l’inattendu. »

 

Exprimer sa force de vie

La force de vie est démontrée par la résilience et la sagesse. C’est l’aptitude à se remettre des échecs, à apprendre de ses erreurs, à se relever du chagrin, des souffrances et des traumatismes. C’est exercer le courage nécessaire pour en tirer les apprentissages, les expériences, les leçons de vie qui nous permettrons de pardonner, de tourner la page et continuer à écrire le livre de sa vie. C’est laisser le passé et les mauvais comportements derrière nous, pour ne pas les laisser nous définir ou nous affecter encore dans le moment présent.

« Celui qui ne veut pas reconnaître et se pardonner ses erreurs n’a pas fini d’en souffrir. »

C’est cette force de dépassement de soi, d’adaptation et de survie qui transforme la souffrance en enseignement pour nous rendre plus apte à traverser la prochaine épreuve sans heurt, pour soi et aussi pour les autres (briser les boucles de souffrances générationnelles). C’est la capacité à sortir plus fort, plus aguerri et plus expérimenté. La résilience et la sagesse sont les conditions nécessaires au changement dans l’instant et à toute évolution vers une meilleure version de soi. Elles concourent à l’expression de son plein potentiel par l’expérience acquise. Elles sont la clé du succès par la persévérance à obtenir ce que nous voulons. Une occasion ratée n’est pas une fin en soi et il ne sert à rien de perdre son temps à se morfondre. Un enfant qui apprend à marcher ne se pose pas de questions après les premières chutes. Il va continuer à s’exercer sans faiblir, jour après jour, jusqu’à réussir. D’où le dicton japonais « Nana-Korobi, Ya-Oki » (« Si tu tombes sept fois, relève-toi huit fois »), où l’accent est mis sur cette aptitude à se relever de ses échecs et à toujours persévérer, à aller de l’avant pour atteindre ses objectifs, et ce, dans tous les domaines de la vie (professionnel, sentimental...)

« On connaît tous des échecs mais le plus grave est celui de ne pas s'en relever. »

 

Libérer l’Amour de Soi

C’est aimer sa personne et sa vie, s’accepter tel qu’on est et surtout être libre de l’exprimer. C’est également maîtriser son temps et sa vie, en s’affranchissant de son passé douloureux et de ses dépendances aux autres.

« S’aimer c’est s’autoriser l’Amour, c’est-à-dire se rendre libre de le ressentir et de l’exprimer pour le vivre et en vivre. »

C’est donc être maître de soi en pleine conscience de sa valeur, de sa confiance et de son estime. C’est apparaître sous son vrai jour, dans la lumière de son authenticité, dans ses forces et vulnérabilités. C’est avoir le courage et l’assurance d’exprimer ses différences et ses valeurs, d’aller vers les autres avec respect et considération, dans le seul but de faire du bien autour de soi. C’est être responsable de ce que l’on ressent ; savoir maîtriser ses émotions et faire taire l’impulsivité de l’ego, mais aussi faire preuve de maturité quant aux choix que nous prenons et aux avis que nous émettons. C’est s’accorder d’abord ce qui est bon pour nous, à savoir du temps pour s’aimer avant de le propager autour de soi. C’est vouloir toujours apprendre des autres pour évoluer vers une personne meilleure qu’hier, en ne tolérant pas les mauvais comportements (fixer ses limites et savoir dire non) et en valorisant ceux qui nous sont bénéfiques. En effet, que ce soit en amour ou au travail,

« Si la plupart des gens sont malheureux, c’est qu’ils n’ont pas le courage de quitter ce qui ne leur convient plus. »

Et ce qu’ils mettent du temps à comprendre, c’est que personne ne le fera à leur place et qu’il est donc inutile d’attendre un changement venant de l’extérieur. On exprime son vrai potentiel et on supprime ses souffrances en ayant le courage de se libérer de ses attachements et donc de ses peurs.

 

Pratiquer le don de soi

Ce sont des parts d’amour que l’on donne à l’autre. C’est donner de soi, de sa vie, de son temps. N’oublions pas que l’on ne peut donner aux autres que ce que l’on se donne, il est donc indispensable de s’accorder cet Amour afin de pouvoir l’offrir sans souffrir. En effet,

« Aimer sans s’aimer n’est pas aimer mais souffrir, car c’est donner à l’autre le pouvoir de nous faire mal. »

Ce don peut prendre plusieurs facettes mais il s’agit globalement de faire preuve de générosité et en retirer un certain plaisir par l’élévation. Car c’est en faisant du bien aux autres qu’on se fait du bien. De fait, c’est aider son prochain par le don spirituel, source de bienveillance et de gentillesse. Cela peut être une écoute, une petite attention, un sourire, une protection, un conseil, un réconfort, une consolation, une marque de tendresse, une sagesse à travers un enseignement. C’est la générosité même de l’âme. Ce ne sont pas, ni le statut social ni notre richesse qui comptent, mais bien nos aptitudes à faire le bien d’autrui. C’est notre présence, le temps passé à exprimer l’amour à travers nos compétences et comportements, c’est-à-dire la capacité à donner de soi. L’enseignement spirituel est l’expression la plus pure de l’Amour inconditionnel par le crescendo empathie > compassion > générosité. Il nous aide à être plus heureux par la libération de l’amour et non des peurs que nous avons en nous. C’est embrasser la souffrance de l’autre, faire preuve de bonté et d’intérêt sincère envers lui, sans attendre un quelconque retour de sa part. C’est reconnaître le lien entre les Hommes. Nous sommes tous unis dans l’Amour à travers ces belles valeurs que sont la coopération, l’entente, la réconciliation, la réparation, le pardon, la confiance, le courage… autant d’aspects que peut prendre l’Amour et que nous pouvons donner, en pleine conscience de ce que nous sommes.

« L’Amour a plusieurs langages et démonstrations qui n’ont de valeur qu’en rapport du temps passé à les exprimer. »

26 septembre 2020

« La Vie est un présent d’Amour. » - Mel

Illustration de 梨瓜酥

J’aime l’amour20/02/2021

« On ne peut parler d’Amour seulement quand il est voulu dans sa vie, c’est-à-dire quand il est accepté et exprimé pour le faire sien. »

Pour savoir donner et recevoir l’Amour, aimer et être aimé, il faut l’accueillir pour en faire l’Amour de Soi. C’est alors accepter de le ressentir en vue de te l’approprier, d’en faire ton présent et ta vie, en le rendant authentique et inconditionnel.

 

Quand tu ressens de l’amour pour quelqu’un, cela affecte le trio cœur – corps – esprit. Tu ne peux rien y faire, c’est une vague émotionnelle qui te submerge. C’est quelque chose qui te prend aux tripes et te fait battre le cœur très fort. Il accapare ton esprit et devient parfois ton obsession, il peut te faire perdre tous tes moyens et attiser avec intensité tous tes désirs. Où que tu ailles, tu cherches l’être aimé, et quand tu le vois, le temps semble suspendu…

« L’amour que tu ressens, soit tu l’exprimes et tu vis, soit tu le réprimes et tu meurs. »

Cet amour ressenti, tu as effectivement la possibilité de le faire tien ou de le rejeter. Dans le premier cas, tu l’acceptes et tu as le courage de l’exprimer, car tu veux le vivre et te rendre heureux. Il est vrai que tu peux très bien refuser, renier voire t’opposer à tes sentiments. En ce second cas, tu renonces à aimer et donc à être aimé, en acceptant une existence dénuée d’amour, en croyant et faisant semblant d’en éprouver. Tu te soumets alors à ta peur d’aimer, que tu rends concrète dans ta vie et tu en souffres. Si tu fais le choix d'exprimer l’amour que tu ressens, tu le fais tien et démontres ta volonté à le vivre, ton courage à le partager, en vue de te faire du bien ainsi qu’à l’autre.

 

L’Amour devient authentique, immuable et inconditionnel, avec la volonté de l’accepter et de l’exprimer pour en faire ton présent et ta vie. C’est ma volonté d’accueillir mon émotionnel, le bon comme le mauvais et d’en garder le meilleur. Cela me permet d’aimer celle que je suis, par l’acceptation de ce qui me définit, de ma sensibilité et de ma vulnérabilité à l’être. J‘aime mes parfaites imperfections, c’est-à-dire autant mes faiblesses que mes qualités, et j’aime ces belles valeurs que je fais miennes par volonté. Cela contribue à développer la connaissance que j’ai de moi-même et la maîtrise que j’ai sur ma personne ainsi que sur ma vie. C’est s’aimer que de connaître ses volontés, puis de faire preuve de courage pour les rendre concrètes dans sa vie, en vue de se rendre heureux.

« Aimer c’est vouloir. Quand j’aime, je veux ; quand je n’aime pas, je ne veux pas. »

Forte de m’aimer, je suis en capacité de communiquer et de partager mon Amour avec ceux que je veux aimer. Je n’ai pas peur de sortir de ma vie ceux qui ne me rendent pas heureuse, ne m’expriment pas leur respect ni leur confiance, ou encore, me font du mal. En effet, il m’arrive d’être déçue et blessée. J’encaisse alors la souffrance liée au manque de ce que je ne peux pas faire mien, mais aussi à la jalousie et à la solitude qui en découlent. Comme beaucoup, j’en suis triste et j’en pleure. A ce moment-là, il est essentiel de ne pas s’identifier à ce qui nous arrive, de ne pas sombrer dans le désamour de sa personne. Il est important de ne pas se placer en victime qui subit sa vie, en se disant ne pas avoir le choix ou ne pas mériter. Car on a toujours le choix, le mien est de m’en relever et de continuer à m’aimer. En effet, j’estime avoir assez souffert de l’absence de réciprocité d’amour et de volonté d’aimer, assez subi leurs mauvais comportements, assez partagé leurs souffrances à ne pas s’aimer.

« J’ai conscience de ne pas avoir ton amour. De fait, rien ne m’intéresse en toi. »

Oui, je suis lasse d’être la seule à donner dans la relation, de me sentir indésirable, rejetée ou délaissée. Je ne suis qu’Amour, alors, il n’y a que l’Amour qui me nourrit et me fait exister. En conséquence, n’existent à mes yeux et n'ont de valeur, que ceux qui l’expriment à travers volonté et courage, respect et confiance. Cette force qui me définit est peut-être celle de savoir me détacher de ceux que j’aime quand ils me font plus de mal que de bien. Celle de savoir lâcher prise puis d’accepter la solitude liée au besoin non satisfait d’aimer et de l’être en retour. Celle de continuer à y croire alors que tout t’abandonne ou te rejette, quand tu n’existes que par toi…

« Quand tu réalises à quel point les gens ne s’aiment pas et donc ne peuvent t’aimer, tu réalises aussi à quel point tu n’es rien pour eux. »

 

Pour moi, quand tu aimes vraiment quelqu’un, tu veux le faire tien. Alors, tu te rends libre d’exprimer cette volonté pour lui faire sa place dans ta vie et lui montrer toute l’importance qu’il a pour toi. Tu as le courage d’agir pour le faire exister et tout faire pour le garder heureux près de toi. Si tu n’y arrives pas, c’est que tu ne le veux pas, c’est-à-dire que tu ne veux pas lui faire du bien, peut-être même, que tu veux lui faire du mal. Dans les deux cas, il y a absence de volonté de l’aimer. Et pour cause,

« L’amour ressenti ne suffit pas. Ce qui nous manque, c’est la volonté de l’exprimer et le courage de le faire sien. Et ce manque se fait perte de temps en souffrance. »

Ceci dit, il y en a qui aiment perdre leur temps en souffrant. Ceux-là sont pauvres de cœur car ils refusent de se donner l’amour. Du coup, ils ne veulent pas non plus recevoir l’amour. Quand tu as la volonté d’aimer, il n’y a pas d’excuses à ne pas pouvoir exprimer ni donner ton Amour, pas de raisons de refuser celui qui s’offre toi. Il n’y a pas de blocage, pas d’impossibilité à ne pas pouvoir se rendre libre d’aimer. Si tu en vois, c’est que tu es dans la peur, ce qui veut dire que tu vis dans la négativité de tes doutes et inquiétudes. En ce cas, c’est ton ego qui dicte ta conduite et non ton cœur. Aimer ne fait pas partie de ton vocabulaire.

« Quand tu crois fortement en quelque chose ou que tu l’exprimes, que ce soit l’Amour ou la peur, tu le fais tien et il devient réalité. »

Les peurs se matérialisent sous des formes diverses et variées, qui sont toutes sources de souffrances, pour toi bien sûr, mais aussi pour ton entourage. Elles attestent de ton incapacité à te donner l’amour par toi-même et développent la crainte de perdre celui des autres. Cette absence d’Amour pour soi engendre et fortifie les privations et les abus, les limites et impossibilités, les croyances et préjugés, la duplicité et la perversité du faux-moi, mais aussi, un mal-être global sur tous les plans. Tu es malade et souffrant, en gros, tu es en train de mourir. Tu sais que tu n’es pas en phase avec toi, avec ton cœur, ton instinct et ton intuition. Tu ressens un manque, une solitude, une lassitude, une absence totale de joie et d’espoir. Ce manque que tu ressens est celui de l’amour que tu ne te donne pas. Tu n’es pas toi et la vie t’abandonne, malheureusement tu ne peux en vouloir à personne d’autre qu’à toi, car

« Celui qui a peur d’aimer, a fait le choix de souffrir de ses peurs en refusant de vivre de son Amour. »

Mais il n’est jamais trop tard pour s’accorder l’Amour de Soi. Quand tu acceptes et libères l’Amour ressenti et non plus tes peurs, voici ce que tu retrouves. Tes volontés d’être et d’aimer. Le courage de s’affranchir des autres, en vue de libérer pleinement et sans retenue, cet Amour qui te définit, la force de le faire tien en agissant dans ton intérêt et en te faisant priorité. La maîtrise de ta personne et de ta vie, en retrouvant les pleins pouvoirs sur tes décisions et tes choix, qui sont le reflet direct de tes volontés : Voici, ce que je veux être, voici ce(ux) que je veux aimer. Ton authenticité, par l’expression de ton moi véritable, de ton potentiel d’Amour, c’est-à-dire de ta valeur, en conscience de tes forces et vulnérabilités.

« Ta valeur réside dans le respect et la confiance que tu t’accordes, c’est-à-dire ta capacité à t‘aimer. »

Le bien-être de l’instant présent, la sérénité et la paix intérieure liées à la conscience de Soi et le pouvoir d’aimer, avec les joies et les plaisirs retrouvés de vivre heureux et d’être en bonne santé.

« Il n’est jamais trop tard ou trop tôt pour l’Amour, car quand il est exprimé, il se fait présent. »

Donner du sens à ta vie, en visualisant ton chemin et les buts à ton existence terrestre, tes réussites, ton accomplissement… en somme, tout ce que tu veux. Enfin, ton bonheur est tien par la libération totale de l’Amour que tu es, par la réalisation de tes volontés et de tout ce qui te fait aimer ta vie. A l'évidence,

« Ta vie est belle quand tu y fais entrer ce(ux) que tu aimes. »

Tu peux le partager pour l’amplifier, mais tu ne dois jamais le perdre ou le sacrifier. Oui, Ne mets pas la clé de ton bonheur dans la poche de quelqu’un d’autre. En effet, tu pourrais à nouveau avoir le cœur brisé et perdre l’Amour de toi si ton bonheur dépendait entièrement de l’amour d’une autre personne et non du tien. Après tout rejet ou abandon amoureux, après tout manque de respect et toute confiance brisée, il est important de continuer à s’aimer. Oui, c’est une force de pouvoir se dire,

« C’est ma volonté de ne plus t’aimer pour pouvoir continuer à m’aimer. »

Cela permet de lâcher prise sur ce qui a été et qui (a) fait souffrir, d’affirmer tes volontés, c’est-à-dire ce que tu veux et ne veux plus dans une relation, afin de t’ouvrir à autre chose de bien meilleur, qui correspond à ta capacité d’aimer (ta valeur). Faire le choix de toujours se relever, c’est récupérer son bonheur et partir vers l’inconnu, en solitaire, le partager avec qui en voudra, avec qui en présentera. L’Amour c’est donc cette force qui mêle la volonté et le courage de se détacher du passé et des autres, puis d’aller à la rencontre de ce qui sera et de ce qui t’est destiné.

Ainsi, s’aimer est un pouvoir, celui de croire en soi et en son Amour, celui qui permet à tes volontés et tes rêves de devenir réalité.

 

« Après son acceptation pour le faire sien, l’Amour est une force que rien ne peut altérer. »

L’Amour devient Amour de Soi quand il se fait présent et vie pour toi, c’est-à-dire quand tu l’acceptes et le fais tien par ta volonté. Quand il est accepté, l’Amour est constant, il se ressent en permanence, pas seulement quand un besoin ou une occasion se manifeste, qu’une peur ou une attente s’exerce sur nous. Il ne s’en va pas pour revenir quand ça nous chante, quand on se dispute ou quand tout va bien. Sans acceptation ni volonté de le faire sien, l’amour ressenti ne devient pas authentique ni inconditionnel, il ne peut pas non plus se faire présent ni vie. A l’inverse, l’Amour en conscience est le liant originel qui permet de tout partager et tout surmonter. Il est une force qui nous donne le courage d’agir pour faire le bien et devenir meilleur par sagesse et résilience. Il permet d’améliorer les situations et non les envenimer, de résoudre les problèmes et non d’en créer.

« Quand on a le courage de l’exprimer, l’Amour se fait solution à tout. »

C’est une énergie qui fait du bien, qui peut guérir de tous les maux, engendrer les miracles. Une vibration qui nous fait voir la vie positivement en nous donnant l’espoir, l’envie d’y croire encore, la détermination et la motivation pour se dépasser et réaliser ses rêves. S’autoriser l’Amour de Soi revient à l’accepter pour le faire sien (s’aimer) et pour le libérer (aimer). En résumé,

« Celui qui veut aimer et être aimé doit s’aimer. »

De fait, savoir donner de soi et de son Amour, c’est avoir la possibilité de l’être en retour et d’en vivre. C’est en faisant sien son Amour que l’on peut faire sien celui que les autres nous offrent. En effet, on ne peut partager c’est-à-dire donner et trouver chez les autres, que ce que l’on possède soi-même. Et c’est en continuant à l’exprimer qu’on le fait durer autant qu’on le veut. La peur de perdre l’Amour de l’autre recule alors jusqu’à s’effacer complètement quand on s’évertue à le faire sien chaque jour de sa vie. Et plus on l’exprime en faisant preuve de courage et plus on est puissant d’aimer.

« Tant que tu exprimes ton Amour pour le faire tien, tu n’as aucune raison d’avoir peur de le perdre. »

 

L’amour si tu le ressens, tu dois d’abord l’accepter pour l’exprimer. Si tu ne le fais pas et que tu le réprimes, tu en souffres. Si tu n’as ni la volonté, ni le courage de le faire tien, ce sera douloureux jusqu’à ce que tu y arrives. Peut-être jamais, c’est toi qui vois car cela ne tient qu’à toi, ce sont tes souffrances, pas les miennes. En effet, quand tu as assez souffert du manque d’être aimé pour qui tu es vraiment, tu ressens l’envie de te le donner toi-même pour te rendre libre et heureux de vivre. Et la bonne nouvelle, c’est que

« Quand tu en auras assez de te regarder souffrir, tu verras les autres avec Amour. »

Si tu as la chance de ressentir de l’amour pour une personne, il te faut les accepter et les accueillir pour ne plus souffrir de ton propre désamour lié à ta peur d’aimer. Pour ne plus en souffrir, il faut se confronter à ce qui nous fait peur, pas le fuir. Car si tu l’aimes, cette personne va t’aider à te faire aimer aussi qui tu es et à ne plus avoir peur.

« L’Amour authentique est celui qui te révèle de façon insoupçonnée et surprenante, la meilleure version de toi-même. »

Dans la vie, toute réussite dépend du temps passé et du courage exercé à exprimer son Amour pour la faire sienne. D’où l’expression Cela me tient à cœur…, pour désigner ce qui a de l’importance et qui sait nous toucher émotionnellement parlant, suffisamment pour vouloir le faire entrer dans sa vie et le garder.

 

« L’Amour accepté se fait Vérité, Présent et Vie. »

Là où l’Amour pour l’autre commence et finit, là où il se fait partage à court ou à long terme, n’est que dans la volonté de l’accepter, puis de le faire sien dans sa vie, par l’expression de ses sentiments sous toutes les formes possibles et imaginables.

 

20 février 2021

« Ne dure que l’Amour authentique, exprimé et réciproque. »  - Mel

« Le rêve est beau surtout quand on n'a plus que ça... il suffit alors de fermer les yeux."

J’aime l’amour20/05/2021

« Quand l’un offre l’Amour et que l’autre le refuse, il n’y a pas de compatibilité, car l’un veut aimer et vivre, l’autre souffrir et mourir. »

 

Celui qui refuse l’Amour qui s’offre à lui, ne s’aime pas. S’il ne veut plus en souffrir et apprendre à aimer, c’est-à-dire être en capacité de le donner et le recevoir, il doit s'accorder l’Amour de Soi.

Quand tu rejettes l’Amour qui vient à toi, tu ne l’acceptes pas dans ta réalité, tu ne te permets pas de le vivre ni d’en vivre. Le désamour est tien, à travers le refus de t’aimer. Il est le reflet de ton impuissance à t’approprier puis libérer l’Amour qui te définit. Tu souffres alors de ton interdiction à le ressentir et à l’exprimer, ainsi que de ton opposition à te faire du bien de façon authentique. La volonté et le courage te font défaut, réprimant tout élan de passion, toute soif de découverte, tout désir de l’inconnu, toute envie de conquête… Ce semblant d’amour que tu donnes à l’autre et crois partager avec lui, par soumission et lâcheté de victime, ou par abus de pouvoir du bourreau, n’est pas de l’amour, mais bien ta souffrance à ne pas savoir aimer.

« Le temps passé à ne pas s’aimer est du temps perdu dans l’attente d’un présent d’Amour que toi seul/e peux t’offrir. »

Le manque se fera forcément ressentir. Tu n’auras pas la présence de ceux qui te sont chers parce que tu t’en prives. Tu n’auras pas la satisfaction de ce qui est bon car tu ne te l’accordes pas. Ce sera l’absence de ce qui est vrai, fiable, fidèle, durable, qui te pèsera. Tes besoins d’Amour et de sécurité ne seront pas contentés, ceux permettant la véracité et l’intensité des sentiments partagés, dans la plus sincère réciprocité de volonté d’aimer. Malheureusement, dans l’attente d’être aimé/e par autre que toi, tu continues à faire semblant de vivre et d’aimer. Tu épuises tes potentiels de Vie et d’Amour, en sacrifiant ta santé, tes volontés et tes besoins, pour satisfaire ceux des autres. Tu traînes des pieds, mal-en-point au plus haut point, dans un monde d’illusions et de menteurs, qui disent comme toi que Oui, ça va, alors que rien ne va. Pas besoin de montrer ton vrai visage pour sentir cette peur de vivre et d’aimer qui te paralyse, puis cette absence de courage et de volonté pour aller vers ce que tu aimes, qui caractérisent si bien les personnes aphiles.

« Ce que tu ne tentes pas d’avoir par peur et lâcheté, tu ne l’as pas. Ce que tu veux et t’efforces d’avoir en ayant le courage d’agir, tu prends ta chance de l’obtenir. »

De par le refus de l’Amour dans ta vie, il peut alors t’arriver de ressentir cette amertume de ce que tu as perdu et que tu aimes pourtant, celle qui te prend au cœur en te donnant la nausée et parfois même, l’envie de mourir. Cette vive morsure lancinante dans ton esprit, qui te rappelle ce que tu n’as pas su faire tien ou seulement retenir dans ta vie, par ce manque de courage, cette couardise qui te définit. Cette pointe de jalousie qui te pique au ventre quand tu vois chez l’autre ce que tu as délaissé et déprécié avec mépris, mais que tu désires plus que tout. La brûlure de ta propre déception qui court sur ta peau, striée de rouge par le rejet et le dégoût de toi.

« Tu te déçois quand tu ne réponds pas à tes attentes, celles d’être libre d’exprimer tes volontés de Vie et d’Amour, c’est-à-dire d’être et d’aimer qui tu veux. »

Tu peux aussi éprouver les lourds regrets d’avoir agi (ou non agi) par crainte et non par amour, ceux d’avoir laissé filer ta chance de chérir et d’obtenir. Mais également la culpabilité et les remords d’avoir pris le risque de blesser et de perdre ce qui te tient à cœur. Tu ressens cette perte comme tienne, car tu perds l’Amour de/et ta Vie en ne t’aimant pas. Le tout accompagné de la douloureuse prise de conscience d’être seul/e face à ton désamour, comme tu le seras face à ta mort prochaine.

C’est alors la chute vertigineuse vers ce gouffre de ténèbres, d’infidélités et de faux-semblants, où tu as enfermé à double tour tes volontés et tes libertés à les exprimer. Ce monde qui laisse l’ego prôner l’inaccessible et l’impossible. Celui qui réussit à te convaincre que tu n’es rien, ni méritant/e, et encore moins digne d’être aimé/e. Celui qui t’empêche de t’accomplir dans tes valeurs, en brisant la confiance et l’estime que tu devrais te porter. Celui qui fait que tu penses n’avoir rien à offrir parce que tu te meurs sans l'Amour de toi.

« Un aphile n’a rien de valeur, de confiance ou de respectueux à te proposer. Juste de la souffrance à ne pas aimer ce qu’il est. »

 

Quelqu’un qui veut aimer et être aimé doit d’abord se débarrasser de sa souffrance passée, pour ensuite s’approprier l’Amour, en vue de pouvoir se faire du bien et être en capacité de le partager. D’ailleurs, t’apporter l’Amour de ce que tu es, est le seul moyen de réparer ton cœur brisé. Personne ne voudra se débarrasser de ta peur d’être seul/e à t’aimer, ni ne pourra guérir tes blessures à ta place. Tout cela t’est personnel et ne dépend que de ta propre volonté à ne plus en souffrir. Car de toute façon,

« Tu ne peux réellement connaître ce qu’est l’Amour, que quand tu ne souffres plus. »

Mais il se peut que tu ne veuilles pas ou que tu n’aies pas assez souffert pour vouloir la faire cesser. L’un dans l’autre, il n’y a pas de vie dans la souffrance. Tu feras semblant d’aller bien et d’aimer, comme à ton habitude, mais tu n’y trouveras aucune consolation et ta vie ne sera que désolation...

« Que tu fasses semblant d’aimer par volonté ou non, le résultat est le même : tu ne vis et tu n’es rien. »

Ce temps, cette vie, cette affection, ce confort financier, cette sécurité… tout ce que tu veux offrir et partager avec l’autre, tout le bien que tu voudrais lui faire, il faut d’abord te l’accorder. C’est simple, si tu veux l’aimer, tu dois t’aimer comme tu voudrais qu'il t’aime et comme tu voudrais l'aimer. Mais pour cela, tu dois accepter de te montrer tel/le que tu es, sous ton vrai jour.

« Vouloir plaire, c’est d’abord vouloir plaire à soi-même. Puis c’est se montrer ainsi, sans artifice aucun pour être accepté tel que l’on est. C’est s’aimer pour être authentique. »

Pour vivre ta vie, il te faut aimer ce que tu es. C’est prendre soin de toi, te rendre belle/beau à tes yeux, renouveler ta garde-robe, manger sainement et te garder en bonne forme physique, te dépouiller de la négativité, de tes habitudes toxiques et de tes mauvaises fréquentations. Te valoriser, gagner en assurance, croire en tes chances de réussite. C’est également exprimer pleinement ta créativité et ta Vérité, à travers tes potentiels de Vie et d’Amour. Développer ce que tu aimes, et ce que les autres apprécient en toi, t’accepter tel/le que tu es, même quand tu ne peux rien y changer, même quand tu te trouves faible ou nul/le. C’est aussi te libérer de tes servitudes aux autres et de tes contraintes temporelles, pour récupérer le pouvoir et la maîtrise de ta vie. Vouloir t’améliorer en comptant sur ta valeur et ta force d’aimer pour te faire présent auprès de ceux qui te sont chers, et non auprès de ceux qui te le demandent. Te donner le temps d’être qui tu veux devenir, et d’aimer ceux qui te rendent heureux/se. Oui, pouvoir agir selon tes propres volontés, c’est t’aimer.

« Ta vraie vie commence quand tu réalises et acceptes tes souffrances, et que tu décides de les remplacer par l’Amour de ce que tu es. »

 

Les aphiles ont fait le choix de rejeter l’Amour de leur Vie. Ils sont en totale incapacité de se faire du bien, en se privant de tout ce/ux qu’ils aiment ou en leur faisant du mal. Ils ne sont pas libres d’agir à leur guise et ne sont pas en bonne santé. Il leur manque les deux ailes de la Vie. Aveuglés par leurs peurs, leurs superstitions et leurs préjugés, étouffés d’arrogance et de suffisance, campés sur leurs positions, prêts à te mentir ou te blesser pour ne pas perdre la face, fermés à la connaissance et à la passion des sentiments, ils sont trop fiers pour admettre qu’ils ont raté et gâché tout ce qu’ils sont. Certains sont trop débiles pour s’en rendre compte. Ils se soumettent alors bêtement à ce qui leur arrive, ils se plient aux volontés des autres, et leur donnent tout pouvoir sur leur personne. C’est si facile de les avoir, on les siffle, ils rappliquent. Ils se disent gentils (toutous), mais la gentillesse n’est pas une faiblesse qui tolère que l’on se signe paillasson…

« Être gentil avec tout le monde n’est pas la garantie d’être aimé du plus grand nombre comme on pourrait le croire, mais plutôt celle d’être estimé par très peu d’entre eux. »

Ils se donnent pareillement à l’un comme à l’autre, ils ne te font pas sentir spécial/e ou important/e. Ils ne s’estiment déjà pas assez eux-mêmes pour savoir faire la distinction entre ceux qui les exploitent et ceux qui les respectent. Ils ne sauront pas t’accorder considération ni confiance, car ils n’en ont pas pour eux. D’autres sont trop lâches pour accepter leurs erreurs, pour se remettre en question, pour changer avec maturité et responsabilité, pour venir à toi et s’excuser ou ne serait-ce que discuter. Ils sont forts pour mettre en scène leur désamour, en jouant la victime ou le manipulateur en toute occasion. Ils sont hyperdécevants même quand tu n’attends rien d’eux. Mais leur mauvaise santé, conséquente aux abus et privations de toutes sortes, les rapproche inexorablement du final de leur existence. Car à l'évidence,

« Celui qui n’est pas là pour aimer et vivre, a fait le choix in/conscient de souffrir et mourir. »

Oui, l’aphile meurt de peur toute sa vie. Il se refuse l’Amour, en état de conscience ou non, ce qui l’empêche de vivre. Il se sacrifie parce qu’il a peur d’être seul ou de ne pas être aimé. De fait, il se pense sacrifiable. Cela occasionne un vieillissement prématuré et les pathologies liées à l’émotionnel malmené et refoulé. Celui qui est en souffrance extrême n’est aussi qu’à un pas de l’Amour. Peut-être aura-t-il la volonté de changer pour le libérer et en vivre ? Ou aura-t-il le courage de mettre un terme à sa douleur dans la mort, par un unique et ultime élan de compassion envers lui-même ?

« Se donner la mort est acte d’Amour. Car il faut du courage et de la volonté pour faire cesser sa souffrance à vivre et à s’aimer. »

20 mai 2021

« L’Amour se ressent et s’exprime pour en vivre. » - Mel

J’aime l’amour – 24/05/2021

« Tu perdras ton temps à aimer quelqu’un qui ne s’aime pas lui-même. Tu ne le perdras plus en te donnant cet Amour. »

 

Celui qui se voit refusé dans l’Amour qu’il peut offrir, doit se le donner pour s’accomplir, c’est à dire gagner en capacité d’aimer et en pouvoir de faire le bien.

Quand tu offres l’Amour à l’autre, c’est pour lui faire du bien, parce que tu as la volonté de t’aimer à travers lui. En ce cas, il est donné de façon ouverte et inconditionnelle, par le biais d'une déclaration et d'une proposition à le partager pour le vivre à deux. Tu sais qu’il n’est pas apprécié à sa juste valeur, quand il n’y a pas de réciprocité de capacité et de volonté d’aimer. En effet, tu peux te sentir délaissé/e et épuisé/e, quand l’autre prend mais ne sait pas donner, ou refusé/e et indésirable, quand l’autre donne tout mais ne sait pas recevoir. Dans ces deux situations, le désamour de l’un peut engendrer celui de l’autre à son contact, par le partage de sa souffrance et de ses peurs à s’aimer. S’il ne veut pas de ton Amour, ce sera par refus de te donner le sien ou par rejet du tien (ou les deux), et tu ne pourras rien y changer.

« Il n’y a rien que l’on puisse forcer chez l’autre, car seule sa volonté propre peut faire que ça marche. Et on ne peut vouloir à sa place. »

Il est donc vain d’attendre et d’espérer un changement quelconque de sa part, s’il n’a pas ou plus la volonté de s’aimer à travers toi. De plus, il peut être dangereux de générer ou de faire durer un attachement malsain, celui où tu accordes à l’autre le pouvoir de te faire mal. Tu pourrais effectivement perdre ton temps de vie, en sacrifiant tes libertés, tes besoins et volontés, pour essayer de contenter les siens. Il est tout aussi inutile d’accepter de vivre dans la souffrance et le malheur, en mendiant ou forçant un semblant d’amour, alors que toi, tu donnes du vrai. Il n’y a rien de beau à être malaimé, c’est-à-dire à devoir partager le reproche, le mensonge, la rancune, la culpabilité, la jalousie, les privations de toutes sortes et les abus de l’autre…

« Rien de pire que d’être avec quelqu’un qui ne sait pas t’estimer ou avec qui tu n’es pas libre d’être toi. »

 

Si tu ne peux rien espérer de l’autre, il faut savoir que tu as tout pouvoir sur ta personne. Ton Amour te définit, tu dois donc te l’accorder. Une fois que tu l’auras trouvé en toi pour l’exprimer, tu sauras le voir en l’autre, pour éventuellement le partager s’il en a également la volonté. Alors,

« Aime-toi comme tu voudrais que l’on t’aime. »

De fait, c’est le travail de chacun de s’accepter, de se faire priorité et de s’aimer. Où en es-tu du tien ? Autorise-toi le changement en t’affirmant dans tes volontés et en satisfaisant tes besoins. Garde précieusement et développe l’estime et la confiance qui te caractérisent, ainsi que tes libertés à les exprimer pour devenir et aimer qui tu veux. Car avant d’être à l’autre, cet Amour que tu ressens doit être tien. En effet, si tu n’aimes rien de ce que tu es, que lui donnes-tu à aimer ? Que peux-tu lui offrir que tu ne possèdes pas ? Et que peux-tu trouver et chérir en l’autre que tu ne connais et ne considères d’abord en toi ? Oui, à l’évidence,

« Ne cherche pas chez les autres ce que tu n’as pas en toi pour eux ; ne t’attends pas à ce qu’ils t’accordent ce que tu es incapable de te donner. »

 

Celui qui t’aime vraiment, a la volonté de s’aimer, c’est-à-dire qu’il doit vouloir s’aimer pour pouvoir t’aimer. Il ne va pas renoncer et se passer de toi si facilement, ni être trop collant pour abuser de ta confiance. Il ne va pas te manquer de respect par ses comportements et attitudes, en étant distant, méprisant ou d’une froide indifférence. Il ne va pas essayer de te changer en te privant de tes libertés à exprimer ta Vérité. Il ne va pas vouloir gagner en pouvoir sur toi, pour te faire mal par maltraitance psychologique ou physique. Il ne va pas tenter de briser ton cœur par le partage de sa souffrance à ne pas savoir aimer.

« Celui qui te veut t’accepte et te désire sur tous les plans, que sont le cœur, le corps et l’esprit. »

Quand tu veux vraiment être avec une personne, tu t’en fous qu’elle te repousse. Car tu penses à elle, à son bien-être, à son bonheur, avant de penser à toi, à tes peurs et à ton ego blessé. Tu vas tout faire pour l’approcher, la respecter, la connaître et l’apprécier pour tout ce qu’elle est, et tout ce qu’elle te propose, en vue de la rendre heureuse. C’est en cela que cet Amour est inconditionnel et qu’il te donne le courage de te faire présent/e pour lui montrer ta volonté à l’aimer, à travers l’expression de tes demandes, de tes désirs et envies avec elle.

Tout le monde peut dire Je t’aime et s’arrêter là, sans grande conviction. En ce cas, c’est juste un appel égoïste à être aimé, comme un enfant qui te dit J’ai faim, fait son caprice ou exprime son manque, en attendant d’être contenté dans son besoin.

« Ce n’est pas un exploit d’arriver à lui dire Je t’aime, mais plutôt d’avoir le courage de se faire présent pour le lui démontrer. »

Et pour cause, il y a une différence entre ressentir de l’amour envers une personne, comme y penser souvent, et le lui exprimer à travers volonté et courage. C’est savoir se faire présent en vue de lui faire du bien, avec cette possibilité d’être refusé et de se retrouver seul à s’aimer. Oui, pour celui qui ne s’aime pas ou peu, aimer se présente comme un risque. Le risque d’être rejeté, délaissé ou carrément non désiré, dans la Vérité et la vulnérabilité de ce que l’on est, et de ce que l’on a à proposer. Il faut donc s’attendre à ne rien recevoir en retour et même être prêt à s’éloigner de ceux qui te feront du mal. En effet, certains ne s’aiment pas assez pour faire du bien aux autres. Parmi eux, il y en a qui s’estiment très peu et ne savent pas t’accorder de valeur ni d’importance, avec lesquels tu souffrirais de la blessure de rejet. Il y a ceux qui n’ont pas confiance en eux, ne savent pas se faire présents, fiables et sûrs, avec lesquels tu souffrirais de la blessure d’abandon. Faire du bien à l’autre n’est possible que quand on est capable de s’en faire, et à l’évidence, ceux-là n’y arrivent pas. C’est pour cela que la méfiance est de mise. Cette volonté de se refuser l’Amour dans leur vie, jusqu’à se faire mal à travers toi, se matérialise alors par leurs mauvais comportements.

« Celui qui veut t’aimer se fait présent pour te faire du bien. Celui qui ne le veut pas te fuit, te rend jaloux/se ou te maltraite. »

De ces personnes aphiles, dis-toi bien que tu en rencontreras. Elles te feront du mal pour que tu prennes soin de toi. Elles te rejetteront pour que tu apprennes à te connaître, à t’apprécier, et à t’accepter dans la solitude la plus complète. Elles te seront infidèles pour que tu découvres et affirmes avec authenticité ton Amour et tes volontés. Elles t’abandonneront pour que tu développes par toi-même, l’estime et la confiance nécessaires à la maîtrise de ta vie et de ton émotionnel. Elles ne te choisiront pas pour que tu te fasses priorité et que tu sois libre de faire tes choix dans ton seul intérêt. Ce sont tes leçons de Vie et d’Amour. Tu sais bien que si elles voulaient vraiment t’aimer, elles t’accorderaient tout cela et se feraient présentes pour te faire du bien. Alors accueille leurs enseignements avec sagesse, résilience et maturité, car tu sortiras plus fort/e de ces épreuves. Tu gagneras en pouvoir d’aimer, en étant plus respectable et plus confiant/e, mais aussi en devenant une personne plus aimante et aimable, sur laquelle on peut compter. Tu apprendras à mieux faire la distinction entre le bien et le mal, et tu sauras davantage t’éloigner des gens en souffrance, qui n’ont pas d’amour vrai à proposer.

« Les gens ne te font du mal que si tu le leur permets. Ne laisse pas entrer dans ta vie ni dans ton cœur, ceux qui ne t’estiment pas ou qui ne sont pas là pour toi. »

Tu comprendras, certainement douloureusement et dans la solitude, qu’il est vain de rester près d’eux ou de courir après, pour espérer un semblant d’amour qui fait mal. A l’évidence, s’ils n’ont pas d’amour pour eux, ils n’en auront pas pour toi.

« C’est triste d’être seul, mais c’est pire de se sentir seul en présence de quelqu’un dans l’incapacité de t’aimer. »

Dès que tu vois que certains parlent mal des autres, qu’ils sont dans la plainte, le reproche, la rancune, la jalousie, dès que tu sens qu’ils ne sont pas prêts à te rendre le respect et la confiance que tu leur accordes, dès que leurs attitudes traîtresses te blessent, n’hésite pas à prendre la distance ou même à couper les ponts froidement. Mais si tu t’obstines à rester avec eux, quelle que soit la raison ou les excuses que tu te trouveras, tu en souffriras. Tu seras bloqué/e par ta peur du changement, jusqu’à avoir assez souffert pour t’accorder l’Amour et l’exprimer.

« Quelqu’un dont tu n’arrives pas à te libérer, ne t’a pas encore assez fait souffrir pour que tu le veuilles. »

Ainsi, quand ta volonté à t’aimer et ne plus souffrir est plus forte que cette peur, tu as le courage de mettre fin à ce relationnel de dépendance toxique, en récupérant les pleins pouvoirs sur ta personne et ta vie. De toute façon, plus tu iras dans l’Amour en gagnant en pouvoir d’aimer, plus ils prendront peur. En ce cas, il est fort possible qu’ils s’éloignent de toi naturellement, sans que tu n’aies rien à faire.

 

Quand on veut aimer, on a le courage de tenter sa chance en libérant son Amour, pour obtenir ce que l’on veut. En ce cas, nos volontés à exprimer et contenter nos besoins de Vie sont plus fortes que la peur d’agir ou d’être blessé à nouveau. Il y a des explications à cela, comme n’avoir plus rien à perdre à n’accepter que ce qui est bon, et à refuser tout ce qui est mauvais.

« Rien de mal ne peut nous atteindre quand on a la volonté de n’accepter que le bien. »

Sûrement que l’on a dû apprendre à ne compter que sur soi, en se relevant tout seul de ses échecs, de ses injustices et coups du sort. Peut-être a-t-on touché le fond plusieurs fois et même goûté à sa propre mort ? A-t-on déjà connu le deuil, la perte, la maladie, ainsi que la douleur de renoncer à ceux qui nous sont chers ? A-t-on ressenti la tristesse et la dépression conséquentes au cœur brisé, face à l’attente, aux faux espoirs et à l’indifférence de certains ? A-t-on subi les blessures liées au rejet de sa différence, de son Amour et de sa Vie, c’est-à-dire au refus de notre Vérité dans sa plus vulnérable authenticité ? Certainement a-t-on eu affaire à ce sentiment d’insécurité dans la solitude de l’abandon et de l’absence de ce qui est bon ? A-t-on bien trop souffert des faux-semblants de ces hypocrites manipulateurs qui simulent les sentiments et les plaisirs ? A-t-on été suffisamment malaimés pour se sentir inexistants et n’être rien à leurs yeux ?

« Quand tu acceptes cette Vérité d’être seul/e à aimer et à t’aimer, il n’y a plus de souffrance ni de faux-semblants. Tu es alors en capacité d’aimer. »

Effectivement, à ce stade de souffrances, il se peut que l’on ait bien compris et accepté, que l’on est seul à vouloir aimer et seul à s’aimer. Et désormais, on ne sait que trop bien ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus dans la vie. Mais surtout, on ne veut plus souffrir, quitte à ne plus aimer certaines personnes ou se passer d’elles, quitte à devoir poursuivre sa route en solitaire. A l’évidence, suite à tout cela, on est intouchable car on veut l’être. On sait faire la part des choses et lâcher prise pour garder l’équilibre. On est aussi dans la gratitude, en sachant accueillir ce qui nous est offert généreusement par la Vie.

« Quelqu’un qui sait aimer, ne peut refuser ou fuir l’Amour qui s’offre à lui. Il reconnaît sa chance d’être aimé car il a bien trop souffert de ne pas l'être. »

Pourquoi se priver de sa liberté de partager ce qui nous définit avec qui saura l’apprécier ? Pourquoi perdre son temps avec cette personne, si c’est pour subir ses contraintes, ses souffrances, ses impossibilités, en somme, son désamour ? Pourquoi se ruiner la santé en restant avec des gens qui nous rendent malheureux ou angoissés ? A quoi bon penser à quelqu’un, si ce n’est pas pour lui exprimer la façon dont on veut lui donner et lui faire l’Amour ?  Oui,

« Qu’y a-t-il à espérer quand l’amour ressenti n’est pas exprimé ? »

En effet, pour celui qui s’aime, aimer se présente comme une chance. C’est cette opportunité de se trouver heureux et contenté dans son besoin de réciprocité d’être aimé comme l’on s’aime. C’est aussi celle de faire sien l’Amour par l’acceptation de sa Vérité et de mettre fin à sa souffrance. Enfin, c’est aussi celle de partager ce que l’on est, ce que l’on a, en vue d’en retirer du bien-être, de la joie, du rire, de beaux moments et du souvenir. C’est cette possibilité de t’éloigner du connu qui fait souffrir et rend l’existence malheureuse, pour t’ouvrir à celle de l’inconnu qui séduit ton cœur. C’est suivre le chemin de l’intuition, la garantie de trouver mieux, plus affectueux, plus aimable, plus sécurisant. C’est l’espoir de découvrir de bonnes personnes, meilleures à côtoyer pour toi, car bien plus dignes de ta confiance et de ta considération. Celles qui ne chercheront pas à te changer, te repousser ou t'oublier, mais qui au contraire, t’accepteront dans tes plus parfaites imperfections.

« On est comme on est et si les gens ne t’acceptent pas, l’essentiel est de t’accepter toi. »

 

Celui qui se donne l’Amour trouve également sa Vérité. Elle le définit sur les plans du cœur, de l’esprit et du corps. Elle lui apporte la connaissance de Soi à travers l’acceptation de ses ressentis, et la découverte de ses volontés. Accepter ce que l’on est, c’est aussi se permettre de libérer son émotionnel, c’est-à-dire se rendre libre d’être et d’aimer selon ses désirs et ses choix. C’est devenir responsable, assumer sa vie, jouer le rôle du personnage principal de son histoire. Celui qui s’aime exprime l’Amour et trouve aussi son potentiel, qui fera de lui une personne qui réussit, plus valeureuse et courageuse, optimiste et passionnée. Cette amélioration le conduit à être et devenir quelqu’un d'aimable tourné vers le bien, en somme, une bonne personne.

« Le pouvoir de faire le bien passe par la volonté et la force d’aimer, c’est à dire par la compassion et le courage. »

Une bonne personne sait (se) pardonner et s’autorise à tourner la page sur son passé, sans garder rancune, sans s’identifier à ce qui lui arrive, sans se laisser définir par l’avis des autres. Elle n’a pas peur de s’engager, ni de se désengager si elle s’est trompée ou si elle est malheureuse d’une situation. Elle dit la vérité aux gens et tout de suite, car mentir ou se taire fait bien plus de mal, et ce n’est pas du tout ce qu’elle recherche. Elle ne connait pas l’indécision et agit pour obtenir ce qu’elle veut. Elle accorde facilement sa confiance mais ne se laisse pas berner deux fois. Elle sait briser les relations de dépendances anxiogènes et déloyales. Elle a appris de ses souffrances et les a dépassées, en acceptant l’Amour en elle grâce au pardon et la compassion. Elle est alors en mesure de conseiller et aider les autres, en leur montrant l’exemple ou en leur donnant ce qu’elle a fait sien.

Cet Amour qu’elle ressent pour elle est sincère, inconditionnel, elle le vit pleinement, car elle a accepté et aime tout ce qu’elle est. C’est son pouvoir d’aimer, sa force, son potentiel de Vie, celui qui se développe avec la volonté et le courage, la confiance et l’estime. Elle en connaît la valeur et croit en elle. De fait,

« Une personne qui s’aime se respecte. Elle n’offre pas son corps au premier venu et ne tolère aucune forme d'infidélité. »

Elle ne tolère pas la déloyauté sous toutes ses formes, parce qu’elle ne peut pas faire semblant d’aimer ce qu’elle est, ni accepter être aimée pour de faux. Ce pouvoir de faire le bien est intense et puissant, c’est pour cela qu’elle ne va pas l’accorder si facilement. Elle sait que fidélité implique exclusivité et authenticité. Ces valeurs de droiture et d’honnêteté reposent elles-mêmes sur l’estime qu’elle se porte et qu’elle est prête à offrir à l’autre par sa Volonté. Et si ce dernier ne sait pas l’apprécier (Amour) ni la considérer (Vie), c’est qu’il ne l’a pas à proposer, mais aussi qu’il n’en est pas méritant. Alors, elle saura s’en passer pour le présenter à d’autres, qui ne douteront pas de son Amour, ni de son pouvoir d’aimer.

« L’Amour que tu te portes, tu peux le trouver en d’autres. Mais s’ils ne veulent pas l’exprimer, tu ne peux le partager avec eux. »

 

Le partage de façon authentique, durable et intense ne peut avoir lieu que quand il y a volonté d’aimer réciproque. Pour toute relation réussie, avant la confiance, il y a le respect. Cela passe par la considération et la connaissance de ce que nous sommes, de ce que l’on peut offrir, c’est-à-dire nos Vérités de Vie et d’Amour. En conséquence,

« Quelqu’un qui ne cherche pas à te connaître est impuissant à t’aimer. »

Celui qui ne te respecte pas, ne voit pas qui tu es, il ne peut estimer l’Amour que tu lui donnes, ni le temps de vie que tu lui accordes. Il ne peut donc être présent pour faire ta connaissance dans une approche uniquement bienveillante, et développer la confiance avec toi. Souvent, la communication, comme un simple échange en vue de prendre des nouvelles, ne passe même pas. Oui, sans respect, rien ne dure ; sans confiance, rien n’est solide.

« Quand l’autre n’est pas capable de faire pour toi ce que tu as fait pour lui, il n’y a pas de volonté d’aimer réciproque ni de confiance partagée. »

Malheureusement, cette absence de réciprocité est preuve d’incompatibilité. Elle se fait le reflet de l’opposition de deux volontés, l’une à aimer qui veut vivre d’Amour, l’autre à souffrir de se le refuser, et qui se meurt lentement mais sûrement. En conséquence, en état de conscience ou d’inconscience, elles ne peuvent coexister sans générer souffrance et désamour. Elles ne sont pas faites l’une pour l’autre.

 

Quand tu t’aimes, tu t’autorises à t’accomplir dans l’Amour de toi, tu l’exprimes librement pour te réaliser et aimer. Dans la vie, tout est question de détermination pour obtenir ce que l’on veut, c’est-à-dire ce que l’on aime. C’est la volonté de le respecter et de le chérir pour gagner sa confiance. C’est l’envie et le désir de le garder près de soi le plus longtemps possible, pour faire durer le plaisir dans le partage. C’est la satisfaction des besoins de Vie et d’Amour, l’assurance de faire du bien à l’autre tout en s’en faisant. Oui,

« Quand l’autre est ton évidence, il agit comme toi, en toute réciprocité de capacité et de volonté d’Amour, pour te faire connaître son bonheur et goûter au tien. »

24 mai 2021

« La vie est vraiment plus belle en compagnie de quelqu’un qui t’accepte dans ta Vérité. » - Mel

Illustrations de 伊吹五月

Illustrations de Muhammed Salah
Illustrations de Muhammed SalahIllustrations de Muhammed SalahIllustrations de Muhammed Salah
Illustrations de Muhammed SalahIllustrations de Muhammed SalahIllustrations de Muhammed Salah

Illustrations de Muhammed Salah

Illustrations de Loui Jover
Illustrations de Loui JoverIllustrations de Loui JoverIllustrations de Loui Jover
Illustrations de Loui JoverIllustrations de Loui JoverIllustrations de Loui Jover
Illustrations de Loui JoverIllustrations de Loui JoverIllustrations de Loui Jover

Illustrations de Loui Jover

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :